Wizards

John Wall sort la clutch-machine : tir de la gagne sur les Bulls, sans trembler du poignet

Face à des Bulls privés de leurs deux meilleurs joueurs, les Wizards en ont chié un bon coup avant de se reprendre et de donner la balle dans les mains de leur plus grand magicien : John Wall a assassiné les Bulls avec le tir de la gagne.

Jamais facile, ce genre de rencontre. Sans vouloir trouver d’excuses aux joueurs de Washington, mais sur le papier on sentait le potentiel piège envoyé sur Bradley Beal et compagnie, vue la gueule des soldats de Chicago. En effet, les Bulls se ramenaient dans la capitale sans pouvoir compter sur Jimmy Butler ni sur Dwyane Wade, ils étaient également en back-to-back et Rajon Rondo rejouait pour la première fois depuis fin-2016. Typiquement le genre de menu qui sent la branlée, mais qui peut aussi pousser une équipe indisciplinée à ne pas prendre le match sérieusement, comme des grands. Et – ding dong – dans son habituelle capacité à alterner entre le très bien et le très cheum, la bande à Marcin Gortat démarrait le match sur le pire pied possible, en donnant justement confiance à cette équipe B de Chicago. Taj Gibson, Robin Lopez, Michael Carter-Williams, Rondo et un Denzel Valentine en mode open-bar se permettaient de creuser l’écart en première mi-temps, avant que Scott Brooks ne gueule sur ses hommes et leur rappelle que perdre ce match était inenvisageable. Que l’opportunité d’avoir un bilan au-dessus des 50% était trop belle pour la laisser passer. Ce genre de gueulante dont certains ont besoin… mais pas John Wall.

Le meneur, encore une fois propriétaire d’une ligne statistique royale (26 points, 6 rebonds et 14 passes avec des pourcentages propres) savait qu’il allait devoir gérer sa partie du business en donnant le rythme à ses coéquipiers, mais il était également conscient qu’il ne pouvait réaliser un comeback tout seul. Dans un registre de soliste, Wall a déjà été capable de réaliser des merveilles, cependant il n’y avait qu’à impliquer le reste du groupe dans le projet pour que les Bulls se mettent à transpirer. Et petit à petit, notamment grâce aux bons apports de Markieff Morris et Bradley Beal (38 points pour le duo) ainsi que le job quotidien de Gortat en double-double, Washington recollait au score dans le troisième quart en se permettant même d’offrir un money-time stressant aux fans. Typiquement le genre de scène que Jean Mur apprécie, lui qui accepte de prendre le premier rôle pour repartir avec le Golden Globes. Et hier soir, Wall avait surtout sorti les Golden Balls, s’isolant en pick and roll avec son marteau polonais préféré sur l’aile droite. Une dizaine de secondes à jouer, score à égalité, Robin Lopez dans la torture chamber avec le dragster qui arrive à toute vitesse sur lui, élévation ligne de fond avec 5 secondes à jouer, poignet tendu, tchaf. Public qui explose, célébration de John Wall, derrière l’ultime tentative des Bulls ricochera sur l’arceau et le meneur sécurisera le rebond de la victoire. Clutch, le meneur délivre les siens et offre du coup un assez beau succès à sa franchise malgré l’entame de match frustrante.

Et avec une troisième victoire consécutive, tout en passant enfin au-dessus des 50% de victoires (19 victoires pour 18 défaites), les Wizards ont désormais la tête hors de l’eau. Une bonne nouvelle qu’il faudra valider ce mercredi… à Boston !

couverture

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top