L'avis du Psy

L’Avis du Psy – S04 Épisode 7 : vous saviez que J.R. Smith n’était pas encore venu cette année ?

Avis du Psy

Le mec est chez le Psy comme chez lui, du coup on a bu un canon.

Source : @artkor7 pour TrashTalk

On part sans plus attendre pour la sixième édition de cette Saison 4 de l’Avis du Psy. Cette semaine au programme ? Deux gamins un peu trop forts pour leur âge, un frenchie trop seul, un coach schizo et un autre au chômage, un cyborg, trois dépressifs et un Dieu vivant. Blouses enfilées, ordonnances toutes prêtes, let’s go.

Place Patient Le compte-rendu de la visite

10°

Paul George

Paul George


La patience du Psy a des limites et ce dernier a souhaité en témoigner de manière un peu virulente à son patient. Prière Mr George de se sortir les doigts rapidement, de préférence en douceur quand même histoire de ne pas se blesser. Quand Paulo joue, Paulo joue mal et le souci est en fait qu’il ne joue pas si souvent que ça. A ce rythme-là même Kevin Seraphin aura bientôt de meilleurs stats que lui, et on parle bien du mec qui live-tweete ses parties de FIFA pendant que ses collègues ou adversaires jouent des matchs NBA. Allez mon grand on se bouge, ça commence à urger là.

Byron Scott
Luke Walton
Quelle surprise de voir débarquer ce matin au cabinet l’ancien Mr Loyal des Lakers, avec la franche intention de comprendre pourquoi les Angelinos s’étaient subitement mis à gagner des matchs alors que l’équipe est plus ou moins la même que l’an passé. Vous vous doutez de la réponse et elle fut d’ailleurs cinglante, c’est bel et bien Byron qui était le boulet de L.A. la saison dernière et le Psy ne s’est donc pas fait prier pour envoyer quelques scuds à son ancien patient. Grosse satisfaction du coup car Byron a semble-t-il compris en quelques minutes ce qu’il n’avait pas réussi à comprendre en deux ans de thérapie à la clinique. S’est quand même permis une remarque sur Brandon Ingram qui selon lui “devrait manger un peu plus de viande”, ce à quoi le Psy lui a répondu que le stock de bouffe était vide depuis que Kobe avait braqué la banque. Allez ouste, au suivant.

Giannis Antetokounmpo

Giannis Antetokounmpo
Première visite all-time pour Giannis au cabinet et le Psy a pu apprécier la disponibilité du jeune grec. Contacté à 5h, le mec est tout simplement arrivé dix minutes plus tard, par les airs, en volant. Car Giannis vole et fait des bonds allant jusqu’à cent kilomètres. C’est d’ailleurs un peu pour cela que le Psy a tenu à rencontrer le phénomène, Jason Kidd l’ayant missionné pour calmer un peu son franchise player. Sans arrêt dans la demande, le Freak lave tous les jerseys de l’équipe, fait à manger pour le staff, passe un Master 4 de chimie et élève huit enfants, le tout en alignant les grosses perfs et en bottant même le cul de LeBron de temps en temps. Va falloir se calmer Monsieur, sinon on va vous couper un morceau de bras. Et on verra si vous ferez toujours le malin quand il ne mesurera plus que deux mètres de long.

Karl-Anthony Towns
Chat, Karl-Anthony Towns
Syndrome Anthony Davis cette semaine pour le grand chaton. On entend par là une maladie rare, qui fait perdre des matchs alors qu’on enchaine les perfs de mammouths mais donc inutiles. C’est que ça ne doit pas faire plaisir d’envoyer des 47/18 en regardant son copain laisser Melo prendre et rentrer un game winner… Le patient KAT a mis quelques matchs à se mettre dedans mais le voilà désormais lancé et tous ses adversaires ne sont pour lui que des souris servies sur un plateau. Sauf que derrière ça ne suit pas et ça Chaton en a marre. L’effet Thibs ne se fait pour l’instant pas ressentir et la hype Wiggins a laissé place ces derniers jours à un arrière-gout de vomi, juste assez pour nous énerver Charles-Antoine. Un calinou et on n’en parle plus, mais faudrait pas trop que ça dure non plus.

Glenn Rivers
Doc Rivers
Le Psy a tenu à faire venir le patient Rivers ce matin pour deux raisons. La première ? Le gars se fait appeler Doc alors que son véritable nom est Glenn, alors laisse les vrais “Doc” tranquilles et renouvelle plutôt ta propre ordonnance. On en vient donc à la vraie raison de la visite de Glenn au cabinet, à savoir un dangereux revirement schizophrénique ces derniers jours. Le mec a tout d’abord commencé à gagner tous ses matchs, puis il s’est mis à tous les perdre, et voilà qu’il nous colle un blow-out aux Cavs à la Q Arena. Incompréhensible, mais pas autant que le fait de reposer Blake Griffin face aux Nets, ni de se prendre pour Pop face à ces même Nets, ni surtout d’autoriser Jamal Crawford à se laisser pousser les cheveux après vingt ans de chauvitude. Les essais cliniques ça va bien deux minutes Glenny, mais là il faut se ressaisir.

