Cavaliers

Kyrie Irving se paye les Warriors dans un match irrespirable : le plus beau des cadeaux de Noël

kyrie irving

On ne pouvait rêver mieux !

Source image : NBA League Pass

Six mois qu’on attendait ça ! Six longs mois qu’on essayait de digérer ce Game 7 des Finales NBA avec l’impression que ces deux équipes n’en avaient pas fini l’une avec l’autre. Pour Noël, Adam Silver nous a offert le plus beau des cadeaux imaginables. Alors autant vous le dire tout de suite, l’attente valait la peine !

On espère vraiment que vous avez été sages cette année et que le Père Noël vous a autorisé à être devant votre écran pour ce match car on n’en verra pas beaucoup d’autres des comme ça avant le mois d’avril. Il s’est passé bien des choses depuis que Gérard a paradé torse-nu dans toute la ville de Cleveland mais la rencontre de ce soir avait des airs de Game 8 des dernières Finales. Il n’y avait qu’à voir l’œil allumé de Draymond Green dès l’entre-deux – celui qui lui a valu une technique au bout de deux minutes dans le premier quart-temps – pour comprendre que ce match était plus qu’un simple match de régulière au mois de décembre. Les deux équipes n’ont pas beaucoup l’occasion de jouer avec autant d’intensité avant les Playoffs et le poster de “The Block” collé sur la porte du vestiaire des Warriors n’a pas aidé à faire baisser la pression non plus, bien au contraire. Bien préparés, les deux camps se rendent coup pour coup en défense, forçant énormément de pertes de balle pour des franchises de ce rang. Qu’importe, on prend notre pied en sirotant les restes de champagne de la veille dans notre ugly sweater préféré.

Dans le troisième quart-temps, le niveau augmente encore un peu. Les tirs sont plus précis et on réalise la chance que l’on a de voir évoluer les trois derniers MVP (7 trophées au total) et les deux plus grands scoreurs de l’histoire sur un quart-temps, en même temps, sur un même parquet. LeBron James compense l’absence de J.R. Smith et le petit match de Kyrie Irving en se prenant pour Kyle Korver du parking (3/5 de loin dans la période) mais Klay Thompson et surtout Kevin Durant lui répondent et font monter l’écart à 7 points avant l’entame des 12 dernières minutes de ce match. Pour son deuxième match surmédiatisé de la saison après celui face au Thunder, l’ancien coéquipier de Russell Westbrook délivre une prestation ultra propre et ferme encore des bouches par milliers à ce moment précis de la soirée (36 points et 15 rebonds à 11/23). Le matelas des Californiens monte même jusqu’à 13 points dans le dernier quart mais, on commence à s’y habituer, les Cavaliers ont des ressources insoupçonnées quand ils affrontent leurs bourreaux de 2015. Ceux qui avaient misé sur Richard Jefferson auront le droit à une nouvelle part de bûche, le vétéran a demandé une deuxième jeunesse au Père Noël et en profite tout de suite pour enterrer KD et Klay Thompson sur deux posters monumentaux à l’âge de 36 ans. Jamais on aurait cru lire cette phrase en 2016 mais c’est bien la réalité et le chauve va initier un run de 9-0 pour recoller juste avant le money-time. Le reste est plus rationnel mais tout aussi impressionnant. Discret la majeure partie du match, Kyrie Irving est réveillé par l’odeur du sang et va s’emparer du stylo pour signer en bas de la feuille de match avec 14 points dans le dernier quart. Il plante d’abord un gros triple pour garder les Cavs en vie, puis c’est lui qui va asséner le coup de grâce à trois secondes du terme en s’offrant le scalp du pauvre Klay Thompson. 109-108, Golden State n’aura même pas de réelle dernière chance puisque Kevin Durant s’écroulera au sol “tout seul” pour valider le choke. C’est officiel, il fait partie des Warriors !

Que rêver de mieux pour le réveillon ? Un match de cette qualité à 20 heures 30, le Père Noël existe vraiment et il signe en trois lettres : NBA. En plus, ce genre de finish nous promet une revanche de folie à l’Oracle le 16 janvier et une série complètement dingue en juin prochain. Et en sept matchs, s’il vous plaît, cher papa Noël.

box1

box2

Les visiteurs ont tapé :

6 Commentaires

6 Comments

  1. Rodzilla

    26 décembre 2016 à 1 h 51 min at 1 h 51 min

    “Golden State n’aura même pas de réelle dernière chance puisque Kevin Durant s’écroulera au sol tout seul pour valider le choke. C’est officiel, il fait partie des Warriors !”

