Magic

Evan Fournier sort le champagne à la maison : 29 points à 10/15 au tir, victoire d’Orlando !

Pour la première vraie victoire convaincante du Magic cette saison, c’est notre frenchie barbu qui a donné le ton devant son public : Vavane a été très propre hier soir pour mettre les Kings au tapis, 102 à 94.

C’est peu dire si le début de campagne d’Orlando était dégueulasse, et c’est aussi peu dire s’il fallait que les hommes de Frank Vogel s’offrent un peu d’air frais. Des défaites alarmantes pour commencer la saison, un succès de justesse sur le parquet des terrifiants Sixers, on se demandait si Sacramento n’allait pas se réveiller au Amway Center et prolonger la troupe locale dans sa troublante situation. Surtout que, de leur côté, les Kings avaient déjà pris une droite à Atlanta puis une gauche à Miami en prolongation, donc tout scénario était envisageable ce jeudi. Seulement, celui qu’on n’avait pas pris en compte, c’est avec Vogel dans le rôle de Mike D’Antoni, qui demande à ses joueurs de cavaler. Un peu trop lents depuis dix jours et affrontant une défense californienne encore moyenne, les soldats d’Orlando se faisaient plaisir en poussant le cuir dès que possible, afin de sanctionner le repli de Boogie et ses potes. Résultat des courses, après un premier quart-temps difficile car sans rythme pour les hôtes, le second quart et surtout la deuxième période ont servi de rampe de lancement pour les jeunes jambes du Magic, prêtes à se défouler après plusieurs jours de frustration.

Et qui se régalait plus que Vavane, dans ce jeu open floor ? Personne. Toujours aussi sage dans ses décisions offensives et déterminé à vouloir montrer la voie à ses coéquipiers, Fournier faisait tourner la tête aux McLemore et Afflalo qui souhaitent défendre sur lui, grâce à une belle variété à distance comme proche du panier. Signe évident de l’agressivité d’Evan ? Ces 7 lancers tentés, avec 6 rentrés, sachant que le garçon n’avait tenté que 5 tirs du genre… en une semaine. Et forcément, pour une équipe en manque cruel de créateurs, voir un joueur capable de ralentir le chrono et aller chercher des points faciles était une vraie belle source de satisfaction, notamment dans le money-time lorsque DeMarcus Cousins se fâchait pour éviter une nouvelle défaite. Malheureusement pour le psychothérapeute de Sacramento, la bonne patience du compatriote et son association avec le duo Ibaka-Vucevic était suffisante pour offrir la toute première victoire du Magic à domicile cette saison, de quoi enfin dormir paisiblement à la maison. Ce qu’on souhaite voir par la suite, évidemment, c’est la confirmation de cette agressivité sur demi-terrain comme tout-terrain chez Evan, car le Magic en dépend et cela se voyait notamment hier soir. De nature volontaire et engagée, le bonhomme sera attendu ce samedi… contre Bradley Beal et John Wall.

On voulait le voir davantage aux lancers, on l’a eu davantage aux lancers. On voulait le voir propre et leader dans ses initiatives offensives, on y a eu droit aussi. Ce genre de performance, c’est typiquement ce pourquoi Orlando a signé un gros chèque cet été : good job, Evan, et à samedi pour la même.

couverture

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top