Mavericks

Dirk Nowitzki a fait son grand retour : 17 points en 15 minutes, das machine est sehr en forme

Dirk Nowitzki
Source image : Twitter

Il l’avait annoncé. Pour Noël, Dirk Nowitzki souhaitait représenter le plus beau cadeau possible en faisant son retour dans son équipe de toujours : le patron est revenu et les Mavs ont gagné, schluss, punkt.

L’échauffement contre Portland n’avait pas été concluant, du moins pas assez pour que Rick Carlisle prenne le moindre risque. Surtout que, mine de rien, les soldats texans réussissaient à se débrouiller comme des grands, en profitant du basket dégueulasse proposé par les Blazers. Mais avant de se réunir en famille et d’apprécier ce weekend de fêtes, il restait une rencontre à jouer et une potentielle case à cocher. Les Clippers ? Qui jouaient la veille face aux Spurs ? Et sans Chris Paul ? Parfait pour se lancer, ce que les Mavs décidaient sans hésiter. Résultat, le grand Dirk faisait son apparition sur le terrain et restait sous la barre qui lui était imposée : une mi-temps, et puis c’est tout. Pas besoin de faire de conneries, à base de 30 minutes dès son retour, optons pour la quinzaine et voyons comment tu réagis. Sauf que pour un des meilleurs marqueurs de l’histoire, même sur une demi-jambe et avec 15 minutes au chronomètre, les dégâts peuvent être nombreux. Et qui s’est régalé en abusant des couvertures proposées par les Clippers, entre DeAndre Jordan, Marreese Speights et Raymond Felton ? C’est Nowitzki. En une petite mi-temps, le Wunderkind nous a claqué 17 points à 7/12 au tir dont 2/3 à distance, les bras le démangeaient tellement que chaque tentative trouvait la ficelle. Once a shooter, always a shooter comme ils disent là-bas.

Et plus qu’une histoire de production numérique, c’est évidemment le coup de boost émotionnel qui donnait assez de force aux Mavs pour gérer le business du soir. Face à des Clippers courageux et notamment menés par un Jamal Crawford intenable, Wesley Matthews et ses potes étaient déterminés à faire de ce comeback une belle histoire, un beau dernier moment avant de profiter du weekend et des proches. Du coup, dans une fin de match serrée et qui voyait chacun y aller de son petit punch, c’est DeAndre Jordan qui loupait ses deux lancers pour offrir à Harrison Barnes la possession de la gagne. Installé en isolation du Mbah a Moute, ce qui n’est pas la plus aisée des missions, l’ailier signé cet été se créait un petit runner bien propre qui trouvait le panier. Deux points d’avance pour les Mavs, coup de massue imposé, défense sérieuse pour que la victoire soit tamponnée. Et au final, si Harrison aurait pu repartir avec la première page du mag, c’est forcément Dirk dont on devait parler. Car sur ce début de saison, tenir une mi-temps sur un parquet était de l’ordre du miracle, du luxe. Hier soir ? Non seulement Nowitzki a montré que son corps réagissait bien, mais il n’a pas attendu longtemps avant de produire comme le futur Hall of Famer qu’il est. La classe des plus grands, tout simplement.

Et une fois les fêtes passées ? Dallas pourra entamer sa remontée fantastique, avec le retour en forme d’Andrew Bogut, de J.J Barea au lieu de faire des allers-retours, et un grand Dirk qui refusera de regarder les Playoffs à la téloche. Vue la gueule de l’Ouest, et sa détermination ? On n’a qu’une hâte, c’est de le voir à l’oeuvre dès le prochain match.


couverture

Les visiteurs ont tapé :

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top