Heat

Miami entame sa nouvelle ère avec une victoire : 108-96, Whiteside fait déjà du Whitesale

Miami hassan whiteside

Le sourire après l’effort.

Source image : NBA League Pass

En profitant d’une équipe d’Orlando totalement déréglée et victime de l’enthousiasme des visiteurs, le Heat a lancé sa saison avec une belle victoire en déplacement : elle est sexy, cette nouvelle team ?

Qu’Erik Spoelstra vende du rêve en permanence, on le savait déjà depuis un petit bout de temps. Non seulement grâce à son sourire charmeur et ses costards impeccablement taillés grâce à Pat Riley, mais aussi parce que le coach de Floride tenait d’une main ferme son vestiaire. Contre vents et marrées, contre blessures et engueulades, Spo restait solide sur ses deux jambes. Et c’est justement ce qu’on voulait voir hier soir à Orlando, pour la toute première de ce Heat sans Chris Bosh ni Dwyane Wade, une réalité assez dure à réaliser lors de l’entre-deux. Cependant, comme souvent, Erik a prouvé une nouvelle fois qu’il avait plus d’un tour dans son sac, en partant sur des systèmes simples et un élément moteur dans le coeur de son groupe : la défense, qui mène à une attaque rapide. Et quand on obtient un tout nouveau cinq majeur qui n’a pas encore d’automatismes établis, gratter des pions faciles est la meilleure des idées en tout début de saison.

C’est justement ce que le Heat a fait, en claquant notamment un troisième quart de rêve (30 à 16) pendant que le Magic se faisait dessus. Isolations pour Aaron Gordon, tirs forcés pour Evan Fournier, briques à distance pour Elfrid Payton, c’est limite si la mascotte d’Orlando était plus belle que ses joueurs quand on voyait la partition offerte par Ibaka et ses potes hier soir. Première rencontre, premiers ajustements à faire, donc premières paniques à ranger dans un tiroir. Mais ça, c’est côté Magic. Car chez le Heat, il y avait plusieurs éléments assez rassurants à souligner. Déjà, l’abattage monstrueux d’Hassan Whiteside, qui a bien prévu d’écraser la concurrence sous les arceaux et ne semble pas se plaindre de son nouveau rôle. Avec 18 points, 14 rebonds et 4 contres dont un phénoménal sur Payton, le géant n’a fait qu’une bouchée du trio Ibaka – Gordon – Vucevic, permettant du coup à des snipers comme Babbitt ou James Johnson de sanctionner (4/10 pour eux, malgré le terrible 4/16 d’équipe). Ensuite, pour continuer dans le positif, le mouvement de balle respecté pour tenter de trouver le moindre décalage : 27 caviars pour un premier match entre mecs qui se découvrent encore, c’est prometteur. Et enfin, la défense donc, qui a pu créer ces paniers aisés et a forcé le Magic a cafouiller son basket. Il est évident qu’il faudra voir avant tout si le Heat pourra continuer ainsi pendant plusieurs semaines, mais les bases semblent installées et voilà quelque chose qui était rassurant dans cette première touchée d’émotion sans Wade ni Bosh en uniforme.

Et de une victoire ! Idéale pour la reprise, surtout chez le voisin de Floride. Cette équipe de Miami a encore beaucoup à prouver, notamment sur la régularité, mais les premiers signes sont positifs. y’a pas à chier, posséder un bon coach, ça fait une sacrée différence dans cette Ligue…

couverture

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top