Les Sophomores

Sophomore de l’Année 2016-17 : Kristaps Porzingis se boufferait bien le chat des Wolves

Quand on est rookie, on découvre un nouveau monde, et parfois la transition peut être compliquée pour des jeunes hommes tous justes pubères. Mais l’excuse n’est plus valable en attaquant la deuxième saison dans la Grande Ligue. On attend donc les jeunots de l’an dernier plus matures pour confirmer ou rebondir. On suivra avec attention l’évolution des sophomores dans leur passage à l’âge adulte.

La saison débutée depuis plus d’un mois, il est temps de faire un premier point sur nos jeunes hommes qui ont maintenant leurs premiers poils. Si Devin Booker, Kristaps Porzingis ou encore Karl-Anthony Towns ont assumé leur statut en confirmant les espoirs aperçus en rookie, d’autres ne sont pas encore au niveau. Alors, qui peut déjà jouer dans la cours des grands et qui squatte encore le bac à sable ?

Place Sophomore Bilan du mois

10

(Wild Card)

Jonathon Simmons
TrashTalk Sophomore Award Jonathon Simmons

Stats du mois : 4,5 points à 42,3%, 2,1 rebonds et 1,9 passe

Stats de la saison : 5,8 points à 43,2%, 2,3 rebonds et 2,1 passes

Mention : nouveau spécimen du laboratoire Spurs

> voir coup de cœur

9

(entrée)

Jahlil OkaforTrashTalk Sophomore Award Jahlil Okafor

Stats du mois : 11,1 points à 51%, 3,9 rebonds et 0,9 passe

Stats de la saison : 10,7 points à 49,4%, 3,9 rebonds et 0,9 passe

Mention : porteur de Gatorade de Joel Embiid

> voir coup de gueule

8

(entrée)

Frank Kaminsky
Frank Kaminsky sophomore

Stats du mois : 11,5 points à 41%, 4,6 rebonds et 2,9 passes

Stats de la saison : 11,5 points à 41,4%, 4,6 rebonds et 2,9 passes

Mention : babtou fragile

Dans son rôle de doublure pour la raquette de Steve Clifford, Frank Kaminsky a trouvé sa place et s’affirme comme un intérieur fuyant intéressant, capable d’apporter une dose de scoring intéressante à la second unit. Les progrès entamés en fin d’année dernières sont visibles et se poursuivent. Vas-y Franky, c’est bon.

7

(entrée)

Justise Winslow
TrashTalk Sophomore Award Justise Winslow

Stats du mois : 10,2 points à 28,9%, 3,8 rebonds et 4 passes

Stats de la saison : 11,6 points à 33,1%, 4,7 rebonds et 3,9 passes

Mention : chaton pas sevré

Avec les départs estivaux, Justise Winslow s’attendait à être plus exposé et responsabilisé dans un effectif du Heat affaibli. S’il ne se cache pas et qu’il tente de s’affirmer, les résultats collectifs ne suivent pas, et même individuellement c’est encore compliqué. Pas étonnant, quand on n’a plus D-Wade, Luol Deng ou Joe Johnson pour jouer les nourrices. Mais Justise sera faite.

6

(entrée)

Emmanuel Mudiay
Emmanuel Mudiay Mud day sophomore

Stats du mois : 14,4 points à 36,2%, 4,6 rebonds et 4,1 passes

Stats de la saison : 14,7 points à 36,9%, 4,1 rebonds et 4,2 passes

Mention : Mister Turnover

Encore beaucoup de déchets pour le meneur des Nuggets qui tarde à corriger ses défauts. Entre sélection de tirs toujours douteuse et pertes de balles trop nombreuses (3,4 par rencontre), il n’a pas encore franchi un palier. Il va falloir cravacher pour terminer ce Mud Day.

5

(entrée)

D’Angelo Russell
TrashTalk Sophomore Award D'Angelo Russell

Stats du mois : 16 points à 44,2% dont 37,1% du parking, 3,3 rebonds et 5 passes

Stats de la saison : 16,1 points à 41,3% dont 37,2% du parking, 3,4 rebonds et 4,8 passes

Mention : cinéaste amateur

Plus de Byron Scott sur le banc pour lui briser les noisettes, mais pas plus de minutes sur le parquet sous les ordres de Luke Walton. Pourtant D’Angelo Russell est en progrès dans un roster qui semble revivre cette saison sans Kobe Bryant pour gêner le développement des jeunes. Le meneur en profite, même si on aimerait le voir encore faire mieux. Le talent est là, mais les neurones ? Pas intello Russell.

