Equipes

Preview de la Division Sud-Ouest 2016-17 : la meilleure concentration de niveau en NBA ?

chuck norris walker texas ranger division sud-ouest

Le Texas, terre de légendes.

Source image : Youtube

Plus que quelques rares nuits de sommeil avant d’attaquer la nouvelle saison régulière. Les previews des équipes sont quasiment toutes bouclées, mais les divisions n’ont pas eu droit à leur petite analyse et c’est tout de suite qu’on s’y penche avec la plus hardcore de toutes. Aujourd’hui, la Division Sud-Ouest passe devant le conseil !

C’est une habitude maintenant, la South-West Division écrase la concurrence en envoyant régulièrement quatre voire cinq de ses représentants en post-saison. La saison dernière a failli être un échec mais les Rockets ont finalement réussi à accrocher le wagon des Playoffs sur le buzzer. Avec San Antonio, Dallas, Memphis et Houston présents pour les joutes de printemps, la division a encore dominé l’Ouest en saison régulière l’année dernière même si les tristes résultats qui ont suivi ont eu pour effet de refroidir un peu la température dans le Texas.

Vainqueur de la division en 2016 : San Antonio
Nombre de franchises en Playoffs l’an dernier : 4 (San Antonio, Dallas, Memphis, Houston)
Nombre de victoires au total l’an passé : 222
Nombre de défaites au total l’an passé : 188
Bilan moyen et pourcentage : 44 victoires pour 38 défaites – 54% de victoires

San Antonio Spurs

# Bilan 2015-16 : 67 victoires – 15 défaites
# Bilan face à la division : 14 victoires – 2 défaites 
# Appréciation du conseil : élève discret mais brillant
# Prévision 2016-17 : 56 victoires pour 26 défaites

Il passe presque inaperçu avec son look très old-school pas flashy pour un sou, pourtant c’est sûrement le meilleur élève passé au sein de l’établissement. Une machine de régularité qui enchaîne les 20 sans jamais la ramener. Bref, un bonheur pour ses professeurs qui ne se lassent pas de ses références littéraires un peu anciennes que personne d’autre ne connaît. Malheureusement, ça passe un peu moins bien auprès de ses camarades de classe, surtout quand il réclame plus d’étirements avant les cours d’EPS alors que Russell et Kevin sautent déjà un peu partout dans la salle.

Le départ de Tim Duncan marque aussi la fin d’une ère chez les Spurs. Tony Parker, Manu Ginobili et surtout Gregg Popovich sont toujours là mais ça ne sera plus jamais pareil sans le numéro 21 pour tirer avec la planche. Même en période de transition, San Antonio ne devrait pas se casser la gueule avec des valeurs sûres comme Kawhi Leonard et LMA dans son effectif. Surtout avec le recrutement estival qui a permis de ramener deux autres All-Stars dans la raquette avec Pau Gasol et David Lee. Un groupe dont beaucoup d’équipes se contenteraient largement et qui peu encore viser la deuxième place à l’Ouest, synonyme de nouveau titre de champion de division. Ce serait le sixième en sept ans.

Houston Rockets

# Bilan 2015-16 : 41 victoires – 41 défaites
# Bilan face à la division : 8 victoires – 8 défaites 
# Appréciation du conseil : se contente du minimum syndical, antipathique avec ses camarades
# Prévision 2016-17 : 48 victoires pour 34 défaites

À l’origine de beaucoup de bagarres dans la cours de récré, il a pris l’habitude de manger tout seul au RU. Son air effronté et son menton poilu ont vite découragé son professeur principal qui a dû se faire remplacer au pied levé par le stagiaire qui l’accompagnait lors de ses cours. Ce dernier, plus considéré comme un pote de soirée qu’un vrai prof ne parviendra pas à faire mieux que son prédécesseur.

Mike D’Antoni débarque avec un style de jeu qui devrait parfaitement coller avec ces Rockets version 2016-2017. Des gars qui courent et des snipers dans tous les coins avec pour objectif de taper la barre des 120 points par match, minimum. Adieu Dwight Howard, bonjour Ryan Anderson et Eric Gordon. Les attaques en moins de 8 secondes devraient devenir la norme de ce côté là du Texas. Pas de quoi viser les Finales NBA mais attention à la saison régulière qui devrait envoyer du bois. De là à chatouiller les Spurs en tête de la Southwest ?

