Blazers

Damian Lillard en avait marre : 42 points à Dallas, savez-vous quelle heure est-il ?

Dame time ! Ding dong, le meneur de Portland a réglé le minuteur hier soir, pour manger un de ses plats préférés : le Mavs bien cuit. Victoire des Blazers à Dallas, 105-95.

Cette fois, il n’aura pas fallu d’acte héroïque au buzzer, ou dans la dernière minute. Alors qu’on l’avait vu prendre feu face à Utah pour sécuriser la gagne, puis forcé une prolongation en traumatisant les Nuggets avant de les assassiner, Lillard savait que l’adversaire de ce soir était désespéré, et qu’un simple coup de couteau placé au bon moment allait suffire. Et comme par hasard ? C’est ce qui s’est produit ce vendredi, avec un Damian d’une propreté rare pour ce début de saison décidément bouillant chez le sniper de l’Oregon. Autant planter 42 points dans cette Ligue, on l’a vu plus d’une fois, mais en seulement 18 tirs tentés ? Tendu. Face à la ligne arrière décidément trop rouillée et limitée de Rick Carlisle, le patron des Blazers a décidé que c’en était trop. Une branlée infligée par les Warriors puis une défaite au buzzer contre Phoenix, typiquement le genre de contexte qui peut pousser votre franchise player à s’énerver un minimum.

Et s’énerver, c’est peu dire s’il l’a fait, Lillard terminant sa partie avec 42 points, 4 rebonds et 4 passes, à 12/18 au tir et seulement une balle perdue. Ce bruit que vous entendez, ce sont les techniciens de surface de Dallas qui ont démarré leur bagnole plus tôt que prévu. Faut dire que Damian a été d’une telle propreté qu’il a nettoyé l’intégralité de l’American Airlines Center, décidément bien morose depuis ce début de saison. Car si Portland a pu se rassurer en l’emportant en déplacement, que dire des Mavs et de leur début de saison ? Un cinquième revers en autant de rencontres, c’est simple la franchise vient de réaliser le pire départ de toute son histoire. Alors certes, le calendrier n’était pas facile et bien des équipes se sont amusées face aux premières absences enregistrées, mais l’intégration des nouveaux et surtout le rythme à trouver pour chacun ont été deux sujets particulièrement piquants dans le bureau de Carlisle, comme cette nouvelle défaite l’a fait remarquer. On a envie de patienter encore un peu avant de tirer sur la sonnette d’alarme, histoire de laisser à Rick la possibilité de faire ses miracles habituels. Mais en voyant Plumlee et Aminu se faire autant plaisir, on a de quoi grincer les dents dans le saloon de Mark Cuban.

Le nettoyeur est passé, et il était encore une fois dans les temps. Damian Lillard est plutôt du genre ponctuel, surtout quand on vient de le battre deux fois : pour la prochaine rencontre de Dallas, ce serait bien de se pointer à l’heure…

couverture

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top