Magic

Orlando s’impose à Détroit grâce à sa nouvelle défense : 98-92, la petite touche Vogel

Serge Ibaka

Lock-down.

Source image : NBA League Pass

Dans cet avant-dernier match du roadtrip imposé à Vavane et ses potes, c’est encore une fois la défense qui a donné le ton pour le Magic de Frank Vogel : une base commençant à produire des résultats.

On en parlait ici pour commencer, la semaine dernière, lors de la victoire d’Orlando à San Antonio. Un changement de rotation qui avait d’abord été utilisé comme un test, mais qui allait peut-être devenir un sample permanent pour Nikola Vucevic et Elfrid Payton, envoyés sur le banc. Pourtant présents pendant les galères du Magic et avant que les soldats tel Ibaka ou Biyombo n’arrivent dans leur équipe, les deux copains devaient s’ajuster immédiatement à leur nouveau rôle et Vogel sentait le bon plan en améliorant sa défense. Quitte à avoir une attaque de merde, autant rendre la vie infernale à l’opposant en l’empêchant de scorer, ce qui se confirmait tout au long du roadtrip. D’abord les Spurs donc, limités à 83 points, puis un match perdu sur le fil à Memphis en ne laissant que 95 unités aux Grizzlies, 88 aux Sixers, et un déplacement hier soir à Détroit qui allait vraiment devoir montrer si le plan du coach d’Orlando avait un peu de sens. Car côté Pistons, on se régalait pour deux raisons principales : le retour de Reggie Jackson dans la rotation après un début de saison passé sans le meneur titulaire, et une attaque flamboyante qui restait sur près de 110 points marqués par rencontre lors des 6 dernières sorties de Stan Van Gundy et ses athlètes. Un scénario idéal donc, mais qui devait clairement jauger la solidité du rideau de Floride.

Et si le début de match fût compliqué pour Orlando, si Détroit n’a pas fait le match de sa saison en montrant un enthousiasme proche de zéro, si Tobias Harris était fantomatique et le banc des Pistons similaire à l’ailier, il fallait tout de même rendre à César ce qui lui appartenait, et en l’occurrence au Magic sa belle défense. Grâce à un second groupe plus engagé et inspiré que le premier, l’écart se réduisait dans le second quart-temps, notamment sous l’impact du trio Payton-Vucevic-Green, totalisant 38 points en sortie de banc. Parfait pour entourer Jodie Meeks, lui qui faisait son retour au Palace après sa dernière pige du côté de Détroit, mais aussi pour permettre aux athlètes de faire leur boulot en protection d’arceau et en rotations défensives. Gordon, Ibaka, Biyombo, trois copains qui ne sont peut-être pas réputés pour leur poignet mais ont une mobilité et un sens du timing assez indécent lorsqu’ils sont concentrés. Ce qui a particulièrement soûlé des Pistons un peu désordonnés, exactement le genre de profil à ne pas adopter contre une équipe qui veut repartir d’un stade avec une victoire sous la barre des 100 points. La preuve d’ailleurs, encore une fois hier soir, avec une deuxième période tamponnées par seulement 40 points du Magic, mais suffisamment de résistance défensive et de petits plus qui ont fait la différence collectivement parlant.

Les rotations commencent à prendre forme, le roadtrip a une gueule correcte et Washington sera au menu ce mardi pour un dernier match en déplacement. Depuis trois semaines, seuls les Bucks ont mis plus de 100 points à Orlando : la touche Vogel se ressent petit à petit, à confirmer demain soir.

cuverture

Les visiteurs ont tapé :

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top