Sixers

Joel Embiid et les Sixers arrachent leur première win de la saison : c’est officiel, les Pacers sont à chier

On l’attendait et on aura finalement patienté beaucoup moins que la saison passée, lorsque les Sixers avaient mis trois millénaires avant de remporter le moindre match. Les Pacers avaient une belle tête de victime étant donnée l’opération portes ouvertes amorcée depuis le début de saison et c’est finalement une demi-surprise de voir Joel Embiid et ses potes signer leur première win en 2016/17. Pour les Pacers ? Ça pue grave. Tout simplement.

Les courtes défaites face au Thunder, au Magic, aux Cavs ou encore il y a deux jours contre Indiana nous laissaient penser que les hommes de Brett Brown n’étaient finalement pas si loin que ça d’un dépucelage rapide. Et bingo, Josiane Phila n’est donc plus vierge cette saison. Merci aux Pacers d’avoir été un partenaire aussi passif, merci d’avoir fait l’étoile de mer, c’est toujours sympa pour les débuts au pieu d’un petit jeune. Et le petit jeune en question, Joel Embiid pour ceux qui dorment, se sera donc fait très plaisir cette nuit, confirmant l’impression laissée depuis le début de saison que le bonhomme s’apprête à diriger la Terre et tout l’univers pendant quinze ans. 25 points, 7 rebonds, 2 passes, 6/18 mais 12/14 sur la ligne, dans un match où l’on aura vu pour la première fois le phénomène être le véritable point de fixation de Philly à chacune des minutes qu’il passa sur le parquet. On notera une nouvelle fois le bel apport d’Ersan Ilyasova qui fait beaucoup de bien depuis son arrivée et d’un Nik Stauskas efficace en sortie de banc, mais c’est une nouvelle fois Jojo qui aura fait la pluie et le beau temps au Wells Fargo Center. Mis sur le devant de la scène toute la soirée grâce à l’absence d’un Jahlil Okafor n’ayant foulé le parquet que trois petites minutes à cause d’un état de forme jugé trop limite (Jah sera absent lors du prochain match), “The Process” a donc fait la totale à Myles Turner, Lavoy Allen et tous les plots des Pacers. Sur pick avec Chacho Rodriguez, drivant du poste, en force sous le cercle ou même de très loin, intenable durant le money time, Embiid a certes un peu forcé mais quand le mec est en confiance… on aurait tort de l’en empêcher. Première victoire donc pour ces Sixers new look et une win qui en appelle bien d’autres tant que le phénomène camerounais sera dans la place…

Pour les Pacers c’est une nouvelle désillusion pour une équipe qui n’arrive décidément pas à gagner un foutu match à l’extérieur et qui serait surtout capable de prendre 120 points contre n’importe quelle équipe de région. Myles Turner pas assez servi, Paul George trop seul, l’unique rayon de soleil sera en fait venu d’un Monta Ellis efficace en sortie de banc mais tout ça est bien peu pour une équipe considérée par beaucoup comme un outsider crédible à l’Est cette année.

Premier feu d’artifice pour Pour Philly, nouvelle claque pour les Pacers, comme quoi les temps changent comme dirait Claude MC. Les Sixers tenteront de confirmer dimanche soir à Atlanta alors que Nate McMillan et ses hommes tenteront de prendre moins de 200 points face à Boston. Allez zou, deux trois stats, une vidéo du roi et petit dèj.

Stats Pacers Sixers stats-sixers-pacers

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top