Nets

Les Nets s’offrent des Clippers en mode choke : 127 à 122, un thriller tourné dans Brooklyn !

Sean Kilpatrick

KILPATRICK !

Source image : NBA League Pass

Un match complètement fou, qui ne devait pas se terminer ainsi mais a totalement basculé dans les douze dernières minutes : voilà ce qu’il fallait pour que Brooklyn mette un terme à sa série de 7 défaites consécutives !

Quel bordel. Un bien beau bordel, ce mardi au Barclays Center, en voyant les Nets s’imposer face à des visiteurs qui géraient pourtant leur rencontre pendant les trois premiers quart-temps. Il faut dire que le scénario avait été immédiatement planté par un Doc Rivers très inspiré, lui qui offrait une soirée repos à Blake Griffin sachant que son équipe restait sur deux défaites de suite. Une bien belle façon de respecter son adversaire, mais pour le coup les Chris Paul et DeAndre Jordan de l’armée californienne faisaient le job en prenant les commandes du paquebot d’entrée, et en assurant un petit matelas confortable. La dizaine de points d’écart à la pause, la vingtaine quasiment atteinte en milieu de troisième quart, on sentait que les Clippers avaient cette affaire en main et qu’il n’allait pas y avoir besoin du rouquin pour signer la feuille de match. Sauf qu’en face, Brook Lopez en parlait notamment avant la rencontre, son équipe devait montrer un peu de caractère. Arrêter de se faire marcher dessus, comme c’était le cas sur les rencontres précédentes, sept défaites de suite qui commençaient à peser lourd sur le moral de ses troupes. Et quitte à tout donner dans le dernier quart-temps ? Autant y aller à fond, ne pas regretter ses tirs ni ses décisions, quitte à ce que certaines séquences soient folles. Le genre de mentalité qu’un joueur en particulier adore du côté de Brooklyn, et qui profita du contexte pour réaliser le match de sa carrière.

Sean Kilpatrick, ou Jean Tuerpatrick pour les plus intimes, était une des premières signatures gérées par Sean Marks à son arrivée dans la franchise new-yorkaise, un garçon qui n’a pas froid aux yeux et peut prendre feu en un rien de temps. Well, comme Doc Rivers a pu le voir hier soir, ce profil dessiné depuis quelques temps était assez pertinent puisque le sniper plantera 31 de ses 38 points dans le combo 4ème quart + deux prolongations, une avalanche face à laquelle les visiteurs ne pouvaient pas faire grand chose car le bonhomme était tout simplement inconscient. Il faut dire que pour prendre 34 tirs dont 12 à trois-points, certains câbles doivent manquer et c’est exactement ce qu’il fallait chez les Nets hier soir, eux qui ne pouvaient continuer à faire dans la discipline et le raisonnable contre une équipe pareille. Afin de faire trembler le bateau californien, il fallait que quelqu’un arrache le gouvernail de leur main et Sean était idéal dans ce rôle. C’est d’ailleurs lui qui boucla la rencontre avec les derniers points nécessaires afin d’écarter la menace adverse, dirigée par un Mike Woodson évidemment perdu puisqu’il voyait son supérieur imploser devant les arbitres, et ses joueurs s’écrouler sous la pression. Pour une équipe qui restait sur deux défaites consécutives en déplacement, on attendait bien mieux et surtout bien plus sérieux, mais Brooklyn en a bien profité et c’est peu dire s’ils ont eu raison.

Avec une première victoire depuis le 12 novembre, les Nets vont pouvoir dormir avec le sourire et bientôt retrouver Jeremy Lin dans leur rotation. Une double-bonne nouvelle, mais la meilleure reste celle-ci : Sean Kilpatrick a pris feu et confirme le bon nez de Sean Marks, on en redemande.

couverture


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top