Bucks

Les Bucks toujours chauds pour refourguer Greg Monroe : elle est si dure à trouver que ça la déchetterie ?

Déchetterie

Échange grand gaucher pas trop nul, 17 millions la saison, contre à peu près tout ce que vous voulez.

Source image : vence.fr

C’est un peu le running gag depuis des mois dans le Wisconsin. Débarqué en juin 2015 à Milwaukee en échange d’Ersan Ilyasova et de deux tranches de pâté, Greg Monroe n’a jamais réussi à se faire sa place dans le roster de Jason Kidd et les Bucks cherchent depuis à s’en débarrasser. Tous les jours un peu plus.

Il y a des couples qui durent, et d’autres qui se rendent compte au bout de quelques mois seulement qu’il sera compliqué d’aller jusqu’au mariage. Celui que forment Greg Monroe et les Bucks fait partie de cette deuxième catégorie, de ceux qui passent parfois une belle soirée mais dont l’essentiel de l’emploi du temps consiste à se regarder dans le blanc des yeux sans trop savoir quoi se dire. Une production en baisse la saison passée pour commencer, la mise au ban au deuxième chapitre, et voilà donc comment un gros prospect devient en quelques mois une troisième option dans une franchise NBA, derrière des génies offensifs comme John Henson ou Miles Plumlee. Il a beau nous sortir parfois de belles perfs le Grégoire (16 points hier soir à Washington, six doubles-doubles depuis le début de la saison), il y a quelque chose qui cloche entre Jason Kidd et son intérieur gaucher.

C’est donc sans surprise que l’on a appris hier que la franchise du Wisconsin cherchait une fois de plus à se débarrasser de Greg et de son imposant contrat (17,14 millions cette année et 17,88 la prochaine, année de contrat qu’il pourra opt-out), pour faire enfin le ménage et confirmer la hiérarchie voulue par Kidd et son staff. Les années passent et ne se ressemblent pas pour Greg Monroe, lequel avait été signé à la base pour faire partie du plan de reconstruction d’une franchise en pleine renaissance mais qui n’avait peut-être pas prévu quel genre de délire deviendrait la doublette Giannis Antetokounmpo / Jabari Parker. Car aujourd’hui les Bucks appartiennent tout bonnement aux deux derniers cités et si le nom de Greg Monroe revient dans toutes les discussions en cette fin 2016, ça n’est pas pour parler de ses performances pourtant correctes, mais bien pour nous dire et nous redire que ses employeurs cherchent à le dégager par tous les moyens. Un peu courts à la mène, un peu orphelins au poste 2 en attendant le retour de Khris Middleton, c’est donc vers un potentiel renfort sur le backcourt que les Bucks doivent sans doute lorgner en ce moment, pour donner encore un peu plus de relief à leur roster et pour enfin se séparer de leur boulet.

A quatre jours de la fin de l’année civile, on ne sait donc toujours pas de quoi l’avenir de Greg Monroe sera fait. Seule certitude ? Il ne passera probablement pas son 31 dans la famille Kidd, ni même à Milwaukee d’ailleurs, puisqu’il jouera ce soir-là à Chicago. Enfin, s’il joue.

Source : realgm.com

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top