Blazers

Les Blazers s’imposent en OT face aux Kings : 67 pts pour le duo Lillard-McCollum, 0 pour Ty Lawson

Blazers - Lillard - McCollum - Devin Booker

Le money time est une vraie zone de confort pour Lillard et McCollum.

Source : NBA League Pass

Les Kings se sont vraiment bien battus. Dans le sillage d’un duo DeMarcus Cousins – Rudy Gay très en forme, les Californiens ont poussé les Blazers en prolongation dans leur salle. Mais ce sont bien les locaux qui vont s’imposer grâce à leur duo d’arrières. 67 points, 36 pour Damian Lillard et 31 pour C.J. McCollum, les deux compères ont encore fait très mal et se sont montrés bien clutch. Une habitude désormais dans l’Oregon…

Rudy Gay a raté le dernier tir un tir au buzzer de la prolongation. Il aurait pu envoyer les deux équipes vers une deuxième overtime mais la balle a rebondi sèchement sur le cercle laissant des Blazers victorieux (122-120). L’ailier a fait un move qu’il maîtrise assez bien avec ce petit turnaround jumpshot par-dessus son épaule gauche. Ce n’est pas rentré mais difficile de lui en vouloir sur cette rencontre même s’il compte 6 pertes de balles car, avec 29 points (à 9/18), 14 rebonds, 3 passes décisives et 2 interceptions, l’ami Rudy a sacrément pesé. Peu avant ce tir de l’égalisation manqué par Gay, Allen Crabbe avait donc placé les Blazers devant au score grâce à deux lancers-francs. Il restait 14 secondes à jouer et Dave Joerger a pris un temps-mort, pour mettre en place un système afin d’aller chercher une autre prolongation voire la gagne. Et ce qui est sûr – ou presque – c’est que le coach de Sacramento n’avait certainement pas fait des plans pour un 3-points contesté de DeMarcus Cousins. C’est pourtant ce qui s’est passé.

L’action ne s’est pas déroulée comme prévu. Le pivot a fini par recevoir la balle derrière l’arc avec Meyers Leonard devant lui et il n’a rien trouvé de mieux à faire que se shooter quand même alors que le chrono affichait encore 8 secondes. Les siens ont récupéré la balle en se battant au rebond. Mais le suite, on la connait… Pourtant, à l’instar de son pote Rudy, Monsieur Cousins est lui aussi à créditer d’un gros match : 33 points (à 12/22), 9 rebonds, 3 offrandes, 2 contres et une interception. Voilà la feuille d’un gars qui s’est donné, d’un gars qui a fait souffrir les intérieurs locaux. Effectivement, DMC a fait un choix très suspect dans les dernières secondes de la prolongation. Il aurait dû tenter autre chose. Probablement. Être énervé, soulé par ce tir lointain est normal, il est cependant assez compliqué de lui tomber dessus. Il a joué proprement avec intensité, en gérant ses fautes, en s’appliquant en attaque et au moment où il prend ce tir à 3-points, DeMarcus en est à 3/6 derrière l’arc…

Bref, les Kings et les fins de match ne font pas encore de très bons amis. En revanche, du côté des Blazers, le money time est un peu comme une zone de confort. On sent qu’ils y sont bien, qu’ils n’en ont pas peur, que le fins de match serrées sont un moment qu’ils attendent avec envie. Et pour le coup, quand vous avez Damian Lillard et C.J. McCollum dans votre équipe, pourquoi être inquiet quand vous êtes menés de 5 points à deux minutes de la fin du temps réglementaire ? Vous êtes à égalité en fait. Sur le dernier quart et la prolongation, Portland va marquer 38 points dont 13 pour “Dame” et 13 également pour son acolyte au numéro 3. Au final, ce sont 36 points (à 12/19) et 7 caviars qui viennent noircir la ligne de stats du meneur pendant que CiJay propose 31 points à 13/24 avec 5 passes décisives et 4 vols de ballon. Ils sont infernaux et les Kings ont fini par craquer.

Sixième victoire pour quatre défaites pour les hommes de Terry Stotts. Septième défaite pour quatre victoires pour ceux de Dave Joerger. Portland a dû lutter mais a été clutch. Les Kings se sont donnés mais n’ont pu concrétiser. Ty Lawson n’a pas mis de points. La saison NBA continue…

boxscore-kings

boxscore-blazers


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top