Bulls

Dwyane Wade régale pour sa première chez les Bulls : 22 points, clutch, très clutch !

Dwyane Wade

KILLER.

Source image : NBA League Pass

Le maillot a changé, le public aussi, les attentes forcément mais la réalité reste la même. Wade a été clutch pour ses Bulls hier soir, ponctuant sa première au United Center avec le panier le plus chaud de la rencontre.

Alors comme ça, je ne sais pas tirer de loin ? Alors comme ça, je suis trop âgé pour ces conneries ? Et les Celtics sont censés nous taper chez nous ? Très bien. Comme depuis plus de 13 ans maintenant, Dwyane a retroussé ses manches et accepté le challenge du jour avec joie, sentant qu’il fallait bien rassurer son peuple en cartonnant à domicile. Boston, en antenne nationale, pour la première des Bulls ? Bring it on. Brillant souvent sur la plus grande scène médiatique, le vétéran a forcément pris son pied en rentrant cet énorme step back + trois points dans la gueule d’Avery Bradley, pour offrir un avantage décisif aux siens. Pourtant, sa rencontre n’était pas folle, malgré son adresse surréaliste à distance (4/6… comparé au 7/44 de toute la saison dernière !) et ses actes héroïques dans le money-time. Des fautes parfois stupides en défense, quelques difficultés à créer et un leader qui toussait en voyant Fred Hoiberg le remettre un peu tard sur le terrain, tout n’était pas rose dans le monde de Wade mais pour faire oublier Derrick on peut dire que le nouveau shérif a été costaud.

Car lorsque la pression est montée et qu’il fallait réaliser un miracle, Flash a enchaîné cet énorme tir avec une défense bien plus tonique et efficace, forçant les Celtics à devoir définitivement rendre les armes. Le boss qu’on connaît ! Parfait pour renvoyer tous les fans chez eux avec le sourire, et installer un peu plus d’excitation dans l’Illinois. Et c’est peut-être ça, finalement, que Wade a réussi à faire plus qu’autre chose ce jeudi. Ce n’était pas forcément une question de dagger ou de célébration épique en se tranchant la gorge. Ce n’était pas non plus une question de déclaration ou de poster infernal sur la tête d’un pauvre défenseur. Non, ce que Dwyane a validé avec brio hier soir, c’est la création de ce nouveau lien entre le public du United Center et ses joueurs, une relation qui devenait clairement insupportable ces derniers mois et avait besoin d’un élément nouveau. Quelque chose de frais, d’intéressant, d’excitant, bref un déclic venu de l’extérieur. Et un enfant du pays qui écarte la menace verte, en étant clutch devant son public et en donnant l’exemple aux plus jeunes ? Que demander de plus. Flash a peut-être fait sangloter une dizaine de fans installés en Floride, mais il a assurément apporté du réconfort dans le coeur d’un paquet de passionnés vivant dans Chicago. Et ça, plus qu’une victoire ou un pourcentage au tir, c’était fort.

Non seulement Flash a mené les siens vers la victoire, non seulement il a été adroit de loin, non seulement il a planté le tir de la nuit, mais en plus il a fait tout ça avec son style à lui. Le retour du patron dans sa région démarre fort (22 points, 6 rebonds, 5 passes), à confirmer avec d’autres actes épiques lors des prochaines rencontres.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top