Rockets

James Harden s’offre Dallas au buzzer : un lancer pour la gagne, paye ton super finish

James Harden

Faut pas se louper.

Source image : NBA League Pass

Les Rockets auraient aimé s’offrir un premier match plus simple à domicile ce dimanche, mais le principal fût assuré : une victoire contre le voisin texan, sur un dernier coup de poignet offert par le barbu.

Harden était le premier à souffler, d’ailleurs, en sortie de rencontre. Car lui aussi voulait faire de cette première au Toyota Center une véritable fête, surtout en étant conscient que Dirk Nowitzki ne pouvait jouer dans l’équipe d’en face. Mais en ayant eu droit à un traitement défensif exceptionnel de la part de Wes Matthews, et en loupant son premier lancer pour la gagne, tout ce que le gaucher demandait était un succès. Un dernier lancer, qui ne ricoche pas sur l’arceau, et puisse libérer les siens devant leur public. Prière finalement exaucée. Pourtant, au début de la rencontre, tout semblait pointer vers un scénario idéal côté Rockets. Une belle adresse à distance, un écart conséquent créé avec les Mavs, les jeunes se faisaient plaisir sur le parquet et Dallas pataugeait dans cette arène où les soldats vont à mille à l’heure. Sauf qu’enfoncer J.J Barea et ses potes n’est pas la meilleure des idées, et les vétérans faisaient justement le boulot pour tenter de créer la surprise deux jours après avoir perdu face à ces mêmes Rockets mais à la maison.

Et sur le trois-points de l’égalisation signé Matthews à quelques secondes de la fin, on voyait un début de hold-up se mettre en place, sous les yeux d’un Rick Carlisle aussi halluciné que nous de voir Dallas encore dans le match. Comment les Mavs, à 38% au tir et avec un Deron Williams touché au genou en première mi-temps, pouvaient boire un coup en s’estimant proche d’une prolongation ? Une question malheureusement stoppée par un dernier effort raté, celui de Wes Matthews qui avait été impérial en défense jusque là mais cherchait un peu trop le cuir sur une pénétration de James Harden. Se jetant dans la peinture, le gaucher réussissait à provoquer deux lancers et comptait sur les arbitres de façon maline dans ce contexte si particulier. Des joueurs qui se rentrent dedans, des esprits qui s’échauffent, les hommes aux sifflets allaient forcément dire quelque chose si un contact avait lieu au buzzer et c’est en étant conscient de cela que le All-Star prenait la meilleure des décisions. Cruel finish pour Dallas certes, mais victoire rassurante pour Houston, après un massacre offensif en seconde période. Si on s’attend à des soirées bien plus géniales dans ce stade qui verra certainement un match dépasser la barre des 260 points cette saison, le show de ce dimanche fût géré en première mi-temps avant de tousser après la pause. Tant pis, tout ce que les fans voulaient, c’était une victoire, et c’est Harden qui l’a offerte dans la dernière seconde.

Deuxième match contre Dallas, deuxième succès pour les Rockets. La machine n’est pas encore officiellement lancée, mais la saison au Toyota Center, si. Cela tombe bien, il faudra attendre jusqu’au 12 novembre avant d’y retourner, quand un autre voisin du Texas sera en visite : à très vite, chers Spurs…


couverture

Les visiteurs ont tapé :

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top