Grizzlies

Marc Gasol assassine Denver au buzzer : énorme fin de match à Memphis, le barbu régale !

Complètement dingue, imprévisible, inexplicable et à la fois indescriptible. Ce match et surtout cette fin de match entre Memphis et Nuggets valait son pesant d’or, pour les fans de scénarios marquants.

Ce n’est pas la première fois que Gasol sauve les siens, comme on a déjà pu l’écrire sur ce début de saison après avoir vu la machine anéantir les Wizards à distance puis les Pelicans. Cette fois ? La victime se nomme Denver, dernier dinosaure qui a pris cher sur une remise en jeu ultime. Remettons nous dans le contexte, pour mieux comprendre le bordel de cette action. Déjà, dédicace oblige à Courtney Lee, les Grizzlies savaient qu’en 0,7 secondes tout était possible, comme l’arrière l’avait rappelé l’an dernier en démolissant Sacramento sur une action loufoque d’une demi-seconde. Mais cette fois, pas de Lee, pas de super-posé et surtout pas de public ambiancé car Emmanuel Mudiay était dans le coin. D’abord auteur d’une belle connerie en faisant faute offensive en plein money-time, alors que son équipe avait réussi à reprendre l’avantage malgré les assauts de Zach Randolph, le meneur des Nuggets se reprenait en volant la balle des mains de Conley au finish, terminant son action par un double-pas et offrant donc le lead aux siens. Explosion de joie dans le rang des visiteurs, surtout que Mike le multimillionnaire fonçait par la suite en attaque pour tenter de répondre mais perdait le ballon, avec 0,4 secondes restantes. Autant dire qu’à ce moment précis, le FedEx est aussi bruyant qu’une maternelle à l’heure de la sieste.

Sauf que ce mardi, comme certains ont pu le voir, était un jour assez particulier. Du genre à permettre aux arbitres de revoir l’action, et réaliser que Mudiay touchait le cuir avec un auriculaire, balle rendue aux Grizzlies. Du genre à permettre à ces mêmes arbitres de réaliser qu’il restait 0,7 secondes et non 0,4, ce qui fera toute la différence par la suite. Du genre à permettre à David Fizdale de tenter un coup de bluff et de gagner du temps en faisant rentrer Chandler Parsons, de quoi offrir à Vince Carter quelques secondes bonus pour se régler avec son pivot. Du genre à permettre à Kenneth Faried et Mudiay de se gourer niveau communication, avec un simple écran de James Ennis pour libérer Gasol à quelques centimètres de l’arceau. Du genre à voir Marc de sauter de toutes ses forces sur la pointe des pieds, recevoir une magnifique offrande de Carter, éviter le contre d’Emmanuel et s’appliquer sur sa finition. Ficelle, le public est en transe, victoire au buzzer des Grizzlies. D’abord méritée puis vendue puis récupérée de justesse, cette rencontre remportée par les soldats de Memphis était à la hauteur du choc général sur les réseaux sociaux cette nuit. Totalement imprévisible.

couverture

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top