Spurs

Les Spurs n’ont pas le temps pour les cadeaux : victoire facile face aux Bulls, 119-100, next !

LaMarcus Aldridge

PS : le premier quart-temps de LaMarcus est interdit aux moins de 18.

Source : youtube

Après l’ascenseur émotionnel offert par les Cavs et les Warriors un peu plus tôt dans la soirée, on ne s’attendait pas forcément au même genre de bail entre des Bulls malades et des Spurs solides. Attention spoiler, ce ne fut -effectivement- pas fameux. Du sérieux, du Spurs tout craché.

A la question comment tuer un match en quelques minutes sans forcément forcer, la réponse tient en trois lettres. L, M, A. Zéro tracas, zéro bla-bla. Exceptionnel en début de rencontre et tout juste énorme le reste du temps, l’ancien Bull a rappelé à la franchise de l’Illinois le genre de mec qu’il était capable d’être sur un parquet. Au bout de 12 minutes ? 20 points, à 9/9 au tir. A huit mètres comme sous les panneaux après un rebond off, LaMarcus s’est donc pris pour Wilt Chamberlain ce soir et difficile dans ces cas-là d’imaginer une seule seconde l’emporter face à une armada comme celle des Spurs, des Spurs de surcroit motivés comme jamais pour une revanche face à ceux qui les avaient privés du record all-time de wins consécutives à l’extérieur il y a deux semaines. 17-2 pour commencer, 30 à 10 quelques minutes plus tard et finalement 36-25 à la fin du premier quart, merci d’être passé.

Sauf que comme les Spurs sont le genre de mecs sympas comme tout, les Bulls seront autorisés à revenir dans le match au deuxième quart-temps pour permettre aux courageux encore debout de trouver un sens à laisser la TV allumée. 54-50 à la mi-temps, on en profite alors pour se refaire le combo mixtape de LMA/tir de Kyrie pendant le quart d’heure de pause. La suite ? Rien d’exceptionnel, si ce n’est un Dwyane Wade qui chauffe en deuxième mais de manière bien isolée, alors que Kawhi Leonard fait honneur à son statut de franchise player en grisant toutes les colonnes de sa ligne de stats à l’aide de mains aussi grandes que son talent. L’écart se fera progressivement à mesure que les secondes s’égrènent et que les derniers neurones défensifs de Rajon Rondo s’échapperont dans les airs de l’AT&T Center. A l’arrivée LaMarcus Aldridge termine à 33 points et 9 rebonds à 15/20, Kawhi nous tape le code barres de la soirée avec 25 points, 10 rebonds, 4 passes et 3 steals et les Spurs s’imposent donc 119-100 après avoir collé un 13-0 meurtrier à Chicago en fin de troisième et fait jouer la CFA dans le dernier quart. Ce n’était pas la performance la plus éblouissante de la soirée, mais c’était peut-être bien la plus sérieuse.

Un match qui symbolise finalement l’état de forme des deux franchises. D’un côté des Bulls qui se traînent une bonne gastro qui pourrait bien durer des mois, de l’autre la perfection texane installée depuis si longtemps… et qui n’est pas près de s’arrêter. Allez, on enchaîne, on a un marathon à finir nous.

Stats Bulls stats-spurs

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top