Equipes

Preview de la Division Nord-Ouest 2016-17 : jeunesse, densité et gros potentiel

damian lillard russell westbrook division Nord-Ouest

Cinq équipes, une bannière, faites vos jeux !

Source image : YouTube

Plus que quelques rares nuits de sommeil avant d’attaquer la nouvelle saison régulière. Les previews des équipes sont quasiment toutes bouclées, mais les divisions n’ont pas eu droit à leur petite analyse et c’est tout de suite qu’on s’y penche en enchaînant avec un coin perdu chez l’Oncle Sam : le silence du Nord-Ouest.

Des jeunes, des surprises, des Mormons et beaucoup de caractère au sein de cette division traditionnellement un peu oubliée mais qui a proposé du grand spectacle cette saison en envoyant deux de ses membres s’éclater les dents contre les Warriors en demi-finale et finale de Conférence. Même si les chances de voir Portland, OKC, Utah, Minnesota ou Denver s’inviter dans le dernier carré ne sont pas très élevées cette année, on remarquera la belle densité de cette division

Vainqueur de la division en 2016 : Oklahoma City Thunder
Nombre de franchises en Playoffs l’an dernier : 2 (Oklahoma City, Portland)
Nombre de victoires au total l’an passé : 201
Nombre de défaites au total l’an passé : 209
Bilan moyen et pourcentage : 40 victoires pour 42 défaites – 49% de victoires

Portland Trail Blazers

# Bilan 2015-16 : 44 victoires – 38 défaites
# Bilan face à la division : 11 victoires – 5 défaites 
# Appréciation du conseil : Un miracle comme on en voit peu dans une carrière
# Prévision 2016-17 : 46 victoires pour 36 défaites

Alors que de nombreux professeurs avaient réclamé son redoublement l’année dernière, il était allé défendre son cas au conseil de classe pour prouver sa motivation. Aujourd’hui, on se dit qu’on a frôlé une belle erreur qui aurait coûté un an à ce très bon élément. Que ce soit le fait d’être passé si près du précipice ou juste le sentiment d’être abandonné par ses professeurs, toujours est-il qu’il a surpris tout le monde une deuxième partie d’année tout simplement exemplaire. Portland, ou comment gagner le respect de tout l’établissement simplement en se retroussant les manches et en croyant en ses capacités.

Le plus dur commence pour les Blazers qui vont maintenant devoir confirmer cette remarquable saison totalement imprévue par les nombreux experts. Avec un groupe légèrement revisité pendant l’été, Portland va devoir assumer son nouveau statut et sera une équipe très attendue cette saison. Un titre de champion de division est clairement à leur portée mais il faudra pour cela que tout le monde justifie son nouveau salaire bien douillet par des statistiques équivalentes. On peut quand même faire confiance à Terry Stotts pour mener la barque, l’ancien joueur de la Chorale de Roanne a déjà montré ce qu’il pouvait faire de ce roster privilégié.

Oklahoma City Thunder

# Bilan 2015-16 : 55 victoires – 27 défaites
# Bilan face à la division : 13 victoires – 3 défaites 
# Appréciation du conseil : Progression notable au fil des trimestres, potentiel pas totalement exploité
# Prévision 2016-17 : 44 victoires pour 38 défaites

Après des débuts laborieux avec son nouveau professeur principal, il a fini par lâcher les chevaux au fur et à mesure que l’année avançait. Un gain de confiance qui lui a permis de majorer plusieurs matières même si le premier de la classe obtenait toujours ce fameux point bonus pour avoir 21 quand il avait obtenu la note parfaite. Ses enseignants lui promettaient d’ailleurs un avenir brillant au sein de l’un des meilleurs lycées de la région mais il a fait machine arrière au dernier moment, sûrement à cause de la pression qui avait été mise sur ses épaules. Dommage !

Bien des choses ont changé en un été, le Thunder étant contraint de laisser filer son statut d’outsider avec le départ de Kevin Durant hors de sa zone de confort. Mais Sam Presti n’a pas chômé pour préparer au mieux cette transition vers le règne sans partage de Russell Westbrook avec l’élaboration d’un trade intelligent avec Orlando par exemple. Si les cercles avaient survécu à la Tortue Ninja, ils cèderont sous les coups de marteau de Victor Oladipo qui formera avec son meneur le backcourt le plus explosif de toute la NBA à défaut d’être le meilleur. D’autant que Damian Lillard et C.J. McCollum ont aussi un statut à défendre dans cette division. Un match dans le match qui nous promet des confrontations tendues entre OKC et Rip City.