Dallas Mavericks

# Bilan 2015-16 : 42 victoires – 40 défaites
# Bilan face à la division : 7 victoires – 9 défaites 
# Appréciation du conseil : des gros acquis à approfondir
# Prévision 2016-17 : 46 victoires pour 36 défaites

Comme son voisin gothique, on se demande ce qu’il fait encore au bahut depuis toutes ces années. Sauf que contrairement à un cancre qui redoublerait sa quatrième toute sa vie, on ne se fait pas trop de souci pour Boucles d’or dans la vie. Premier en cours d’Allemand, c’est en Géorgien qu’il s’est le plus distingué cette année. Un bagage linguistique qui lui permet de se débrouiller où qu’il aille sur la planète.

La question n’est plus de savoir s’ils seront en Playoffs mais plutôt à quelle place finiront-ils dans le Top 8. Tant que Rick Carlisle sera dans le coin, les Mavericks seront sur la bonne voie. En signant Harrison Barnes, Andrew Bogut et (Seth) Curry, peut-être que Mark Cuban se dit qu’il peut faire aussi bien que les Warriors de ces dernières années. On n’ira pas jusque là mais cette équipe de vétérans a de quoi surprendre quelques personnes cette saison encore.

Memphis Grizzlies

# Bilan 2015-16 : 42 victoires – 40 défaites
# Bilan face à la division : 7 victoires – 9 défaites 
# Appréciation du conseil : élève volontaire malgré de gros problèmes de santé
# Prévision 2016-17 : 45 victoires pour 37 défaites

Varicelle, grippe, gastro, angine et rages de dents, rien ne l’a épargné cette année. Absent à la moitié des cours, il a quand même travaillé depuis l’hôpital la maison pour ne pas prendre de retard sur le programme plutôt que de squatter sur 2K toute la journée. Des efforts qui ont finalement payé puisque même sans mention, ils lui ont au moins permis de valider son année.

Sans blessure, ce groupe a de quoi valider son ticket pour les Playoffs à l’Ouest. Le proprio de la franchise a dépensé suffisamment de dollars pour que les Grizzlies poursuivent leur série de six années consécutives dans le Top 8 à l’Est. Ça s’annonce en revanche plus compliqué pour contester aux équipes du dessus la suprématie au sein de la Division Sud-Ouest.

New Orleans Pelicans

# Bilan 2015-16 : 30 victoires – 52 défaites
# Bilan face à la division : 4 victoires – 12 défaites 
# Appréciation du conseil : hypocondriaque, cas inquiétant
# Prévision 2016-17 : 33 victoires pour 49 défaites

Si la malchance caractérise l’élève précédent, celui-ci n’en n’est pas non plus à son coup d’essai. Malheureusement, il est impossible de finir le programme à temps quand on manque un jour sur deux et qu’on ne fait même pas l’effort de rattraper son retard. Déjà raillé par ses copains pour son mono-sourcil, ce ne sont pas ses notes de cette année qui risquent de lui redonner confiance. Un cas qui inquiète les professeurs qui auront de plus en plus de mal à le sortir de cette spirale négative.

L’infirmerie est déjà pleine alors que la saison n’a même pas commencé, signe que rien n’a changé à NOLA pendant l’été. Tant qu’ils n’attraperont pas ce fameux chat noir qui rôde dans le vestiaire, impossible de construire un projet durable chez les Pelicans. Malgré tout son talent, Anthony Davis est trop souvent absent et il ne peut pas qualifier sa franchise en Playoffs tout seul. À moins d’un tour de magie de la part d’Alvin Gentry dont les heures en Louisiane sont déjà comptée s’il ne réagit pas très vite cette année. Le bonnet d’âne de la division n’est pas prêt de changer de tête.

À part New Orleans et son physique trop fragile, toutes les équipes devraient encore être de la fête pendant la deuxième quinzaine du mois d’avril 2017. Peu d’autres divisions peuvent en dire de même, faisant un peu de la Sud-Ouest un OVNI au sein de la NBA.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top