Raptors

Pour garder les Raptors motivés, Dwane Casey n’a qu’un message : avoir la dalle H24

Raptors

CQFD.

Montage via www.lesavoirperdudesanciens.com

Pendant que certains affirment qu’il est facile de piloter une équipe bourrée de joueurs talentueux, d’autres comprennent la réalité sportive et savent qu’il faut garder le niveau de motivation constamment élevé.

Et c’est justement ce que vit Dwane Casey avec ses Raptors actuellement, lui qui a grimpé les marches de la Conférence Est mois après mois, afin de devenir la deuxième meilleure équipe de la côte Atlantique derrière les Cavs de LeBron et compagnie. L’an passé, les Dinos ont vécu la plus belle campagne de toute leur histoire, avec des cases cochées dans tous les sens et un groupe qui brillait dans chaque rue de Toronto. All-Star Game à la maison ? Check. Record de 56 victoires en régulière ? Check. Première participation dans le dernier carré des Playoffs ? Check. Mais si toutes ces belles marques de réussite ont permis aux fans de la franchise de vivre une campagne merveilleuse du début à la fin, la suite ne représente pas forcément la plus simple des missions pour un coach attendu au tournant. En effet, même si DeMar DeRozan et ses potes veulent faire encore mieux cette année, il est plus facile de le dire allongé dans un transat en août que de l’appliquer en mai à Cleveland. Et pour garder tout le monde motivé autour du même objectif, il faut bien qu’une voix s’élève afin de donner la bonne note. Cela tombe bien, car comme on a pu l’entendre sur Sirius XM Radio, c’est Casey qui joue le rôle du diapason. Que dit Dwane à ses joueurs, du coup ?

Ne soyez pas satisfaits. Si vous l’êtes, trouvons quelqu’un d’autre et jouez pour une équipe différente. On doit garder cette dalle, notamment parce qu’on n’a pas une superteam comme celle de Golden State ou celle de Miami il y a quelques années, qui possédait plusieurs futurs Hall of Famers. On a de très bons joueurs chez nous, mais on doit agir avec cette faim et avec notre identité qui est celle d’une équipe jouant dur. Lorsqu’on ne joue pas avec la dalle, on reste une bonne équipe mais on n’atteint pas ce niveau spécial. Pour rester un groupe spécial, on doit continuer à avoir faim et à bosser plus dur que l’adversaire chaque soir. Il existe certains soirs durant lesquels les tirs ne rentrent pas et cela devient compliqué, c’est arrivé plus d’une fois l’an passé, mais on s’en sortira si on se bat sur chaque ballon, si on se donne sur chaque action.

Il est clair que, comme on a pu le voir l’an dernier, c’est souvent dans le domaine de l’effort que les Raptors se sont montrés remarquables, l’équipe pouvant compter quotidiennement sur des cols bleus qui ne rechignent jamais devant la moindre tâche. Lowry, Carroll, Valanciunas, Patterson et compagnie, un groupe qui retrousse ses manches lorsqu’il faut mettre les mains dans la merde et continuera à agir de la même façon cette saison. Sans Biyombo, chacun devra hausser son niveau d’intensité et les Raptors vont également devoir faire avec cette étiquette de deuxième meilleure équipe de l’Est. Mais en récupérant des gars comme Pascal Siakam ou Jared Sullinger qui viendront s’ajouter aux bosseurs du vestiaire tel Norman Powell, le management a continué dans le recrutement de joueurs qui ont la dalle. La recette sera donc la même pour remporter des matchs cette saison à Toronto : work, work, work, work, work, comme dirait une cantatrice du 21ème siècle.

On peut remporter des matchs de bien des façons en NBA, grâce à une grosse performance individuelle ou un mouvement de balle fluide. Mais la simple notion de bosser plus dur sur le terrain ? Voilà un élément qui sert de base pour tenter de l’emporter, et Dwane Casey le sait.

Source : Sirius XM Radio


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top