Lakers

Les Lakers tirent le feu d’artifice du Christmas Day face aux Clippers : 111-102, tellement moche que ce fût beau

Pinder

Même au cirque on se serait moins marré.

Source : francebleu.fr

On le savait, ou du moins on l’espérait du fond du cœur… Le dernier match de ce Christmas Day devait ponctuer de la meilleure des manières une nuit de folie, malgré une opposition annoncée comme des plus dégueulasses. C’était moche mais beau, c’était usant mais revigorant. Car vivre une nuit complète avec la communauté constitue un moment assez unique, et ce dernier match a tiré un trait parfait sur ce putain de Marathon.

Des Clippers sans Blake Griffin ni Chris Paul et des Lakers sans Kobe Bryant ni Robert Sacre. Voilà donc le programme qui nous était proposé pour conclure cette folle soirée, dans un Staples Center gonflé à bloc comme à ses plus belles heures. Ou pas. Car quand on a connu Magic Johnson, Kareem Abdul-Jabbar, Kobe Bryant ou encore Shaquille O’Neal, comment ne pas s’extasier devant les skills de Lou Williams ou Brandon Bass. Surtout quand face à eux se dressent des Hall of Famers comme Wesley Johnson ou Austin Rivers. Et dans ce choc intersidéral, ce sont logiquement les Clippers qui prennent le lead rapidement grâce notamment à un J.J. Redick en mode arrosoir semi-automatique avec 11 points à 5/10 au tir après seulement un quart-temps. En face ? C’est une catastrophe. Timofey Mozgov balance des air ball sur des hooks à deux mètres du cercle, Brandon Ingram rentre dans le petit jeu sournois d’Austin Fils De, Luke Walton tente par deux fois de s’échapper et c’est donc avec un léger retard que les Angelinos rejoignent les vestiaires, bienheureux de voir que leurs adversaires réussissent l’exploit d’être pratiquement aussi nuls qu’eux…

Sauf que lors d’un Marathon de Noël, il se passe toujours quelque chose. Toujours. Et c’est en suivant cet adage que les Lakers vont venir rapidement talonner leurs hôtes, passant un 34-16 au moins aussi terrible que la nullité d’Austin Rivers ce soir. Nick Young et Timofey montrent alors à la Terre entière que c’est peut-être bien au Staples Center que cohabite le meilleur duo de la Ligue et plus les minutes s’égrènent, plus les Lakers s’échappent. Youpi, la seule raison de sourire pour les Clippers s’appelle en fait Raymond Felton, ‘Mighty Ray’ qui avouera après le match avoir caché le talent de ses teammates dans ses joues ce soir, ceci expliquant du coup le niveau entrevu en deuxième mi-temps chez les Rouges. Ces derniers qui auront beau revenir en milieu de quatrième mais sans conclusion intéressante à en tirer, Swaggy-P se chargeant de clore les débats histoire de nous envoyer enfin au pieu après cet imbuvable champagne. Sauf qu’on s’y attendait, sauf qu’on le savait. Et du coup la pilule passe beaucoup plus facilement.

Les Lakers l’emportent donc 111-102 pour leur deuxième victoire… du mois, alors que les hommes de Doc Rivers se couchent actuellement la queue entre les jambes et tout honteux de s’être fait surprendre par des mecs comme Thomas Robinson ou encore Tarik Black, laissé pour sa part au repos en prévision des Playoffs. Allez, filez donc vous coucher, vous l’avez fortement mérité.

Stats Clippers Stats Lakers


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top