Equipes

La machine Warriors est lancée : 10 victoires d’affilée, vous la voyez venir l’énorme série ?

Pari -Warriors - Kevin Durant, Stephen Curry

Tout péter. Tout péter. Tout péter. Je veux tout péter.

Source : NBA League Pass

Si ça se trouve, ce titre nous fera tous doucement marrer – voire rire aux éclats – dès demain matin car les Wolves seront repartis de l’Oracle Arena avec une win en poche. Mais avouez que ce serait une sacrée surprise tant les Warriors sont intouchables ces derniers temps. Ils viennent d’enchaîner 10 victoires consécutives et semblent capables d’en enfiler encore un gros paquet. Va-t-on assister à une autre énorme série après le démarrage en 24-0 l’an dernier ? Allez, on regarde de plus près le jeu et la forme des Guerriers et on se projète un peu dans leur calendrier. 

Tout d’abord, il est facile de banaliser le très haut niveau avec ces gars mais dix succès de suite, ce n’est pas à la portée de n’importe qui. Personne ne l’a fait cette année et seuls les Spurs sont actuellement en position – avec 8 victoires de suite au compteur aujourd’hui – de réaliser une telle série. Ensuite, la défense des hommes de Steve Kerr a été vertement critiquée à plusieurs reprises. Il est vrai qu’elle est moins impressionnante que lors des deux dernières saisons mais, pour l’instant, les types n’ont perdu que deux fois en 16 sorties et viennent de se hisser à la première place de l’Ouest vu que les Clippers ont perdu. Comment dire… ça va plutôt bien au final. L’équilibre semble correct ! C’est vrai que 105,4 points encaissés par rencontre, ça fait beaucoup mais il faut mettre ce chiffre en perspective, notamment avec le fait qu’en termes de Pace (nombre de possessions en moyenne sur 48 minutes), les Warriors sont troisième de la Ligue (100,7) ou avec le fait qu’ils ont la meilleure attaque de NBA. Et de loin. 118,6 points marqués par rencontre depuis le début de la saison et du coup, un offensive rating de 117,7 qui est également le meilleur de la Ligue.

Sur la série qui nous intéresse actuellement, ces stats sont encore plus dingues. Sur les 10 victoires, six l’ont été avec au moins 120 points inscrits, ce qui nous donne une moyenne de 122,3 unités par soir pour “seulement” 102,6 points encaissés. Oui “seulement” car quand vous attaquez aussi bien et aussi efficacement, vous pouvez vous permettre d’avoir une défense que l’on peut qualifier de moyenne. On dit souvent que les équipes avec une grosse défense peuvent se contenter d’être moyennes offensivement. Pour les Warriors, c’est l’inverse. Et qu’on ne vienne pas nous sortir des arguments du genre “Ouais, mais ils n’ont pas de fond de jeu.” ou “C’est que de l’iso.” ou encore “Kerr n’est pas bon en fait.” voire le très objectif “C’est pas beau”… Non, non et encore non ! Nous avons ici et sous les yeux une équipe à l’attaque collective hallucinante. Un collectif dans lequel plusieurs des plus grosses individualités de la NBA parviennent à s’exprimer. Il y a du mouvement dans tous les sens. En transition, c’est monstrueux. Et, sur demi-terrain, le ballon circule bien et les joueurs font tous des efforts sans ballon pour trouver les espaces et être servis en bonne position. Il a fallu 16 matchs mais on sent que la motion offense voulue par Kerr commence à sérieusement être en place. Franchement, il y a de quoi flipper. Et si certains ne trouvent pas ça beau, c’est leur droit le plus strict mais la qualité de jeu est là.

Car si Klay Thompson peine encore un peu à trouver son rythme – mais ça pourrait vraiment venir – Stephen Curry et surtout Kevin Durant brillent de mille feux. Et, forcément, il y a des phases où les Warriors les isolent. Soit pour profiter d’un match-up favorable soit tout simplement parce que le gars est chaud. Il faudrait être fou ou totalement inconscient pour ne pas le faire en tant que coach. D’ailleurs, les stats collectives sont là pour montrer que ça fonctionne mais les stats individuelles de Durant et Curry notamment vont dans le même sens. L’ailier envoie 27,1 points de moyenne à plus de 57% au tir dont 43% derrière l’arc avec 7,9 rebonds, 4,8 passes décisives, 1,3 contre et 1,7 interception. Il s’éclate comme jamais et on sent une vraie grosse complicité offensive naître entre lui et un Curry qui tourne à 26,3 points (48,9% au tir dont de loin) avec plus de 6 caviars, presque 4 rebonds et 1,4 interception chaque soir. Klay Thompson va mieux. Il est tout de même à plus de 20 points de moyenne parce que le ballon bouge bien et finit par lui arriver au bon moment. A lui de mettre dedans… Tapi dans l’ombre, Draymond Green assure en faisant de tout et très bien. Les Warriors ont à peine besoin de ses points mais il ne fait aucun doute qu’ils apprécient le boulot abattu par l’ailier-fort des deux côtés du terrain. Il est le meilleur rebondeur, passeur, contreur et intercepteur de l’équipe en plus d’en être l’energizer et le leader vocal. Pour finir sur les stats, notons que les temps de jeu sont impeccablement répartis car les quatre monstres jouent tous 33 ou 34 minutes par match. Ce qui laisse de bonnes séquences à Iguodala, Pachulia, Livingston ou encore Patrick McCaw, Ian Clark et David West.

Cependant, qui dit grosse série de victoires dit basket huilé mais aussi calendrier. Au premier coup d’œil sur le planning à venir des Warriors, on s’aperçoit qu’il vont recevoir lors de leurs cinq prochains matchs. Wolves, Hawks, Rockets, Suns et Pacers vont avoir le “plaisir” de fouler les planches de l’Oracle Arena entre ce soir et lundi prochain. Voici donc cinq matchs tout à fait gagnables pour Golden State. Le gros piège étant éventuellement la venue des Rockets et de leur Barbu et il faudra faire attention aux Hawks qui ont des soucis de régularité mais qui peuvent dominer outrageusement sous les cercles. Après, les finalistes 2016 prendront la route pour de très gros tests qui pourraient faire s’arrêter la série si tant est qu’elle soit encore en cours à ce moment-là. Il faudra aller défier les Clippers, le Jazz et les Grizzlies puis les Wolves et les Pelicans, tous les cinq sur leurs parquets respectifs. Une mission loin d’être évidente. Voilà pour les dix rencontres à venir.

La question est donc maintenant de savoir si l’une de ces équipes pourra stopper la machine Warriors en plein élan ou si nous allons assister à une nouvelle énorme série de victoires. Les paris sont ouverts mais une chose est sûre : ces gars ne plaisantent pas du tout. Ils enfilent les wins, ils se chauffent pour les Playoffs où un seul objectif leur trottera dans la tête…


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top