Celtics

Boston se paye les Bulls à la maison : 107 à 100, on ne passe pas comme ça au TD Garden

Boston

Ball game !

Source image : NBA League Pass

La première défaite des Bulls a bien eu lieu, et ce fût dans une arène particulièrement hostile : le TD Garden était bien chaud hier soir, pour servir de 6ème homme à ses soldats.

Et pourtant, ce ne fût pas facile, très loin de là même. Car pour commencer, Brad Stevens devait faire sans Al Horford dans son groupe, l’acquisition de l’été s’étant blessée pendant un entraînement antérieur. Touché à la tête, Al devait respecter le fameux protocole imposé par la NBA et qui empêche qui que ce soit de pouvoir jouer, ce qui imposait forcément une lourde absence pour les Celtics. Mais depuis l’arrivée du jeune coach et après avoir créé des liens forts avec ses joueurs, quelle équipe aime les lourds challenges davantage que celle de Boston ? Plus c’est tendu, plus ils sont dos au mur, et plus ils aiment ça. Du coup, en étant conscient que le forfait d’Horford allait donner confiance aux Bulls, c’est un effort complet et collectif qui donnait le ton de la partie, le stade vert prenant son pied devant la partition de ses joueurs et les habituels mouvements de balle dont Stevens est devenu roi dans le Massachusetts. Avec une dizaine de points d’avance en première mi-temps rapidement effacée par des Bulls menés par un Jimmy Butler agressif, la seconde période pouvait démarrer avec optimisme.

Même ping-pong qu’en première ? Même ping-pong qu’en première ! Boston reprend un peu le large mais doit une nouvelle fois faire face au retour de Chicago, sauf que la surprise du chef vient de nulle part et c’est tout un public qui explosera après chaque flèche rentrée à distance : Amir Johnson, qui n’avait jamais mis plus de 2 tirs à trois points sur un match dans sa carrière, soudainement en feu. Ni une, ni deux, ni trois mais bien quatre banderilles pour permettre aux siens de faire suer un peu plus l’adversaire du soir, Isaiah Thomas et Marcus Smart mettant le couvercle sur les Bulls pour respirer un dernier coup. Ce n’était pas la victoire la plus facile, la plus pretty ou la moins fatigante, mais c’était celle qu’il fallait avant de se pointer au prochain rendez-vous. Car au moment où ces lignes sont écrites, les Celtics doivent probablement se rendre à l’aéroport afin de s’envoler vers… Cleveland. Ce jeudi, Boston se rendra chez LeBron afin de tenter un véritable upset, surtout en l’absence de Jae Crowder puisque l’ailier se blessait contre Chicago cette nuit. Dure nouvelle, mais comme mentionné plus haut, quelle meilleure équipe lorsqu’elle se retrouve face à un grand défi ?

Les Bulls ont enfin dû rendre les armes, mais l’équipe de Fred Hoiberg s’est bien débrouillée. Il faut dire qu’après la victoire contre Avery Bradley et compagnie la semaine dernière, il fallait s’attendre à une réponse de la maison verte. Un partout, balle au centre, prochain rendez-vous le 16 février 2017.

couverture

Les visiteurs ont tapé :

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top