Hornets

Nicolas Batum prend feu à Charlotte : 17 points dans le 3ème quart, on en redemande !

Nicolas Batum

Salut les filles.

Source image : YouTube

On l’aime beaucoup, notre Nico national, lorsqu’il est agressif et très engagé offensivement. Hier soir, les Hornets en avaient justement besoin, et l’ailier a répondu avec une grosse seconde mi-temps.

Se faire malmener par les Sixers ? Lorsqu’on joue à domicile ? Pas vraiment le genre de délire que les entraîneurs apprécient actuellement en NBA, même si le match d’hier se jouait un mercredi et pouvait donc produire de grands moments sportifs (coucou chez Lakers). En première période, Steve Clifford et seshommes ne prenaient pas vraiment au sérieux les troupes de Philadelphie, elle qui jouait hors-rythme mais parvenait tout de même à produire du bon jeu. Les débuts d’Ersan Ilyasova, les bonnes minutes d’Okafor en sortie de banc, Dario Saric pour arroser le tout et soudainement le public de Charlotte tirait la gueule. Forcément, avec 7 points de retard à la pause et en ayant laissé les Sixers planter 53 points avant de rentrer au vestiaire, il y avait de quoi bouder dans les rangées du Spectrum Center. Seulement, face à ce genre de scénario, plusieurs choix étaient disponibles dans le vestiaire des Hornets et celui choisi par Clifford fût tricolore. Très chaud, et tricolore.

Une bombe de loin pour commencer, une bonne passe pour Cody Zeller ensuite, quelques beaux stops défensifs, un drive pour saucer le tout, on retrouvait de l’énergie dans le jeu de Charlotte et à sa tête se trouvait le numéro 5 aux bras interminables. Plus agressif qu’auparavant, comme il l’expliquait d’ailleurs en sortie de match à l’antenne locale, Batum ne voulait pas que son équipe se permette ce genre de connerie à domicile. Surtout quand on voit la concurrence à l’Est, surtout quand on connait les intentions des Hornets, et surtout quand on lit le contrat signé cet été par le Français. Car, qu’on le veuille ou non, et qu’il le veuille ou non, une bourde pareille à domicile reviendrait forcément sur ses épaules, ainsi que celles de Kemba Walker. Et puisque le dragster ne pouvait pas tout faire de lui-même, c’est son bras droit européen qui s’occupa de mettre un bon coup de pied dans le moteur de sa franchise. Avec 17 points dans le troisième quart, Nico marqua presque autant que les Sixers, et soudainement la gueule de la rencontre changea du tout au tout. Désormais dans le siège du conducteur, Batum et ses potes firent le nécessaire pour boucler la rencontre et valider une nouvelle victoire.

Une soirée à 20 points, 7 rebonds et 4 passes, dans des pourcentages plus que corrects et avec un rôle fort dans le retournement de la partie, on en veut tous les jours ! Non seulement il en est capable, mais ses Hornets en auront bien besoin par la suite.


couverture


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top