Celtics

Al Horford plus fort que Joel Embiid : dagger à trois-points pour Alain, les Celtics enchaînent

Al Horford

On était à deux doigts d’un gros upset, mais Al Horford a encore sorti la carte clutch.

Source : twitter - @edu_b99

Ce n’était pas le genre de match censé nous tenir en haleine jusqu’au buzzer de fin, mais les deux franchises de l’Est ont cette année quelque chose en plus, ce petit truc qui fait la différence. Pour être plus précis ? Isaiah Thomas d’un côté et Joel Embiid de l’autre, garants de ce frisson perpétuel à Boston comme à Philly. Sauf que cette nuit, c’est un troisième homme qui est sorti de sa boîte pour mettre un terme à une bien jolie rencontre.

Et si la fin de match fût passionnante, on va y venir, le money time si cher à nos yeux aurait bien pu ne jamais avoir lieu. Car ce sont des C’s endormis que le public du TD Garden a retrouvé ce soir, distancés de treize points en début de troisième quart, incapables de trouver une solution à la discrétion si rarissime de leur meneur au bandeau. Seul Avery Bradley trouve la mire chez les Verts et côté Sixers c’est… T.J. McConnell qui régale, profitant une fois de plus de l’absence de Sergio Rodriguez pour faire plaisir à la mène (17 passes décisives, record en carrière). Gerald Henderson et Nerlens Noel apportent le deuxième souffle, Joel Embiid continue de régaler tout le monde et l’on se dit à ce moment-là que l’équipe de Brad Stevens est tout simplement happée dans l’un de ces mauvais soirs. Des choses qui arrivent… Sauf que cette équipe de Philadelphie est encore très jeune, peut-être trop jeune pour être capable de tenir ce genre de match, de surcroît hors de ses bases douillettes du Wells Fargo…

Surtout que dans le même temps la machine verte se met en route, surtout qu’Avery Bradley se transforme en sniper de luxe qu’il est parfois capable d’être, surtout que le TD commence enfin à bouillir. Le dernier quart débute à 80 partout et onze minutes plus tard c’est un public debout qui verra Joel Embiid faire sauter Horford et claquer un énorme pétard sur la défense de Boston pour recoller à deux points, avant d’ajouter deux nouveaux lancers (10/10 pour lui cette nuit) et de voir Gerald Henderson coller un trois bien clutch pour revenir une nouvelle fois dans les basques des C’s (104-104). Mais le dernier mot reviendra une fois de plus à Al Horford, laissé alone dans le corner et qui ne se fera pas prier pour calmer les ardeurs des jeunes Sixers en plantant donc le tir de la gagne à 17 secondes du terme. N’en jetez plus l’expérience a parlé, Boston continue sa route vers les sommets alors que les Sixers continuent de nous enjailler malgré les défaites, ce qui n’est déjà pas mal lorsque l’on se souvient de l’état du chantier il y a encore quelques mois.

Victoire finale des C’s 110-106, des hommes verts qui se cramponnent plus que jamais à leur troisième place à l’Est. Pour les Sixers le bonheur est ailleurs, par exemple dans le fait de voir cette franchise faire sourire à nouveau ses fans, malgré un bilan compliqué mais néanmoins à prévoir. Mais le Process est ce qu’il est, et il passe aussi par des défaites. Cqfd.

Stats Sixers Stats Celtics

 


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top