Utah Jazz

# Bilan 2015-16 : 40 victoires – 42 défaites
# Bilan face à la division : 8 victoires – 8 défaites 
# Appréciation du conseil : Timide parfois un peu trop sur la défensive
# Prévision 2016-17 : 44 victoires pour 38 défaites

Très discret, il n’est pas du genre à venir réclamer des choses. Une qualité qui peut vite se transformer en défaut car on finit par l’oublier. Pas facile de prendre sur soi avec un caractère pareil, mais c’est encore plus rageant de le voir échouer à quelques centièmes d’une mention qu’il mérite au moins tout autant que son camarade de classe un peu plus poilu et flashy que lui. Vaincre sa timidité est quelque chose qui s’apprend, il va devoir s’y mettre sous peine de rester une victime toute sa vie.

Quelques mouvements intéressants et un vrai tournant à prendre dans l’histoire du Jazz. L’objectif Playoffs est déjà avancé de par et d’autre et notamment par Rudy Gobert depuis deux ans et il n’a pas changé cette année. Sauf que pour y arriver, Gordie et ses potes devront commencer par s’en convaincre eux mêmes. Voilà pourquoi Boris Diaw, Joe Johnson et autres George Hill devraient aider dans ce processus. Car avec un peu de confiance en soi, cette équipe peut même aller chercher une bannière de champion de division en avril.

Minnesota Timberwolves

# Bilan 2015-16 : 29 victoires – 53 défaites
# Bilan face à la division : 4 victoires – 12 défaites 
# Appréciation du conseil : Jeune qui apprend vite
# Prévision 2016-17 : 39 victoires pour 43 défaites

Parfois, on se demande s’il ne s’est pas trompé de classe avec son cartable Pokémon et ses cartes à jouer. Mais une fois en classe on comprend vite pourquoi il est là. Doté d’une capacité de compréhension largement supérieure à la moyenne, il apprend très vite et peut même apprendre des choses à ses camarades de temps à autre. Son avenir sera radieux, il ne reste qu’à attendre que les années fassent leur travail.

On passe aux choses sérieuses avec l’arrivée de Tom Thibodeau aux commandes. Et si Minny semble encore un peu juste pour prétendre aux Playoffs dans la jungle de la Conférence Ouest, KAT, Andrew Wiggins et leurs petits copains voient sûrement les choses autrement. Ils sont jeunes, brillants, ont un appétit de loup et rien ne leur résiste. Leurs voisins de division doivent en profiter maintenant car ça risque de faire très mal dans quelques années.

Denver Nuggets

# Bilan 2015-16 : 33 victoires – 49 défaites
# Bilan face à la division : 4 victoires – 12 défaites 
# Appréciation du conseil : Des hauts et des bas, mais un vrai potentiel à exploiter
# Prévision 2016-17 : 31 victoires pour 51 défaites

Avec lui c’est un peu ou tout, ou rien. Capable du meilleur comme lors de ce devoir de chimie ultra hardcore le 13 janvier ou du pire à l’image de cette série noire fin novembre, il est encore jeune et instable. Il y a bien ces cours d’Italien LV1 et de Serbe LV2 où il semble à l’aise mais il existe d’autres gros coefficients à bosser. Même si ça ne le regarde pas vraiment, le conseil lui a soumis l’idée de raser sa longue chevelure. Ça ne coûte pas cher et ça pourrait régler bien des problèmes.

Si Kenneth Faried et toujours en place dans le Colorado, Denver a aussi fait l’acquisition d’un peu de chair fraîche supplémentaire cette saison. Une inexpérience généralisée qui nous fait dire que les Nuggets ne seront pas aux avant-postes et que cette saison servira encore en grande partie à l’apprentissage des plus jeunes. Dans la division, ça se matérialise sûrement par une dernière place, en attendant de prétendre à mieux dans quelques années.

Loin d’être la plus sexy des divisions, la Nord-Ouest est pourtant l’une des plus denses de la Ligue. Denver et Minnesota peaufine encore leur stratégie mais les trois autres franchises peuvent déjà affirmer qu’elles veulent jouer au printemps. Pour passer des tours de Playoffs ça sera encore une autre affaire mais il n’y a pas de gros boulet dans ce club des 5, et c’est déjà une belle garantie de spectacle pour les fans.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top