Pelicans

Anthony Davis marche sur les Knicks : 40 points et 18 rebonds en 3 quart-temps, un carnage !

Profitant de la crise actuelle des Knicks et déterminé à faire le show au Madison Square Garden, Anthony Davis ne s’est pas gêné pour terrasser New York ce lundi : une mixtape assez mémorable dans la victoire des siens (110-96).

La situation des hommes de Jeff Hornacek, nous y reviendrons un peu plus tard. Car au-delà de l’absence de Derrick Rose, l’expulsion pour flagrante de Kyle O’Quinn, l’expulsion de Carmelo Anthony pour intelligence et les huées des spectateurs venus au MSG, il y a un sacré bordel qui traîne en ce moment dans les coulisses de Gotham et cela méritera quelques lignes supplémentaires dans un papier séparé. Mais il fallait tout de même qu’on mentionne ces quelques belles images aperçues hier soir, pour vous donner un petit dessin de ce que les Knicks ont proposé à leurs fans, et ce qu’Anthony Davis a dû affronter en tongs ce lundi. L’intérieur n’était pas content de voir son équipe galérer d’un point de vue offensif, il a donc décidé de prendre ça personnellement. Trop athlétique pour la raquette new-yorkaise, trop concentré sur ses décisions en attaque comme en défense, trop conscient que son adversaire du soir était à la rue et qu’il fallait se gaver comme dans un buffet chinois, AD n’a fait qu’une bouchée de Kristaps Porzingis et sa bande : 40 points à 14/22 au tir, 11/12 aux lancers, accompagnés de 18 rebonds et 3 contres, un festin de All-Star. Le pire, c’est qu’il aurait pu continuer à se remplir le bidon pendant un quart-temps de plus, si O’Quinn ne l’avait pas envoyé valser au premier rang du MSG sur une flagrante qui a même fait peur aux fans locaux. Regardant la dernière période éloigné du parquet, Davis avait rempli sa mission principale.

Et d’ailleurs, dans un silence qui symbolise assez bien l’état de la deuxième partie de la Conférence Ouest cette saison, les Pelicans se sont offert un petit plaisir, celui de se rapprocher un peu plus de la fameuse huitième place, celle qui ouvre la porte aux Playoffs et représente un objectif sérieux pour l’intérieur et ses potes. Auteurs d’un début de saison horrible avant de voir Jrue Holiday revenir parmi eux, les soldats de New Orleans ont ensuite validé quelques petites victoires leur permettant de ne pas être complètement à la rue, et cela se ressent sérieusement aujourd’hui. La preuve avec cette bataille sur les places 8 à 10, Portland était à 16 victoires pour 23 défaites pendant que les Kings sont à 15-22 et les Pels à 15-24. Surtout, et c’est là que le plus intéressant sera à suivre dans les prochaines semaines, Alvin Gentry et ses jeunes auront un petit roadtrip à boucler correctement (Nets, Bulls, Pacers) avant de rentrer à la maison et jouer 6 matchs de suite. Ce genre de homestand qui peut vous permettre d’enquiller quelques belles victoires, et donc mettre la pression sur des Blazers aussi rassurants que réguliers cette saison. Libéré par les graves blessures et entouré de coéquipiers qui en veulent, Anthony Davis sera le premier à vouloir reproduire ce type de performance à domicile comme en déplacement, pour réinstaller son équipe dans les équipes de Playoffs à l’Ouest.

Et quel meilleur rendez-vous que celui de ce samedi, lorsque l’enfant ayant grandi dans l’Illinois ira jouer… chez les Bulls ? Après avoir marché sur les Knicks et probablement mangé les Nets ce jeudi, Davis devra maintenir sa cadence pour mener les siens jusqu’au Top 8 : c’est ce que font les superstars.

couverture


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top