Star de demain

Star de demain – Frank Ntilikina : le meneur français qui suit les traces de Tony Parker

Frank Ntilikina

Apprenez bien à écrire son nom, vous risquez de le lire partout dans les années à venir.

Source image : YouTube - SIG Strasbourg TV

Il n’a que 18 ans mais Frank Ntilikina fait déjà saliver pas mal de franchises NBA. À chaque match de la SIG, plusieurs scouts se cachent derrière leur casquette pour scruter la dernière pépite du basket français qui suit les traces d’un certain Tony Parker avec 16 ans de retard. Si les projections ne mentent pas, il pourrait tout simplement devenir le frenchie sélectionné le plus haut lors d’une Draft NBA. OKLM.

Autant vous habituer tout de suite à écrire son nom car Frank Ntilikina (prononcer “Nilikina”) devrait très vite venir envahir nos timelines et les murs des chambres des plus jeunes. Arrivé au monde lors de ce mois sacré de juillet 1998, ce point guard d’origine rwandaise a le drapeau tricolore et la gagne dans le sang. Vainqueur des championnats d’Europe U18 il y a quelques semaines, il a été élu MVP de la compétition – avec des stats de 15,2 points, 4,5 assists, 2,8 rebonds, 2,2 interceptions et 1,2 contre à 50% au tir dont 58,6% du parking – comme un certain Tony Parker, 16 ans plus tôt. L’un des nombreux points communs entre les deux hommes qui évoluent au même poste et sont tous les deux nés au pays des moules-frites. Pourtant, celui qui vient d’obtenir le droit de commander une bière au PMU du coin ne se laisse pas distraire par ces comparaisons, comme il l’expliquait récemment à Xavier Monferran de France Info.

“C’est fou, dans le sens où Tony, c’est Tony ! Je n’ai que 18 ans, alors que lui a tous ses titres en NBA. C’est un honneur que des gens aient pu penser à cette comparaison, mais je ne le prends pas au sérieux, même si c’est motivant ! Ça montre le chemin qu’il me reste à parcourir.”

Les deux hommes partagent peut-être le même poste sur le parquet mais ils ne sont pas taillés dans le même moule (on en revient toujours à la Belgique). Du haut de ses 196 centimètres, Frank Ntilikina est beaucoup plus grand et allongé que son aïeul. Il doit encore prendre du muscle mais ses 2 mètres 13 d’envergure collent parfaitement aux nouveaux critères de la NBA. Sur le terrain non plus, leurs styles ne sont pas franchement semblables. Le meneur de Strasbourg joue davantage sur ses qualités athlétiques pour se créer ses propres tirs ou trouver le copain démarqué. Après avoir grandi en idéalisant LeBron James, il prend désormais exemple sur Russell Westbrook, sa nouvelle idole comme il l’a avoué à Éric Michel du quotidien Le Parisien.

“J’ai encore beaucoup de choses à améliorer : mon agressivité au panier et mon jeu au contact. Il y en a un qui fait ça à la perfection, c’est justement Westbrook, qui m’inspire.”

Changement complet de registre par rapport à Tony Parker et sa finesse, notamment dans son signature move avec le spin et ses flotteurs. La comparaison s’arrête donc là car Frank Ntilikina a encore des morceaux de rap toute son histoire à écrire. Contrairement au célèbre numéro 9 des Spurs lorsqu’il a quitté l’Hexagone, notre prospect du jour n’a pas encore de rôle prépondérant en Pro A où il tourne à 3,5 points, 1,3 rebond et 0,5 passe décisive en 13 minutes de moyenne chez les vice-champions de France en titre. Élevé en Alsace, le meneur de Strasbourg n’est pas encore tout à fait sûr d’inscrire son nom à la Draft dès cette année. À 18 piges, il peut aussi faire le choix d’aller voir ailleurs pour prouver qu’il est capable de sortir de sa zone de confort (coucou KD !) avant de faire le grand saut outre-Atlantique à la manière d’un Timothé Luwawu-Cabarrot d’abord parti se faire les dents en Serbie pendant une saison.

“J’ai eu la chance de rester près de mes proches. Ne jamais être déraciné, c’est aussi ce qui m’a construit. Je suis issu d’une famille qui aime le basket. On y jouait souvent avec mes frères. Maintenant, j’aimerais devenir le meilleur joueur possible.”

En même temps, difficile de ne pas succomber à la Grande Ligue dès cet été. Surtout quand elle lui fait ces yeux là. En effet, de nombreux observateurs sont déjà tombés sous le charme et son nom figurait même dans le Top 5 des premières mock Draft de l’année sur ESPN. Sa grande performance en finale du dernier Euro Junior joue aussi en sa faveur et la hype est bien présente de l’autre côté de l’océan. Malgré des concurrents sérieux à la mène (Markelle Fultz, Dennis Smith, Lozon Ball, De’Aaron Fox, …) une franchise NBA pourrait bien être tentée de rajouter un peu de French touch dans son effectif comme c’est devenu la mode maintenant. Du coup, on suivra de très près le choix de Frank qui pourrait devenir le meilleur pick de Draft de l’histoire du basket français. Une position actuellement détenue par le plus Américano-suédois des frenchies, Joakim Noah, sélectionné en 9è position par les Bulls en 2007…

Doté de bras gigantesques et d’une excellente vision du jeu, Frank Ntilikina a tout pour devenir un grand meneur en NBA. Comme pour son aîné, on parle déjà de la “Génération Ntilikina” pour qualifier cette équipe championne d’Europe des U16 et U18. Les patrons ont quitté l’équipe de France cet été mais de nouveaux jeunes arrivent pour continuer de faire du basket tricolore une vraie fierté dans l’Hexagone et au-delà des frontières. On a hâte !

Les highlights de Frank Ntilikina aux championnats d’Europe U18

Son carton contre la Lituanie en finale

Les autres stars de demain

Source : France Info, Le Parisien

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top