Celtics

Les Celtics se rendent à OKC : mission royale pour Marcus Smart, freiner le TGV Westbrook

Après une défaite compliquée face aux Raptors ce vendredi, les hommes de Brad Stevens se rendent dans l’Oklahoma pour tenter de se redresser sur le droit chemin : pour y arriver, il faudra penser à tout blinder.

Avec 7 triple-doubles de suite sur son compteur et un revers lui aussi à la maison ce vendredi face aux Rockets, Russell Westbrook a de quoi être motivé ce soir en accueillant les petits hommes verts. Car même si l’équipe qui viendra chez lui aura la ferme intention de le limiter dans son immense production, le phénomène sait qu’il devra se reprendre après une performance des plus critiquables. En effet, contre Houston avant-hier, Westbrook était enfin redevenu humain en validant certes son TD protocolaire, mais en chiant sa fin de match et en faisant de Patrick Beverley l’homme de la rencontre. Bien sur ses appuis, discipliné et prêt à tout donner pour que son équipe l’emporte, le défenseur d’élite avait effectué un travail remarquable sur Russell, le forçant notamment à perdre 8 ballons et à louper 17 de ses 25 tirs. Impossible pour le Thunder de gagner dans ces conditions, la série de victoires s’arrêtant donc à six bâtons pour les hommes de Billy Donovan, qui devront effacer leur dernier échec en proposant un bien meilleur basket ce soir. Et il le faudra, car ce n’est pas une petite équipe de Boston qui se rendra à la Chesapeake Arena autour de 1h du matin.

En effet, bien qu’orphelins d’Isaiah Thomas, les Celtics savent qu’ils peuvent ralentir OKC en jouant leur jeu préféré, celui de l’étranglement collectif avec option répartition équitable du scoring. C’est d’ailleurs ce qu’il faudra faire pour l’emporter, Al Horford et Jae Crowder voulant montrer la voie dès le début de rencontre. Mais s’il y a un client qu’on a envie d’observer tout particulièrement, c’est bien évidemment Marcus Smart. En ayant fait ses études dans l’Oklahoma et en ayant déjà réalisé quelques grosses performances dans la région depuis qu’il porte le maillot vert, le pitbull préféré de Brad Stevens sera envoyé en mission kamikaze sur le numéro 0 d’en face, un scénario idéal pour lui. L’an passé, on l’avait déjà vu à l’oeuvre en forçant Russell à terminer sa partie à 5/20 au tir dont 2/10 de loin, tout en ajoutant 26 points de son côté, ce qui faisait de cette victoire de Boston une des plus belles partitions individuelles dans le cas de Smart. Cette fois, l’affaire sera un peu plus compliquée car comme mentionné plus haut le scoring ne pourra être assuré par Isaiah, cependant les Celtics savent qu’ils peuvent se rendre dans n’importe quelle arène et gagner, tant que le plan de jeu initial est respecté. Blinder la peinture, forcer des tirs extérieurs, ne pas laisser le fou abuser de la ligne des lancers et punir le retour laxiste des hôtes en défense, voilà un menu qui a déjà fonctionné par le passé et qui devra être réutilisé cette nuit.

La défaite au finish à Houston était décevante, la seconde mi-temps contre Toront l’était tout autant. Si Boston veut montrer la force de son groupe, il ne faut pas que tabasser Orlando en déplacement, il faut aussi s’occuper des plus gros morceaux : Russell et sa série historique, en voilà un bon pour les soldats du Massachusetts.


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top