Los Angeles Clippers

Chris Paul était en mode Monsieur Propre : 20 points, 20 passes, 0 balles perdues, 0 bactéries

Pas de Blake Griffin, pas de problèmes. Pas d’Anthony Davis, encore moins de problèmes. Face aux Pelicans, l’ancien meneur de New Orleans est tout simplement rentré dans l’histoire avec en bonus la victoire (133-105).

Ce n’est pas pour rien qu’on le surnomme souvent Monsieur Propre. Avec sa distribution impeccable, sa gestion parfaite du tempo et sa capacité à garder le ballon en main, Paul reste la référence en ce qui concerne les meneurs classiques, c’est-à-dire les Rolls Royce qui mettent d’abord tout le monde en avant plutôt que de tirer de 12 mètres. Et même si Chris est tout à fait capable de rejoindre les Curry et Kyrie au niveau du scoring à outrance et à distance, son job premier est de mettre chacun de ses coéquipiers dans les meilleurs situations possibles, ce qu’il réalise souvent à merveille. Du coup, hier soir, il fallait évidemment remporter le match sans trembler face à l’armée d’Alvin Gentry qui évoluait sans son seul meilleur joueur et restait sur quelques gadins consécutifs, mais il fallait surtout se redonner confiance dans le camp des Clippers depuis la leçon donnée par les Warriors ce mercredi. Reprendre le rythme et humilier un adversaire de faible taille, comme sur cette isolation qui imposait malheureusement à notre Alexis Ajinça national de se retrouver sur une île déserte avec le meneur de Los Angeles. Shake, bake, steak, le tricolore se retrouvait sur les fesses pendant que Paul rentrait son floater. Et quelque part, c’était un assez beau résumé du contrôle de Chris hier soir, car le meneur était dans une autre dimension…

20 points (à 8/16 au tir), 20 passes et 0 balles perdues en 30 minutes.

Vingt passes, et zéro balles perdues, oui vous avez bien lu. CP3 a réalisé le match quasi-parfait pour un meneur gestionnaire, en allant mettre sa vingtaine de pions au scoring, tout en distribuant 20 caviars et ce sans perdre un seul ballon…! C’est bien simple, pour ce qui est des matchs avec minimum 20 passes décisives tout en laissant une bulle dans la case des ballons rendus, il faut remonter jusqu’en 1984 et un certain Rickey Green qui avait déjà réalisé l’exploit. Mais lorsqu’on demande un 20-20 de meneur sans perdre une seule gonfle… Erreur 404. Personne n’a fait ce que Chris Paul vient de dérouler, depuis qu’on comptabilise les balles perdues, soit depuis 1977 ! Une performance remarquable et qui doit être soulignée malgré le faible adversaire du soir et l’insignifiance de cette rencontre dans l’histoire de la franchise californienne, dont on se souviendra pendant longtemps car le prochain à faire ce type de combo n’est peut-être pas encore né…

Un 20-20 points-rebonds, c’est déjà pas mal. Un 20-20 points-passes, c’est encore mieux car plus rare. Mais alors un 20-20 points-rebonds ou points-passes ? On est à un tout autre niveau d’excellence, un niveau auquel Chris Paul appartient et qu’on doit saluer aujourd’hui : Monsieur Propre !

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top