Rockets

James Harden était inspiré en cuisine : 31 points, 10 caviars et un fond de Jazz pour l’ambiance

James Harden

Et là, tu rajoutes le gros 3-points en step-back pour avoir ton Jazz bien cuit.

Source : NBA League Pass

Il ne reste plus qu’un peu moins de 15 secondes sur l’horloge. James Harden lève les bras au ciel puis enchaine par sa fameuse célébration. Le public du Toyota Center lui répond par quelques rugissements et applaudissements. L’ambiance est à la fête à Houston. Le Barbu le plus swagg du Texas vient de parachever une nouvelle énorme performance par un sympathique numéro de dribble suivi d’un step-back à 3-points contre lequel le jeune Dante Exum n’a rien pu faire et  qui a définitivement réglé le sort d’un match que les Fusées ont dominé du début à la fin (score final : 111-102). 

Pourtant le Jazz est un advseraire coriace qui restait sur deux défaites et avait donc besoin de gagner. Rodney Hood et Trey Lyles ont envoyé respectivement 25 et 21 points pendant que Rudy Gobert proposait un bon double-double avec 12 unités, 14 rebonds et 4 contres. Le banc a bien bossé, Exum a fait de son mieux en l’absence de George Hill. Bref, mis à part un Gordon Hayward très maladroit et un Boris Diaw que coach Snyder n’a pas fait jouer, tous les membres du Jazz ont fait le boulot. Sauf que pour battre les Rockets chez eux, il faut faire plus que le boulot, il faut sortir un grand match surtout quand mister Harden score et distribue le caviar comme il l’a fait la nuit dernière.

En effet, l’ami James n’a pas lésiné sur les moyens pour mettre à mal l’une des meilleures défenses de la Ligue. Tempo parfaitement géré, agressivité vers le cercle, pénétrations et finitions en tous genres, lancers-francs en quantité, gros tirs donc et offrandes servie pour tout coéquipier un temps soit peu ouvert. Clint Capela (20 points et 8 rebonds) s’en est donné à coeur joie pour finir du alley-oop dont un fabuleusement trouvé et envoyé par Harden depuis le milieu du terrain alors que la défense mormone semblait en place. Eric Gordon – encore une fois bien en jambes – a parfaitement joué son rôle de sixième homme avec 20 points, 7 rebonds et 6 passes décisives mais c’est bien le barbu au numéro 13 qui a mené la danse et orchestré l’explosion du Jazz : 31 points (à 10/24), 3 rebonds, 10 caviars et 2 contres.

Il s’agit du dixième double-double points/passes (dont 3 triple-doubles) pour James Harden en 13 matchs. Il est tellement à l’aise et tellement resplendissant au sein de ce “système D’Antoni” que le Barbu est en train de nous habituer à l’exceptionnel. Bref, profitons, de tels combo-guards, on en voit pas si souvent… 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top