Defensive Rankings

Défenseur de l’Année 2016-17 : un duel épique qui se dessine entre Gobert et Draymond ?

Draymond Green
Source image : @Warriors

Après un premier checkpoint effectué ici le mois dernier, on démarre l’année 2017 avec un nouveau coup d’oeil sur la course au titre de Défenseur de l’Année. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le duel en tête d’affiche devrait tenir toutes ses promesses jusqu’en avril !

Bien évidemment, les mentions honorables doivent être ajoutées pour ne pas oublier de saluer le formidable travail effectué par ces soldats sur ces quatre dernières semaines de compétition. Des joueurs comme Avery Bradley, Dwight Howard, Anthony Davis, Tony Allen, Michael Kidd-Gilchrist, Jimmy Butler, Myles Turner, Giannis Antetokounmpo, Serge Ibaka et tant d’autres.

Stats arrêtées au 31 décembre.

Place Joueur Bilan du mois

10°

Patrick Beverley

La tentation nous pousse à le mettre plus haut dans le classement, tant son excellence défensive est responsable d’un paquet de victoires chez les Rockets, mais la protection générale de sa franchise l’empêchera certainement d’être récompensé en fin de saison. Vous vous souvenez de Raja Bell à l’époque des Suns ? Même affaire. Patoche s’occupe d’apporter un minimum de défense et a réussi un des plus grands challenges de la saison en ralentissant Westbrook (8/25 au tir, 8 balles perdues), mais le jour où un soldat entraîné par Mike D’Antoni est nommé Défenseur de l’Année, Doc Rivers arrêtera de se plaindre aux arbitres. Voilà, c’est improbable.

Kentavious Caldwell-Pope

Ses Pistons galèrent et ses coéquipiers n’arrivent pas à montrer un minimum de régularité, mais à l’heure actuelle Détroit propose la cinquième défense la plus efficace du circuit et on vous jure que ce n’est pas grâce à Andre Drummond… Trop intense et étouffant sur sa ligne extérieure, Kentavious réalise des performances toujours aussi nobles dans sa propre moitié de terrain, ce qui pourrait lui permettre de gratter quelques places le mois prochain si son équipe gagne davantage de rencontres. Un des rares mecs sur lesquels Stan Van Gundy peut compter.

Paul Millsap

Dwight Howard était censé représenter les Hawks dans ce classement, mais l’intérieur gère difficilement ses fautes tandis que son coéquipier All-Star régale chaque soir. Dernièrement, on l’a vu défendre sur Kawhi Leonard, Anthony Davis et Paul George… Sympa comme polyvalence ! Toujours aussi mobile et capable de réparer les conneries de ses coéquipiers, Paulo est aujourd’hui assez infernal en défense, sa campagne personnelle se terminant probablement une nouvelle fois avec un contre et une interception et demi de moyenne. Mieux encore ? Atlanta a la 8ème défense la plus efficace du pays.

Hassan Whiteside

Au-delà des contres (2,2) et des rebonds (14,3), qu’Hassan valide à la pelle tous les soirs, c’est surtout dans son impact sur les résultats du Heat que le géant a pris une nouvelle dimension. En effet, si Miami ne propose pas la plus belle saison imaginable du côté de South Beach, les résultats de la franchise restent honnêtes et notamment grâce à une défense coriace. Le boulot des extérieurs de Spoelstra ? Orienter vers Côteblanc, histoire de limiter les chances adverses. Il s’agit donc avant tout d’un travail d’équipe, mais qui est tourné autour d’une pièce maîtresse et celle-ci fait bien son job cette saison.

DeAndre Jordan

Bonjour la différence, en un petit mois. On le plaçait dans les favoris grâce au beau début de saison des Clippers, une défense collective intraitable notamment dirigée par ses soins, mais DJ a subi en premier les absences de ses cadres et le voilà esseulé dans un bordel sans nom. Quand vous passez de Chris Paul à Jamal Crawford en premier rideau défensif, y’a moyen que vous preniez une brouette de points supplémentaires tous les soirs. Heureusement que Mbah a Moute se donne à ses côtés, sinon les Blazers passeraient pour une troupe d’élite en comparaison avec celle des Clippers.

