Rockets

James Harden atteint le nirvana : 53 points, 16 rebonds et 17 passes pour le barbu

Pour ponctuer une merveilleuse année 2016 et un début de saison stratosphérique, James Harden est rentré dans l’histoire en proposant une ligne statistique inoubliable face aux Knicks.

Le postulat était déjà annoncé, avant que la rencontre ne commence. En voyant les Clippers se prendre 140 points dans le temps réglementaire et un triple-double du gaucher des Rockets en trottinant, on préférait annoncer aux fans new-yorkais que la soirée de ce samedi allait être bien trop longue. Il y avait le déplacement de la veille, à New Orleans, soldé par une défaite. Mais ceci n’était rien face au déroulé offensif proposé par Houston et son capitaine, tout simplement au sommet de ses capacités. Les Knicks avaient tenté tout ce qui était possible et imaginable, même en l’absence de Kristaps Porzingis. Blessé, le géant devait voir ses collègues se faire tabasser par une machine devenue quasiment incontrôlable sur le circuit, Harden ayant définitivement pris la tête de la course au titre de MVP. Le doute résidait peut-être encore, avec un Russell Westbrook toujours aussi impressionnant et spectaculaire à quelques kilomètres de lui, mais Harden a réalisé une performance dont même le meneur d’OKC rêverait au quotidien en se couchant. Brandon Jennings et ses 32 points ne furent pas suffisants. Melo et ses tentatives ne furent pas suffisants. On aurait pu mettre l’intégralité de Manhattan sur le barbu au maillot noir que le résultat aurait été le même. Bien trop en forme, responsabilisé et face à une défense qui l’autorisait à totalement s’exprimer, le numéro 13 est sérieusement rentré dans l’histoire.

53 points, 16 rebonds et 17 passes.

Dans le temps réglementaire ? Dans le temps réglementaire. C’est simple, en proposant une telle ligne, Harden a non seulement rejoint Wilt Chamberlain en tapant le plus grand nombre de points de l’histoire sur un triple-double, mais il est surtout devenu le premier joueur de tous les temps à dépasser les barres du 50-15-15. Oui, James a bien soufflé sur le plateau des 50 points, celui des 15 rebonds et sans oublier les 15 passes. De Trevor Ariza à Montrezl Harrell sans oublier Ryan Anderson qui crucifiait les Knicks dans le money-time, James était dans tous les bons coups de son équipe. Et en face ? Même Jennings le disait lui-même, qu’il fallait que le phénomène aille chercher le titre de MVP, car son niveau actuel laisse pantois bon nombre d’observateurs. Ils sont encore nombreux, à vouloir le taquiner sur ses lacunes défensives, son rythme parfois trop lent et son manque de spectacle sur le terrain. Mais aujourd’hui, personne ne peut contester l’excellence du numéro 13, qui a fait vivre un putain de cauchemar à New York sans même avoir à forcer son jeu. Il aurait pu réaliser ces chiffres en prolongation, il aurait pu galérer à verrouiller la gagne devant son public. Mais non. Hier soir, Harden n’a fait que ce qu’il savait faire, c’est-à-dire développer le jeu offensif le plus intelligent et productif de toute la Ligue. Une partition à retenir dans l’histoire, et qui lance la nouvelle année de la plus belle des manières.

Il y a des gens qui rêvent de planter plus de 50 points. Il y a des gens qui rêvent de prendre plus de 15 rebonds. Il y a aussi des gens qui pensent un jour réaliser plus de 15 passes. James Harden a validé ces trois souhaits en une soirée, mémorable. Plus que jamais, le titre de MVP est dans sa ligne de mire.

Les visiteurs ont tapé :

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top