Pacers

Merci Paul George : 30 points et un gros money-time pour sauver ses Pacers de justesse

Encore un effort douteux de la part des Pacers, encore un match qui aurait pu leur échapper après deux vilaines défaites récemment : heureusement, Paulo a terminé le boulot comme un grand hier soir.

Et si les hommes de Nate McMillan jouaient en fonction de la compétition ? On peut commencer à se poser la question, quand on voit les premières rencontres jouées par les soldats de l’Indiana et l’attitude générale proposée par ce groupe qui n’a pas encore l’avoir d’avoir démarré sa saison. Une victoire arrachée face aux Mavs, une défaite à Brooklyn puis chez les Bulls, cette fois Jeff Teague et ses potes rentraient au bercail pour tenter de se rassurer mais ce n’est pas vraiment ce qui s’est passé. Car tout au long de la partie, ce sont bien les Lakers qui ont l’air plus intéressés par l’enjeu et déterminés dans leur quête de victoire, pendant que C.J Miles et son gang traînaient des pieds. Surtout en défense d’ailleurs, en laissant les poulains de Luke Walton se gaver de paniers grattés de façon assez aisée, que ce soit Lou Williams derrière un écran, Jordan Clarkson en isolation ou Julius Randle sur un pick. Pour les fans rassemblés au BankersLife FieldHouse ce mardi, ce qui aurait dû ressembler à une branlée satisfaisante se transformait même en nuit traumatisante, avec des Lakers qui prenaient l’avantage à quelques minutes de la fin de la partie. Bonjour l’ambiance, alors que tu viens de te faire taper deux fois en quelques jours.

Mais voilà aussi à quoi peut servir un All-Star, un Olympien, un homme qui a déjà été loin en Playoffs et peut mettre toute une franchise sur son dos. Conscient qu’il fallait prendre le match à son compte afin de calmer le stress général des fans, Paul George décida de sanctionner les visiteurs et notamment D’Angelo Russell en isolation, le jeune meneur ne pouvant rien faire face à l’agent numéro 13. Deux minutes de perfection, notamment ponctuées par une rotation défensive royale afin d’empêcher un dernier sursaut adverse, l’ailier ne montrait pas la plus grande satisfaction en sortie de rencontre mais le boulot était fait. Et dans un mois de novembre qui verra ses Pacers enchaîner les matchs à domicile, démarrer le mois avec un coup de poing sur la table était peut-être la meilleure des choses pour Indiana. Car avant de jouer leur prochaine rencontre, les soldats de Nate McMillan vont pouvoir se rendre compte qu’ils ont failli donner un match aisé à l’adversaire, et que ce genre d’attitude ne les mènera pas bien loin au printemps prochain. Compter sur PG un soir c’est bien, mais proposer un effort solide et collectif pendant 48 minutes c’est mieux.

Avec 30 points dont quasiment le tiers dans le money-time, Paulo a fait sa part du job en menant les siens jusqu’à la victoire. Mais devoir retrousser ses manches face aux Lakers est-il un bon signe ? Non. Ce sera là lui de continuer dans son rôle de leader, en poussant les siens à se mettre au boulot.

couverture

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top