Top Ten

NBA Top 10 du jour : le buzzer de McConnell ok, mais la patate de Muhammad c’est pas mal non plus

On enchaîne sans plus attendre avec un nouveau Top 10, aussi vite que Patrice Quarteron enchaîne les punchlines sur Booba. Et aujourd’hui on parle d’un pirate bien connu, mais rien à voir avec Tipiak. Let’s go.

Un pirate répondant au doux nom de Marco Pantani, né il y a bientôt 50 ans un 14 janvier, en 1970 pour être plus précis. On parle là de l’un des meilleurs cyclistes de l’histoire, grimpeur au palmarès et à l’aura peut-être encore plus impressionnants que ceux de Rocco Siffredi, une véritable rock-star de la bicyclette à la fin des années 90. Deux Tour de France, un Tour d’Italie, meilleur grimpeur du Giro en 1998, meilleur jeune du TDF en 1994 et 1995, 16 étapes remportées lors des grands tours (huit sur la Grande Boucle, huit sur la Grande Botte) et donc une force qui se dégageait d’un homme au destin finalement tragique, puisqu’il décèdera le 14 février 2004 d’une probable overdose de coke. Moche.

1m72, 57 kilos, bandana, boucle d’oreille et tatouages, un style détonant dans le monde du cyclisme qui lui aura valu une place toute particulière dans le cœur de ses fans. Marco c’était les excès en tous genres, des victoires mythiques, un combo Giro/TDF en 98 que sept vélomans seulement ont réussi à faire depuis Rahan. Une carrière passée à switcher entre les victoires légendaires et les accusations de dopage, comme “quelques uns” de ses concurrents, mais rarement un mec avec le cul posé sur une selle aura envoyé autant de rêve que Marco, qui continue d’ailleurs de diviser treize ans après sa mort, comme quoi le mec n’était tout simplement “pas comme les autres”.

Une anomalie, un peu comme si l’on oubliait de vous envoyer le NBA Top 10 de la nuit. Allez, tous  en danseuse.

Les visiteurs ont tapé :

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top