Raptors

Les Raptors se rassurent : victoire à OKC, DeRozan retrouve ses standards avec 37 points

Raptors demar derozan
Source image : NBA League Pass

Après le hardcore, le réconfort ? Toronto a retrouvé le droit-chemin en se rendant chez le Thunder ce mercredi, une victoire maîtrisée en déplacement et dans laquelle on a vu les vrais Raptors (112-102).

C’était impératif. Et même plus grave que ça, si on veut remettre un peu le contexte de cette rencontre, suivant le massacre de ce dimanche. Car il y a trois jours, c’est bien un massacre auquel on avait pu assister, les hommes de Dwane Casey n’arrivant pas à écarter Sacramento à domicile, alors que les Kings réalisaient un roadtrip en mode Suicide Squad, littéralement. Pour la première fois de la saison, les Dinos se plantaient gravement sur 48 minutes, car la première défaite face aux Cavs était serrée et surtout l’engagement était différent. Cette fois ? Lowry et DeRozan avaient chié, en premier, réalisant le plus grand des blasphèmes selon leur entraîneur : ne pas se donner à fond. Du coup, les quelques jours de break permettaient aux soldats canadiens de revenir sur cette désillusion, afin d’aborder au mieux le match à OKC. Le Thunder, mine de rien, traînait dans les hauteurs de l’Ouest et avait déjà réussi à s’enfiler un gros morceau en la personne des Clippers. Il était donc hors de question que, pour la deuxième fois de suite, les Raptors traînent des pieds. Et encore plus dans une Chesapeake Arena où les plus grands athlètes au monde font bon nombre de victimes depuis des années.

Mais pour commencer, l’historique était avec eux. Toronto était et est à l’aise dans les plaines de l’Oklahoma, question de matchup certainement. Question de banc, aussi, voire surtout, puisque celui des Raptors offrait 38 points précieux derrière les starters, pendant que Billy Donovan tentait de gratter les fonds de tiroir avec Jerami Grant et Enes Kanter. Pas assez, malheureusement, pour tenir tête et surtout garder la tête hors de l’eau lorsque Russell Westbrook profitait de quelques rares minutes de repos, notamment dans le second quart-temps durant lequel les visiteurs créeront un bel écart. La suite, on ne la connaît que trop bien dans ce coin des States, fût un show mené par le marsupial local et son ami néo-zélandais, Russ et Steven Adams tentant de rester dans le rétro des Dinos pour tenter un ultime run de fin de match. Mais en face, et c’est bien là que Casey était satisfait de ses troupes, l’erreur n’était pas réalisée deux fois. Pas d’abandon, pas de mains sur les genoux, DeRozan en premier retrouvait son niveau des premiers jours avec 37 points à 13/22 au tir, pendant que son associé Lowry était au four et au moulin face à la menace Westbrook (19-9-13). Résultat des courses, avec une solide défense forçant Monsieur Triple-Double à devoir lâcher 8 possessions, un banc efficace et deux All-Stars en jambes, les Raptors ont retrouvé leur formule magique et en ont donc profité pour imposer la première défaite du Thunder à la maison cette saison.

Le meilleur moyen d’effacer une vilaine défaite, c’est de la suivre avec une belle victoire à l’extérieur. Et si Toronto faisait couple-double, en allant l’emporter chez des Hornets actuellement en tête de l’Est ? Réponse ce vendredi, en évitant de traîner des pieds, siouplé.

couverture

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top