Blazers

C.J. McCollum claque son record en carrière sur les Wolves : 43 points, un assassin qui joue au ralenti

Avant de jouer les Warriors ce mercredi et donc affronter une probable défaite, les Blazers devaient s’occuper de jeunes Wolves vainqueurs des Bucks ce vendredi : mission accomplie (95-89), en grande partie grâce à C.J. McCollum.

L’arrière devait une nouvelle fois jouer sans Damian Lillard, blessé et n’ayant pas à forcer son comeback au sein de son équipe. Car même si Minnesota restait sur une belle victoire à domicile contre Milwaukee, leur position restait solidement située dans les profondeurs de la Ligue, de quoi permettre à certains de se régaler du côté de Portland. Dans un match qui commençait d’ailleurs assez bizarrement, avec autant de ballons perdus et de possessions lentes que d’interrogations sur les activités des joueurs ce samedi soir, les Wolves se permettaient de prendre un petit avantage, notamment grâce à un Andrew Wiggins une nouvelle fois agressif et l’apport intéressant de Kris Dunn en sortie de banc. Visiblement étouffés en attaque car dépendant trop grandement de leur ligne arrière, les Blazers rentraient au vestiaire avec une dizaine de points de retard, ce qui fâchait forcément Terry Stotts. Mais pas seulement. Le coach de Portland secoua ses joueurs et décida de donner quasi-exclusivement la balle dans les mains de McCollum quant ce n’était pas Mason Plumlee en tête de raquette, en disant à son arrière d’improviser à volonté. Le genre de scénario dont C.J. rêvait, et qu’il a déroulé à la quasi-perfection.

Car la seconde période fut le McCollum Show, présenté en direct du Target Center ce dimanche. Déjà que le garçon est naturellement infernal dans son jeu à mi-distance, le numéro 3 abusait de la défense laxiste des intérieurs de Tom Thibodeau derrière chaque écran, en faisant notamment parler son bagage offensif exceptionnel. Un tir bien dosé, puis une pénétration bien terminée, des lancers grattés comme des rebonds offensifs, C.J. était partout mais il savait qu’une seule période ne suffirait pas. Son troisième quart était superbe, cependant Towns et compagnie refusaient de rendre leurs armes, et les Blazers devaient impérativement mettre le couvercle sur la rencontre. Pas de conneries après avoir perdu à San Antonio, pas de conneries avant de se rendre à l’Oracle Arena, McCollum en avait bien conscience et anéantira les espoirs des fans du Minnesota avec des bombes royales en plein money-time. Il y avait ce tir de près de 9 mètres, alors que la possession sentait le sapin et Thibodeau préparait déjà ses troupes au rebond, qui faisait ficelle et voyait de nombreux fans prendre leur tête à deux mains. Il y aura, quelques minutes plus tard, un pull-up signature de l’arrière de Portland, avec quatre petits points d’avance et une quarantaine de secondes à jouer. Dans son jeu préféré, C.J. fera danser Gorgui Dieng une énième fois, avant de se dresser comme un i au niveau des lancers francs, tchaf. Merci de nous avoir accueilli, à la prochaine pour une nouvelle session défensive…

Avec 43 points, à 16/25 au tir et 8/9 aux lancers, McCollum n’a pas qu’offert la victoire à sa franchise en déplacement. Il a proposé à Damian Lillard de se reposer encore un peu sans avoir à stresser, il a tapé son nouveau record en carrière, et a rappelé à beaucoup de monde que si le tir à trois points est aujourd’hui à la mode, son excellence à mi-distance est tout aussi dangereuse.

couverture


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top