La semaine de Gérard

La J.R. Week (une semaine avec Gérard) #09 : nous voilà partis pour quelques semaines en PLS

JR Smith

L’Homme.

Source image : YouTube

‘A la rédac’ de Trashtalk, vous le savez, on est des grands fans de J.R. Smith, alias Gérard pour les intimes. Gérard, c’est une grande histoire d’amour. Gérard, c’est notre MVP à nous, le number one dans nos coeurs, celui qui donne envie d’être fan des Cavaliers et de suivre la NBA quoi qu’il arrive. Cette rubrique lui est 100 % dédiée et revient, de manière hebdomadaire, sur ce que nous a offert le mec le plus généreux de la NBA sur et en dehors des parquets. Parce que la flamme se doit d’être entretenue. J.R. 4ever.’ Par Maxime Claudel.

___ 

# Les perf’ de la semaine

La vie est parfois cruelle. Après être passé à deux doigts des ligaments croisés, J.R. Smith semblait revenir au meilleur de sa forme. Et, ironie du sort, c’est finalement un doigt – un pouce en l’occurence – qui va le priver des parquets pendant de longues semaines. Beaucoup trop longues à notre goût. On parle d’une absence de plus de trois mois et on s’imagine déjà un retour triomphant lors des Playoffs, en mode MVP des Finales au terme d’un combat âpre face aux artilleurs des Warriors. Ce serait, en tout cas, un épilogue digne de la saison de Gérard, beaucoup trop en dents de scie pour qu’elle se termine mal. En attendant, on va devoir se taper DeAndre Liggins qui, fort heureusement, est capable de coller son vis-à-vis tel un legging. Demandez à Stephen Curry et son 4/11 lors du Christmas Day ce qu’il en pense.
Mais toujours est-il que les Cavs continuent de caracoler en tête de la conférence Est – et de battre les Warriors aussi mouhahaha (4 in a row comme ils disent outre-Atlantique) – sans leur numéro 5 fétiche. Malgré la mauvaise nouvelle liée à son indisponibilité, le trou dans l’effectif et les systèmes défensifs, LeBron James et sa bande ont enfilé les victoires comme Smith enfile les tirs contestés quand il prend feu. Pour sûr, je, tu, il, nous vous, ils… le monde aura besoin de lui d’ici la fin de la régulière. Reviens fort please, que nos larmes n’aient pas coulé et que nos boîtes de kleenex ne se soient pas arrachées pour rien.
Maintenant, on se doit d’être francs et on ne sait pas trop ce que va devenir notre rubrique « La J.R. Week » d’ici au come-back du messie. Nous sommes en PLS, comme beaucoup d’entre vous, mais, rassurez-vous, nous allons trouver une solution, un remplaçant digne de ce nom (nous avons déjà une idée sur l’heureux élu), tout en continuant à prendre des nouvelles de Gérard quand il voudra bien en donner.

# Les stat’ de la semaine

  • Face aux Bucks (victoire) : 16 minutes, 6 points (2 sur 6 FG, 2 sur 4 à 3 points), 1 rebond, 0 passe, 0 interception, 0 contre, 2 faute, -1 en éval et -1 pouce
  • Face aux Bucks (victoire) : DNP
  • Face aux Nets (victoire) : DNP
  • Face aux Warriors (victoire) DNP

# La décla’ de la semaine : George Karl « marx » le coup et pète un boulon avant 2017

« Quand nous avons transféré J.R. en 2011, j’étais déçu de ne pas avoir aidé un joueur clairement talentueux à progresser plus. » Dans un livre intitulé Furious George, à paraître en janvier, George Karl a mis au pilori plusieurs joueurs qu’il a coachés, dont l’actuel arrière titulaire des Cavs. A ses yeux, Gérard, à l’époque où il évoluait aux Nuggets, n’était qu’un « enfant pourri gâté », pensant que « tout lui était dû, dont l’entourage était une distraction et qui avait toujours les yeux sur le prochain contrat et une sélection de shoots incroyable. » Mais George Karl oublie une chose : loin de lui, J.R. a été élu meilleur sixième homme (2013) puis il a remporté une bague (2016). Donc bon, OSEF de ce que t’écrit Karlinou !

# Le shoot de la semaine : on ne va pas se mentir, Gérard l’aurait mis aussi hein !

# La photo de la semaine : J.R. Smith et ses « posse » à Noël

#merryswishmas

Une photo publiée par JR Smith (@teamswish) le

Attention, nous ne sommes pas passés très loin de la catastrophe avec cette photo où nous pouvons apprécier Gérard, le bras emplâtré, et ses proches en train de kiffer Noël. En effet, on espère sincèrement que Phil Jackson ne l’a pas vue car sinon il nous ressortirait son bon vieux terme « posse » lui ayant fait perdre l’immense respect que LeBron James avait pour lui. En tout cas, il y a tout sur cette photo des presque Dalton : un père Noël sans barbe, un Deadpool en pantoufles, un mec en pyj’ Primark, des bonnets du père Noël, un joli sapin, une assiette de cookies quasi vide, un seul biberon alors qu’ils sont cinq (l’esprit de partage bordel !), des coques de téléphone ringardes et notre J.R. qu’on croirait qu’il se tient les… Non, esprit de Noël, oubliez. 

# Le Tweet de la semaine : sa réponse à George « père fouettard » Karl

Dans son livre, George Karl s’est attaqué à plusieurs des joueurs, dont le triple champion olympique Carmelo Anthony. J.R. Smith, qui a côtoyé la star des Knicks chez les Nuggets puis à New York, a défendu son pote : « Il cherche encore à faire son intéressant. C’est triste, simplement triste. » Franchement, on n’a rien trouvé de mieux à dire et c’est donc un pouce levé pour notre idole. Sans mauvais jeu de mots. Ce n’est pas notre genre voyons.

# Le petit bonus “ce n’est que du bonheur” de la semaine : parce que bon, la modestie, ce n’est pas pour les Champions NBA


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top