Hornets

Nicolas Batum cartonne face au Thunder : 28 points dont 14 dans le dernier quart, en mode Batman !

Lorsqu’une équipe comme celle d’Oklahoma City est en ville, mieux vaut se ramener avec des munitions bien planquées. Nicolas Batum en a du coup profité pour réaliser un de ses meilleurs matchs de la saison, dans la victoire des siens face au Thunder (123-112) !

Combien de fois, depuis qu’il est arrivé en NBA, avons-nous parlé de son agressivité ? Combien de fois avons-nous soupiré en imaginant ce qu’un Batman en mode déterminé et prêt à créer le contact pourrait donner ? La réponse, sur le terrain, était plus que jouissive à regarder ce mercredi, devant un frenchie qui claquait son record de lancers tentés et rentrés en carrière. Un très beau 13/15 sur la ligne qui permettait, forcément, aux Hornets de ne pas stresser d’un point de vue offensif, sachant qu’il fallait répondre du tac-o-tac avec le Thunder de Westbrook et ses fous de coéquipiers. Le meneur était d’ailleurs son habituel tourbillon de tout et de n’importe quoi sur le parquet, réalisant des actions exceptionnelles mais envoyant aussi pas mal de briques face à la défense rugueuse de Michael Kidd-Gilchrist et compagnie. Les couvertures efficaces de Roy Hibbert et Marvin Williams, les aides des copains dont Batum et Walker, tout le monde respectait le plan de jeu du côté de Charlotte et le résultat était donc forcément positif : un dernier quart-temps rôdé devant le public du coin, qui prenait son pied en voyant les soldats de Charlotte assurer dans le money-time.

Et au centre des opérations se trouvait bien Nico, plantant la moitié de ses points sur cette seule période. Pourtant gardé par Andre Roberson sur quelques séquences, le frenchie n’hésitait pas à tirer, tenter, provoquer, jeter ses lancers et retourner en défense, afin de libérer Kemba Walker de cette dépendance vécue dans le vestiaire d’en face. Un Westbrook en 33-15-8, bien aidé certes par les Stache Brothers que sont Kanter et Adams (40 points)… mais sinon ? Pas grand chose, mon capitaine. Alors que chez les hôtes, les 28 de Batum étaient suivis par les 20 de Kemba, les 14 de MKG, les 17 d’un excellent Kaminsky en première période, les 18 du duo Sessions-Lamb et ainsi de suite. Ce genre d’effort commun qui vous permet, au final, de planter 123 points sans avoir de joueur dépassant la trentaine. Satisfaction patriotique, évidemment, en voyant Nicolas réaliser un de ses meilleurs matchs de la saison et face à un gros client de l’Ouest, ce qui confirme la bonne forme du frenchie et ses intentions offensives. Comme il le disait après la victoire, la capacité des plus grands ailiers à provoquer des fautes et obtenir des points faciles et une boîte secrète qu’il est en train d’ouvrir, à son rythme. Notre tentation est forcément de vouloir le pousser dans celle-ci, mais vue la saison qu’il nous propose et le contrat qu’il assume comme un bonhomme en produisant tous les soirs sur le terrain, on préférera l’observer avec autant de joie que de distance. C’est beau, Nico, quand t’es agressif comme ça.

Et une série de 11 matchs consécutifs perdus face au Thunder, qui s’arrête à domicile ce mercredi. Elle est pas belle la vie ? Batum qui plante à foison et des Hornets qui confirment dans les hauteurs de l’Est, c’est plutôt chouette 2017.

couverture

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top