Mike Conley
Mike Conley
C’est tout apeuré que Mike 153 est arrivé ce matin dans le cabinet du Psy, une centaine de courriers à la main. Des lettres de menace en provenance de la Matmut, de la MAAF, de MMA, de Groupama et d’Allianz, toute la joyeuse bande ayant compris que la blessure aux vertèbres de Mike était bien triste mais que tout ça risquait fort de leur faire mettre la clé sous la porte. Chevallier, Laspallès, Cerise et tous leurs amis feraient même, selon les dires du meneur de Memphis, un sitting devant la résidence des Conley et exigeraient du liquide pour renflouer leurs caisses. Sauf que le Psy n’est pas flic et qu’il a du coup redirigé son patient vers Shaquille O’Neal, puisque l’on rappelle que le Shaq possède une carte de police.

Nerlens Noel

père noël

Le 1er décembre était censé être un jour de fête pour Nerlens Noel, pour les raisons que vous imaginez. Sauf qu’à la place d’un calendrier de l’avent, Nerlens a eu droit à une invitation à aller se frotter à la fange de D-League. Wow, la grande classe, à croire que Sam Hinkie est de retour à Philly. Il a donc fallu rassurer le double N quant à son talent en tentant de le convaincre que la raison médicale invoquée par le staff était bien la bonne, alors que l’on sait pertinemment que ce cadeau est en fait un message sournoisement passé au frère de Marge Simpson pour qu’il accepte de se barrer loin du Wells Fargo. On savait que les Sixers devraient rapidement faire le ménage, mais ni Nerlens ni le Psy pensaient que ce serait en balançant des meubles par la fenêtre. Se faire dégager du roster des Sixers pour aller jouer en D-League ? En 2016 ? VDM level infini, fin du game.

Evan Fournier
Kobe Bryant
Ça y est c’est officiel, Evan est le meilleur joueur du Magic. Oui oui, devant Damjan Rudez. Le seul souci cette saison pour le pauvre Vavane ? C’est qu’il est le seul bon joueur de son équipe. Le seul. Tout est nul à Orlando depuis un mois, des joueurs au coach en passant par la buvette et probablement l’état des chiottes de l’Amway Center. Vucevic qui benche, Vucevic qui tente des game winner du parking, Elfrite Payton qui prend quinze tirs par match, tout va bien dans le meilleur des mondes et Evan a même avoué au Psy qu’il préférerait que ce soit Vincent Collet qui le coache plutôt que Frank Vogel. Imaginez la détresse du gamin… Par souci de prévention, le Psy a préféré prendre d’ores et déjà rendez-vous avec son patient le mois prochain, pour faire le point sur son état psychologique et sur le processus de tanking de sa franchise. D’ici-là ? Aaron Gordon aura peut-être pris la mène.

Russell Westbrook
Freez.er
On ne change pas une doublette qui fonctionne et Russell Westbrook assoit donc cette semaine encore un peu plus son statut de patient glouton. Car il est au cabinet comme sur le parquet Russell. Quand on lui propose un café, il en prend onze, avec douze sucres et treize cuillères. Un cinglé qu’il faut bien tempérer de temps en temps avec une bonne piqûre, faute de quoi on pourrait assister bientôt à des scènes invraisemblables à la Chesapeake. Les antécédents parlent, dans le meilleur des cas, de quadruple-doubles mais avec les balles perdues alors que certains semblent craindre de voir Russell se transformer définitivement en mutant, au point même de manger des personnes assises en tribune. Le danger est réellement présent, mais n’ayez crainte on veille au grain.

J.R. Smith
J.R. Smith
Entrée triomphale sur une musique d’église, prosternation du Psy devant le Dieu vivant de Châteauroux, on peut enfin commencer la visite. Gérard a absolument tout donné ces deux dernières semaines pour gratter une entrée au cabinet, sauf qu’il avait juste oublié qu’il avait le double des clés. 5/250 du parking depuis dix matchs, le plus bel oubli défensif DE L’HISTOIRE face aux Bucks, et cette tête d’ahuri tellement exceptionnelle sans laquelle on aurait switché depuis longtemps pour le rugby à 7, tant de raisons qui prouvent une fois encore que si le Psy s’est mis à son compte il y a quatre ans, ça n’était pour rien d’autre que de connaître ce genre de phénomènes. To be continued…

C’est tout pour cette semaine et c’est déjà pas mal. Rendez-vous vendredi prochain pour de nouvelles aventures médicamenteuses et d’ici-là on ne change pas une équipe qui gagne alors n’hésitez pas à nous balancer tout comportement chelou. Allez, bisous.

Image de couverture : @artkor7 pour TrashTalk

Les visiteurs ont tapé :

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top