4

(entrée)

Myles Turner
TrashTalk Sophomore Award Myles Turner

Stats du mois : 13,4 points à 50,7%, 7,1 rebonds et 1 passe

Stats de la saison : 14,7% à 53,4%, 7,6 rebonds et 1 passe

Mention : Ol Dirty Bastard

Il avait fini en trombe la saison dernière et il a bien débuté son exercice sophomore avec un carton d’entrée face à Dallas. Si Indiana peine à trouver son rythme de croisière et son identité, Myles Turner lui confirme les espoirs placés en lui. Sauf que comme les Pacers, son rendement est moindre à l’extérieur. Il va falloir corriger ça. 500 Myles d’Indianapolis.

3

(entrée)

Devin Booker
Devin Booker sophomore

Stats du mois : 20,4 points à 42,2% dont 36,6% du parking, 2,7 rebonds et 2,6 passes

Stats de la saison : 19,5 points à 41,6% dont 33,7 du parking, 2,7 rebonds et 2,5 passes

Mention : Curry Junior

On avait laissé un pur shooteur, on retrouve le même avec l’expérience en plus. Toujours aussi élégant quand il dégaine, toujours aussi propre. Et avec Bledsoe et Warren de retour à ses côtés, on a une base sympa pour construire sur les postes 1 à 3 dans l’Arizona. Devin Shooter

2

(entrée)

Kristaps Porzingis
TrashTalk Sophomore Award Kristaps Porzingis

Stats du mois : 21,3 points à 48,6% dont 40,2% du parking, 7,1 rebonds et 1,2 passe

Stats de la saison : 20,9 points à 48,7% dont 40,6% du parking, 7,3 rebonds et 1,2 passe

Mention : le loup de Wall Street

Bon, on lui file pour de bon les clefs de la franchise de Big Apple ? Parce que bon, le mec se contente la plupart du temps de passer après Melo voire D-Rose dans les systèmes de Jeff Hornacek. Il serait temps que ça change, car lorsqu’il se retrouve en première option, les choses se passent bien pour les Knicks. Il est temps de laisser Porzingis être le boss.

1

(entrée)

Karl-Anthony Towns
TrashTalk Sophomore Award Karl-Anthony Towns

Stats du mois : 21,4 points à 48,5% dont 38,7% du parking, 10,1 rebonds et 2,2 passes

Stats de la saison : 21 points à 48,6% dont 39,1% du parking, 9,5 rebonds et 2,5 passes

Mention : chat au milieu des loups

Certains se plaindront éventuellement du fait qu’Andrew Wiggins prenne autant de shoot et soit plus mis en avant que KAT. Qu’ils se rassurent, Thibs a probablement profité du mojo de son ailier et maintenant que Wiggo rentre dans le rang, on va pouvoir gaver Towns de ballon. Et de préférence ailleurs que sur le parking, car s’il sait envoyer des bombes, il fait bien plus aussi. Gonna run this Towns.

Coup de cœur : Jonathon Simmons

Certes, ses parents sont des boulets qui ne savent pas écrire Jonathan. Certes ses statistiques ne sont pas les plus fameuses des mecs en 2A. Mais on a aimé le début de saison de Jonathon Simmons qui a répondu présent lorsque Danny Green était absent. Même s’il est rentré dans le rang depuis, il apporte une touche athlétique aux Spurs qui n’est pas négligeable. Son temps de jeu va probablement fondre maintenant et il va retrouver un rôle similaire à celui de sa saison rookie, mais rien que pour ses 20 pions dans le museau des Dubs pour l’ouverture de la saison, il méritait d’être cité. Surtout qu’on ne le reverra certainement plus jamais dans ce classement.

Coup de gueule : Jahlil Okafaible

Déjà frustrant l’an passé entre ses soucis hors des parquets et son incapacité à concurrencer réellement Nerlens Noel dans la raquette des Sixers, Jahlil Okafor trouve le moyen de faire encore pire. Et cela malgré l’absence de son acolyte de l’an dernier. Il faut dire qu’un certain Joel Embiid est dans la place maintenant à Philly et il envoie du lourd. Si cela influe forcément sur le rendement du sophomore, cela n’explique pas tout car avec un temps de jeu limité à 24 minutes et une capacité à s’écarter du cercle en attaque, le Camerounais pourrait très bien évoluer aux côtés de Jahlil ou en alternance avec lui. Encore faudrait-il qu’Okafor se les sorte du fion et montre de l’envie. Si certains lui avanceront quelques pépins physiques pour justifier son rendement, on préférera pointer du doigt sa défense en mode Carlos Boozer. Attention, les pivots techniques mais peu athlétiques et qui ne protègent pas correctement le cercle ne font plus rêver personne en NBA, Al Jefferson et Greg Monroe sont là pour nous le rappeler.

C’est tout pour les premières semaines de compétitions et on attend maintenant que l’ordre établi soit contesté. Pas parce que les premiers s’effondre, mais plutôt qu’on se sorte les doigts en queue du peloton. Parce que oui, on vous voit messieurs Hezonja, Portis, Lyles, Johnson et Cauley-Stein vous tirer sur la nouille en ce début d’année. Attention, on va sévir.

*Stats au 29/11/2016


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top