Equipes

Dirk Nowitzki est enfin de retour : pour Dallas, l’heure de vérité va bientôt sonner

Dirk Nowitzki

Los, los, los.

Source image : YouTube

C’est hier soir, dans le silence le plus complet, que le géant a fait son retour dans la rotation des Mavs. Un comeback évidemment peu médiatisé, à cause de la branlée infligée par les Clippers (124-104), mais qui pourrait annoncer des jours meilleurs à Dallas.

Vingt petites minutes, puis un retour au vestiaire afin de démarrer son traitement plus tôt que prévu. Gêné au tendon d’Achille, Dirk jouait son tout premier match depuis plus de deux semaines, sa dernière pige ayant eu lieu dans une défaite des Mavs face à Portland. Il n’y avait donc pas de fête, pas de confettis, rien de bien joyeux à l’American Airlines Center ce mercredi, en voyant DeAndre Jordan faire son retour à Dallas en possession d’un large sourire. Le pivot le savait, la bande à Wes en chiait et il fallait leur marcher dessus, ce que DJ et ses potes faisaient sans broncher en prenant plus de vingt points d’avance à la pause et trente points en plein milieu de troisième quart-temps. Une bonne fessée comme attendue, Rick Carlisle et ses hommes possédant le pire siège de l’Ouest tandis que les Clippers déroulent leur meilleur basket actuellement : il n’y avait pas besoin d’un PHD pour dessiner l’issue de la rencontre. Cependant, ce premier retour a également sonné le début d’un test qui sera particulièrement tendu et décisif pour les troupes de Mark Cuban. En effet, avec une Conférence Ouest qui ne perd pas le rythme et des Playoffs annoncés depuis juillet dernier dans le vestiaire de Nowitzki, les Mavs vont devoir serrer les dents et tenir bon.

Comment ça ?

Oui, serrer les dents, et tenir bon. On ne voit pas d’autres solutions, hormis un miracle venu des performances imprévisibles de certains cadres. Car dès le début du mois d’août, le postulat avait été écrit au fer rouge sur la porte d’entrée du bureau de Rick Carlisle, en annonçant la couleur pour les habitants de Dallas et leur automne à venir. Si vous pensez que c’est la merde aujourd’hui, attendez de voir le mois de décembre : 17 matchs en 30 jours, dont 9 à l’extérieur, tu commences à Charlotte et tu finis chez les Warriors. De quoi piquer encore plus que ce qui se passe actuellement ? Pas forcément, Dirk le disait lui-même d’ailleurs hier soir, peut-être que certaines affiches seront plus en leur faveur et que la mise en route de certains se traduira en victoires, mais le scénario reste le même pour Dallas et celui-ci n’a pas changé. Les mois de février et de mars, deux longues sessions qui proposeront un programme nettement plus clément, et rappelleront aux fans la longueur d’une saison régulière. Car aujourd’hui, et surtout demain, le ciel ne sera pas plus dégagé pour les fans de la franchise titrée en 2011. Rien que vendredi, les Mavs iront jouer chez des Cavs reposés et bien gavés par la dinde de Thanksgiving. Encore une fois, sauf miracle, il devrait y avoir une défaite de plus pour Bogut et ses potes. Mais le test est bien là, d’ici une semaine, à l’entrée d’un mois de décembre qui pourrait être fatal. Si Dallas sort indemne de ce parcours du combattant ? Il y aura de quoi aborder 2017 avec espoir, le retour de J.J Barea et un semblant de rythme. Cependant, si ce mois de Noël se transforme en cauchemar encore plus navrant, il faudra prendre une vraie décision quant à la lutte pour une place dans le Top 8… ou une bonne place à la Draft.

Que les fans de Dallas tiennent bon, encore un peu. Le 1er janvier sera une date majeure de leur calendrier, car ce dernier masquera les misères de l’automne pour laisser place aux espoirs de l’hiver. Dirk est peut-être de retour, mais ce n’est pas l’heure de reprendre espoir… pas encore.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top