Wizards

Otto Porter pourrait recevoir un contrat max cet été : ayé, on a la preview du marché fou

En progression constante depuis son arrivée en NBA, l’ailier des Wizards a atteint un nouveau palier cette saison et celui-ci pourrait lui permettre d’obtenir… un contrat max cet été, oui un contrat max.

Le mois de juillet paraît si éloigné de nous qu’on en avait presque oublié la folie du dernier marché ainsi que celui à venir. Mais si, souvenez-vous, les réactions du soir au matin en observant les plus folles sommes débouler sur la sphère publique, machin obtenant 17 millions l’année après avoir mis deux lay-ups tandis que l’autre en touchait presque 20 car il s’accrochait à l’arceau. Certes, on exagère, mais la cuvée 2016 avait déjà annoncé la couleur et le market 2017 pourrait être encore plus fou/fun, avec une nouvelle hausse du salary cap à prévoir et une tendance contractuelle qui va se confirmer. Ainsi, la dernière rumeur nous vient de Washington et concerne Porter, formé à Georgetown et auteur d’un beau début de saison. Caché derrière Bradley Beal et John Wall dans le bordel actuel des Wizards, Otto réalise une campagne solide jusqu’ici puisqu’il tourne à 14,7 points, 8,1 rebonds et 2 interceptions, en ajoutant 53,5% au tir et 41,4% de réussite à distance. Des statistiques qui ne paraissent pas si exceptionnelles que cela au premier abord, sauf que les bruits de couloirs commencent à parler d’un joueur max et c’est Zach Lowe d’ESPN qui a confirmé que deux exécutifs au sein de la Ligue mettaient eux aussi Porter et contrat max dans la même phrase à l’heure actuelle.

Il faut dire que, dans son registre, l’ailier aux bras interminables a de quoi séduire beaucoup de monde. Capable de se fondre dans de nombreux collectifs, de défendre sur deux à trois postes, de planter ses tirs  à distance et de driver vers le panier, ses progrès ont séduit de nombreuses équipes qui voient en lui une belle pièce sur laquelle baser leur futur. Question toute bête : combien de joueurs proposent plus de 14 points, 8 rebonds et 2 interceptions de moyenne en NBA ? Trois, Draymond Green, Giannis Antetokounmpo et… Otto Porter. Alors certes, le potentiel du garçon n’a pas l’air de pouvoir toucher celui du couteau-suisse de Golden State et le phénomène de Milwaukee, cependant à l’approche d’un marché qui sera encore une fois déterminant et avec des ailiers polyvalents devenus rois sur le circuit, voir le bonhomme toucher un salaire max ne devrait plus étonner grand monde. Ce qu’il faudra surtout observer, c’est l’attitude future de la franchise située proche de la Maison-Blanche, qui a déjà donné max à Beal et aura bientôt droit au dossier John Wall. Sachant que Porter sera un agent-libre restreint, est-ce que le management osera matcher n’importe quelle offre si celle-ci atteint le max ailleurs ? La réponse dans quelques mois, mais en voilà une qui déterminera aussi l’avenir à Washington.

Il ne fait pas beaucoup de bruit, fait son job tous les soirs, ne se plaint pas spécialement et a réalisé une progression constante depuis ses débuts. Otto Porter n’est peut-être pas un joueur max par définition, mais quand on voit le virage pris par le marché l’été dernier, il faut bien se préparer pour celui à venir.

Source : Zach Lowe – ESPN


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top