Bucks

Giannis Antetokounmpo remet ses Bucks sur les bons rails : 24-10-7-clutch pour le freak

Giannis Antetokounmpo

Que le Freak soit avec vous.

Source image : YouTube

S’il commence à mettre ses tirs à trois points dans le money-time, comment va-t-on pouvoir défendre sur lui ? Hier soir, Giannis a terminé les Pelicans avec la détermination d’un vrai patron.

Il était maladroit sur cette partie, et les élèves d’Alvin Gentry respectaient le plan de jeu en le laissant ouvert. Fermez les lignes de pénétration les gars, Antetokounmpo n’a pas encore le tir extérieur pour nous sanctionner de façon crédible. Et pendant une bonne partie de la rencontre, ce choix payait puisque New Orleans touchait du bout des doigts une première victoire en saison régulière, celle qui pouvait permettre aux fans de mieux dormir et aux joueurs de prendre une douche sans pleurer. Clank, boing, dounk, cling, ponk. Cinq briques consécutives pour Giannis à distance, des Pelicans qui ne veulent rien lâcher devant leur public, un Anthony Davis toujours aussi sale : il fallait bien que le franchise player des Bucks sorte les doigts du St Hubert 41 et se mette enfin à faire claquer les ficelles. Justement. Quand son équipe en eut définitivement besoin, le Grec se concentra sur son fouetté et enterra définitivement les hôtes d’une flèche limpide dans le money-time, le garçon célébrant enfin cette libération avec un regard noir et une gueule énervée. Cette victoire, il la voulait le Giannis, et il la délivra.

C’est ce point offensif si particulier qu’on suivra avec attention cette saison lorsque Milwaukee jouera, car dans le potentiel du freak il y a cette polyvalence évidente mais tout un répertoire en attaque qui est loin d’avoir été effleuré. Fabuleux des deux côtés du terrain, capable de créer sur pick and roll puis de revenir en défense pour défendre sur un pivot, Antetokounmpo est un monstre qui n’a malheureusement pas encore le tir extérieur qui pourrait le rendre tout simplement injouable. Et c’est justement cette évolution qui ira de paire avec celle des Bucks, car les eurosteps de la ligne des trois-points ne fonctionneront pas au printemps. Ou du moins, il pourra en placer un, avant de se faire massacrer sur le second, par des défenses plus resserrées et conscientes de ses lacunes. Il y a donc tout un éventail offensif à améliorer cette année lors de chaque rencontre, et la bonne nouvelle c’est que Jason Kidd va tout faire pour mettre son phénomène dans des situations qui le pousseront à bosser. Se retrouver seul à distance, avec un match serré et toute une région qui demande à être délivrée, voilà un premier check de validé avant la prochaine mission attendue à la maison : Paul George sera de visite, un tout autre type d’attaquant…

Après une sale défaite à Detroit durant laquelle Andre Drummond s’était gavé, les Bucks se sont relancés en allant gagner chez des Pels qui voulaient tout faire pour ne pas perdre. Dommage pour Anthony Davis et ses potes, hier soir Giannis était lui aussi déterminé.

couverture

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top