Andre Roberson

La septième défense la plus efficace du circuit peut notamment remercier son guerrier numéro un, qui n’hésite pas à défendre en pression tout-terrain chaque gros client affrontant le Thunder. En deux affrontements face aux Rockets, Andre a terrorisé James Harden (10/39 au tir, 14 balles perdues) et on a vu quelques autres gros noms prendre cher en étant défendu par l’ailier longiligne. Restera probablement bloqué autour de cette place à cause des résultats bons sans être sensationnels de son équipe, mais vue la compagnie dans laquelle il est c’est une saison plus que réussie pour Andre.

Marc Gasol

Cela ne va pas faire plaisir à Tony Allen, c’est sûr. Mike Conley non plus, d’ailleurs. Mais si le barbu est mentionné ici devant ses coéquipiers, c’est parce qu’il représente la plaque tournante de la défense du Tennessee, celui qui communique, replace, vient en aide et boxe intelligemment malgré ses limites athlétiques. Et quelle franchise propose la défense la plus efficace de toute la Ligue cette saison ? Ding dong. Personne n’étouffe autant ses adversaires que les Grizzlies, dont le chef de la meute se nomme Marc Gasol. Probablement le plus discipliné et intelligent du classement, au quotidien.

Kawhi Leonard
Peut-être qu’il nous a lu, et que cela ne lui a pas fait plaisir. Il y a un mois, on pointait du doigt son coup de mou en défense, préférant s’investir davantage en attaque à cause de la charge de travail qui lui était imposée par Gregg Popovich. Et pour le mois de Noël ? Kawhi a retrouvé ses standards exceptionnels, asphyxiant bon nombre de joueurs qui pensaient s’imposer sur lui. Une sorte de Grinch qui a plombé l’ambiance chez des attaquants souhaitant terminer 2016 sur une bonne note, et qui affrontera son plus beau challenge sur ce mois de janvier : LeBron, 21 janvier, on arrive avec les gants.

Draymond Green

Il a beau énerver du monde, casser des pieds et d’autres parties du corps humain, mais Draymond réalise une immense saison défensive, dans le bordel offensif proposé par Curry et KD. Sur un registre forcément moins spectaculaire mais tout aussi important, le numéro 23 s’occupe de toutes les plus grandes tâches sur demi-terrain pour permettre à ses copains de se régaler en attaque. La deuxième défense la plus efficace de la Ligue ? C’est GS. Et celui qui réalise ses meilleures moyennes en interceptions (2,1) comme quasiment en contres (1,3) ? C’est Green. Aujourd’hui, il coche toutes les cases et possède le meilleur bilan de toute la Ligue, ce qui devrait lui garantir un spot sur le podium.

Rudy Gobert

Pour aller chercher Rudy cette saison, il va falloir se lever tôt, très tôt. Car non seulement le pivot a les statistiques individuelles (11,9 rebonds et 2,6 contres), non seulement son équipe cartonne (plus faible nombre de points encaissés, 3ème défense la plus efficace du pays), mais Gobert y ajoute en plus la manière en réalisant des performances surréalistes. Marc Gasol à 4/22 au tir, sans lancers francs ? DeMarcus Cousins à 12/40 en deux rencontres ? La liste est longue, mais on ne vous conseille qu’une chose : le regarder jouer. Car si en France on sourit en le regardant, autant vous dire que chez l’Oncle Sam ça tire la gueule tous les soirs. Une terreur.

Prochain checkpoint lors de la première semaine de février, avec deux têtes de gondoles qu’on espère retrouver toujours en tête et des copains qui continueront à vouloir squatter le podium derrière eux.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top