Raptors

Terrence Ross lance la guerre des snipers éclairs : entre lui et Eric Gordon, faites votre choix

Terrence Ross

L’apesanquoi ?

Source image : YouTube

Si la gâchette des Rockets semble clairement dominer la course au Sixième Homme de l’Année pour le moment, on en connaît un qui n’a pas dit son dernier mot et aimerait taquiner Gordon jusqu’au finish.

Encore un carton pour Terrence Ross hier soir, avec ses 25 points face aux Bucks dans un registre qu’il adore tout particulièrement. Match rapide, espaces immenses, des contre-attaques et des replis défensifs à faire sourire Mike D’Antoni, idéal pour un bombardier comme lui. Du coup, même si les réseaux sociaux se sont évidemment allongés devant ce moulin à vent raté alors qu’il était tout seul, les fans des Raptors se sont tout de même satisfaits de la performance de leur petit, qui commence à devenir fondamental dans la réussite des siens. En effet, dès que Ross dépasse la barre des 20 points cette saison, c’est une victoire automatique pour Toronto (3 sur 3), tandis que les soirées plus discrètes sont souvent synonymes de galères pour Dwane Casey. L’entraîneur sait cependant qu’il peut compter sur un banc complet et pas sur les exploits d’un seul homme, et c’est peut-être là-dessus que Terrence devra regarder de loin ce trophée qui pourrait pourtant lui tendre les bras s’il continuait ainsi.

Patrick Patterson, Lucas Nogueira, Corey Joseph et Norman Powell, suffisamment de matos pour faire oublier Ross the Boss, lui qui représente pourtant l’arme offensive principale de ce groupe. Avec un pourcentage fabuleux à distance (43%) et une production aussi rapide, le marsupial devrait être bien plus mis en avant sur certaines séquences des Raptors en attaque, mais Casey préfère y aller doucement avec Terrence, car le bonhomme est bien un sniper-éclair. Plus de 10 points de moyenne en jouant moins de 20 minutes chaque soir ? Seul Enes Kanter y arrive à ses côtés (12,8), mais le bûcheron du Thunder est bien moins entouré que l’homme au bandeau. Ce qui manque actuellement à Ross plus qu’autre chose, c’est un peu plus de régularité et donc d’importance visuelle dans les victoires des siens. Car pour le moment, Eric Gordon et même Patty Mills montrent davantage dans ce domaine, sur l’identité de leur équipe. Mais si Terrence passe par ici et lit qu’on veut le voir artiller encore plus… who knows.

C’est bien Terrence Ross qui tentera de tenir tête à Rico Gordon chez les meilleurs remplaçants de la NBA cette saison, avec d’autres clients tout aussi importants mais ne possédant pas le bilan des Raptors. Quand il est en feu comme hier soir, on ne souhaite voir qu’une chose : encore plus de performances du même genre.


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top