    Cruel vu le match de ZdC mais bien marrant, et un peu vrai pour le coup…

  2. antoine drct

    26 décembre 2016 à 10 h 21 min at 10 h 21 min

    Un match a l’image de KD a 9/14 a la mi-temps et qui a mis 2/11 en seconde mi-temps. Il doit etre encore en train de pleurer avec klay thompson en repensant aux ENORMES posters qu’ils ont pris…

  3. poubelle_talk

    27 décembre 2016 à 15 h 10 min at 15 h 10 min

    “Kevin Durant s’écroulera au sol “tout seul” pour valider le choke. C’est officiel, il fait partie des Warriors !”

    Woauh, mais que c’est drôle ! Je parie que l’auteur a dû avoir une érection en tapant cete merde.

    Car non, Durant ne tombe pas tout seul, ça a même été reconnu dans le rapport d’arbitrage d’après-match mais bon, c’est tellement tendance de chier sur les Warriors et de pomper le dard des Cavs. Continuez les gars, vous êtes parfaitement dans le ton !

    • Benoît

      27 décembre 2016 à 18 h 27 min at 18 h 27 min

      Salut poubelle_talk (quel beau pseudo) et merci pour ton commentaire. Oui Richard Jefferson fait trébucher Kevin Durant, oui les arbitres auraient dû siffler faute. La NBA l’a reconnu a posteriori et un article y a même été consacré sur TrashTalk dès que l’information est sortie (http://trashtalk.co/2016/12/27/la-nba-pimente-la-rivalite-cavs-warriors-il-y-avait-bien-faute-sur-kevin-durant-au-buzzer/). Tout comme ce récap a été écrit dès la fin de la rencontre, en prenant en considération la décision arbitrale du moment et les quelques ralentis diffusés par ESPN. Des guillemets ont d’ailleurs très vite été ajoutées pour clarifier la prise de décision contestable des hommes au sifflet. Maintenant si tu veux venir contester le fait que les Warriors n’arrivent pas à gérer une avance confortable dès qu’ils sont confrontés aux Cavaliers ces derniers mois, je ne sais pas ce qu’il te faut de plus. L’avant-dernière possession de GS ce dimanche en est encore une belle preuve, une de plus.

  4. poubelle_talk

    27 décembre 2016 à 19 h 09 min at 19 h 09 min

    Salut Benoît et merci d’avoir répondu.

    Je ne conteste absolument pas le fait que les Warriors ont très mal géré le dernier quart-temps. De même que je ne nie absolument pas que les Cavs leur posent des problèmes (en même temps c’est un peu normal : ils sont champions en titre, finalistes en 2015, et ils seront encore en finale cette année, la conférence Est étant un véritable désert en terme de concurrence pour eux, mais c’est un autre sujet).

    Donc, rien à redire à ça.

    En revanche, et c’était le sens de mon message, écrire en substance que KD s’est chié dessus et que c’est la caractéristique des Warriors alors qu’il est bel et bien victime d’une faute (l’arbitrage ayant été positivement infect du début à la fin dans ce match), c’est juste minable (même si vous n’aviez pas toutes les infos au moment du récap). Quant au fait d’avoir ajouté des guillemets en guise de correction, je trouve que c’est malhonnête. Car entre

    – Kevin Durant s’écroulera au sol “tout seul” pour valider le choke

    et

    – Kevin Durant s’écroulera au sol, victime d’une faute non sifflée de Jefferson, pour valider le choke

    ce n’est plus tout à fait pareil et pour cause : dans la deuxième phrase (qui explique clairement les choses), la partie sur le choke devient légèrement caduque.

    Ça ne change rien au fait que les Warriors ont foiré leur fin de match, mais ces vieilles vannes anti-Warriors finissent par gonfler, surtout quand elles ne sont pas justifiées (et c’est le cas ici).

    Voilà, voilà :)

  5. Benoît

    28 décembre 2016 à 0 h 21 min at 0 h 21 min

    Je comprends la frustration, j’en suis d’ailleurs moi-même la première victime ayant particulièrement d’affection pour les Warriors. Mais les faits sont là et Kevin Durant n’aurait jamais dû se retrouver dans cette position à quelques fractions de secondes du buzzer. Ensuite, au vu de l’arbitrage depuis le début du match et la pression du public, il ne faut pas s’étonner de ce genre de raté. Maintenant, il faudra attendre la revanche le 16 janvier, avec de meilleurs arbitres on l’espère.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top