One-on-One

L’utilisation de Kristaps Porzingis : affreuse en ouverture, un point à régler vite chez les Knicks

Kristaps Porzingis

Oh oui, ça sent mauvais cette affaire.

Source : YouTube / NBA

On sait, il ne faut pas donner de jugement définitif après seulement un match. Les analyses à chaud ne sont que sources de polémiques qui n’auront peut-être plus lieu d’être d’ici quelques jours ou semaines. Pour autant, après la bonne grosse fessée reçue par les Knicks sur le parquet du champion en titre, un aspect du jeu des hommes de Jeff Hornacek ne peut qu’attirer l’attention et poser question : l’utilisation de Kristaps Porzingis dans cette escouade new yorkaise qui a subi de gros changements cet été. 

Car, ne vous y trompez pas. Si le Letton a disposé hier du plus gros temps de jeu de son équipe avec 33 minutes passées sur le parquet, ce chiffre est clairement un trompe l’oeil. La façon dont il a pris part ou plutôt pu prendre part aux jeu des siens peut clairement générer de la frustration du côté des fans et des observateurs. L’intérieur sort d’une très bonne saison de rookie. Il a su surnager malgré les grandes difficultés qu’ont connu les Knicks et il fait partie des joueurs sur lesquels on a envie de voir New York s’appuyer afin de monter en puissance tout en préparant l’avenir. Bien évidemment, cette première sortie des protégés de Phil Jackson était compliquée et personne ne pouvait vraiment espérer les voir faire leur loi à Cleveland. C’est un fait et cela s’est d’ailleurs bien vu sur le terrain où la différence entre ces Cavs dont le noyau se connait parfaitement et ces Knicks en pleine découverte ne fut pas une surprise. Cependant, on a trop eu la sensation que l’option Porzingis n’était pas du tout une priorité pour les hommes de la Big Apple, que le grand blondinet était surtout là pour protéger le cercle et aller au rebond alors qu’il a un talent offensif indéniable et dont les Knicks n’ont pas les moyens de se passer. D’ailleurs, certaines statistiques – autres que le temps de jeu – montrent bien cette sous-utilisation de “KP”. Des stats qui donnent à réfléchir sur l’équilibre que ve devoir trouver au plus vite Jeff Hornacek. Kristaps n’a pris que 13 tirs – dont un bon nombre alors que le match était fini – pendant que Derrick Rose dégainait 17 fois et Carmelo Anthony 18 fois. Avec ces 13 tirs, le Letton a marqué 16 points ce qui lui fait un ratio 1,23 points par tir quand D-Rose propose 1 point par tir et Melo à peine plus (19 points en 18 tirs).

Ensuite, si l’on poursuit dans des statistiques encore un peu plus avancées, on s’aperçoit que le usage rate (pourcentage d’action de l’équipe impliquant le joueur) de Porzingis est de 22,5 soit à peine plus que Brandon Jennings (21,4) et nettement moins que Rose (30,8) ou Anthony (32,2). Comprenez bien que cela signifie que quand il est sur le parquet, moins d’une action des Knicks sur quatre est passée par Porzingis. Sérieusement ? Ok, il faut donner la balle à Carmelo que ce soit au poste bas, pour des tirs en première intention (sur jeu de transition) ou en isolation. Bien sûr, Derrick Rose – qui joue meneur – a souvent la balle en main et on sait qu’il aime pénétrer pour essayer de finir le plus près possible du cercle. De là à ce qu’il ne distribue qu’une seule passe décisive en 30 minutes de jeu tout en perdant 4 ballons… Le manque de rythme peut expliquer les pertes de balle. Le manque de vécu collectif peut expliquer le peu d’offrandes (encore que une seule c’est vraiment faible). Mais ce qu’on lit dans les stats s’est bien vu sur le terrain hier : Rose n’a pas cherché Porzingis. Il n’a d’ailleurs cherché personne la plupart du temps. Hornacek n’a pas non plus poussé dans ce sens. Sans doute voulait-il laisser son meneur trouver de la confiance en scorant. L’intention peut être considérée comme louable mais, à un moment donné, c’est aussi le rôle du coach que de donner des directives, de demander des systèmes. D’autant plus que, parmi les trois meilleures options offensives de coach Jeff (Melo, Rose et Porzi donc), l’intérieur de 2m20 est celui qui est ressorti du match d’hier avec le meilleur PER (12,5 contre 10,2 pour Melo et 7,5 pour Rose). Donc si on résume : hier, le joueur offensif le plus efficace parmi les trois principaux est celui qui a été le moins utilisé en attaque et pris le moins de tir…

Le coach et son staff doivent absolument prendre ce premier match, le bosser à la vidéo et faire en sorte que le jeu collectif de l’équipe en sorte grandit avec notamment une plus grande et bien meilleure utilisation de Kristaps Porzingis. Il a tout pour briller et aider New York dans sa quête de gloire. Il ne demande que ça mais si Hornacek ne lui procure pas rapidement l’espace nécessaire, Rose et Melo vont tout bouffer. Pas sûr que cette option ne soit la plus adéquate pour ces Knicks. 

1 Comment

1 Comment

  1. Nicolas

    octobre 27, 2016 à 12:41 at 12:41

    Totalement d’accord avec toi Alex, autant par rapport à son poste et son style de jeu, on peut difficilement critiquer Melo plus que d’habitude, on sait que c’est surtout un scoreur, autant le match de Rose était catastrophique, une bouillie sans nom, pas de collectif, des choix horribles, pas de rythme, etc… et Hornacek a intérêt à corriger le tir au plus vite, face aux équipes plus fabiles, sinon les perspectives de playoffs vont se faire de plus en plus brumeuses pour les knicks… Quand à Jackson, autant je peux apprécier les signatures intelligentes et les bons coups comme Lee, Hernangomez ou Jennings, autant Rose ne colle mais tellement pas aux besoins de cette équipe qui a quand même deux gros joueurs offensifs à qui donner les ballons dans de bonnes positions, ce qui est loin, très loin d’être le point fort de l’ancien MVP des bulls. Heureusement, il n’a qu’une saison de contrat restant, espérons que cette saison ne plombe pas le développement du futur grand qui sommeille en Porzingis…

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top