Equipes

Preview du Magic 2016-17 : allô la Terre ici les Playoffs, on a peut-être une place pour vous

Magic

On dirait pas comme ça, mais on a vu des sourires cet été à Orlando.

Source : youtube

Beaucoup de changements cet été en Floride et une franchise qui prend clairement un nouveau virage. Reste à savoir si ce beau projet ne terminera pas dans le mur, le tout recouvert des briques d’intérieurs qui shootent trop. On fait le point tout de suite sur la saison à venir du Magic avec, bien évidemment, la main sur le cœur et du maquillage bleu-blanc-rouge. Même Vincent Collet, tiens.

Résumé des transferts de l’été

  • Ils arrivent : Serge Ibaka, Bismack Biyombo, Jeff Green, Jodie Meeks, D.J. Augustin, C.J. Wilcox, Stephen Zimmermann, Frank Vogel (coach)
  • Il prolonge : Evan Fournier
  • Ils sont partis : Victor Oladipo, Ersan Ilyasova, Brandon Jennings, Andrew Nicholson, Dewayne Dedmon, Jason Smith, Shabazz Napier, Devyn Marble

Une petite révolution mine de rien du côté d’Orlando, avec l’arrivée tout d’abord d’un coach référencé et qui connaît la Conférence Est comme sa poche, en ayant la particularité d’avoir réussi à faire de Roy Hibbert un joueur de basket, aussi louche que cela puisse paraître. Et comme par hasard… le Magic accueille cette saison Bismack Biyombo, Serge Ibaka et même Jeff Green de temps en temps pour épauler Nikola Vucevic et Aaron Gordon dans la raquette. Un squad de “grands” parmi les plus solides de la Ligue et qui proposera à Coach Vogel un éventail de solutions intéressantes avec notamment Gordon et Green qui alterneront entre les postes 3 et 4. Pour le reste ? L’ère Oladipo se termine pour faire place au règne de Vavane Premier et C.J. Wilcox, D.J. Augustin ainsi que les restes de Jodie Meeks débarquent pour faire souffler les titulaires du backcourt. Un été plutôt bien géré donc, si l’on excepte ce trade un peu étrange au soir de la Draft, au sein duquel Rob Hennigan aurait été bien inspiré de se garder Domantas Sabonis sous le coude. Mais chaque chose en son temps, et à défaut d’avoir obtenu les contreparties parfaites, les dirigeants du Magic auront au moins eu le mérite de se bouger un peu cet été.

Effectif pour la saison 2015-2016

  • Meneurs : Elfrid Payton, D.J. Augustin, C.J. Watson
  • Arrières : Evan Fournier, Mario Hezonja, Jodie Meeks, C.J. Wilcox, Nick Johnson, Kevin Murphy
  • Ailiers : Jeff Green, Branden Dawson, Damjan Rudez
  • Ailiers-forts : Aaron Gordon, Serge Ibaka, Cliff Alexander, Arinze Onuaku
  • Pivots : Nikola Vucevic, Bismack Biyombo, Stephen  Zimmerman

Les joueurs en gras sont ceux qui devraient intégrer le cinq majeur au début de chaque rencontre dès le début de la saison.

Quelques changements notables cette saison pour le Magic. Tout d’abord l’arrivée de Serge Ibaka, futur poste 4 titulaire et capable d’apporter un danger supplémentaire de par sa capacité à scorer de près comme de loin. Et comme Sergio est plutôt un très bon défenseur, voilà qui semble être une bonne pioche, d’autant plus que l’intégration du bonhomme semble se passer dans le meilleur des mondes compte tenu du grand nombre de francophones du roster (Fournier, Vucevic, Biyombo). Arrivée également de Bismack Biyombo qui devrait – à n’en pas douter – se mettre le public de l’Amway Center dans la poche comme il sait si bien le faire, tandis que chez les petits la confiance sera donnée à Elfrid Payton et surtout Evan Fournier. Vavane à qui le départ de Victor Oladipo devrait probablement profiter un max en termes de minutes et de responsabilités offensives. On observera aussi les performances d’Aaron Gordon au poste 3 puisque c’est le chemin que semble avoir choisi Frank Vogel pour débuter la saison, ainsi que la capacité qu’aura ou non Elfrid Payton à être le seul maître à bord.

Question de la saison : Evan Fournier peut-il être un franchise player cette saison ?

On l’a dit un peu plus haut, le frenchie se verra cette saison libéré de l’ombre imposante de Victor Oladipo sur les lignes arrières. Jeter un coup d’œil à ce backcourt pourra d’ailleurs vous donner le smile quant à la future production du gamin de Charenton, à moins bien sûr que vous soyez l’un des représentants de la si nombreuse fanbase de C.J. Watson. 5, puis, 8, puis 12 et enfin 15 points de moyenne la saison passée pour Evan et probablement la barre des 18 défoncée cette année si tout se passe bien, de quoi effectivement se poser la question du statut de l’arrière français dans le squad de Frank Vogel. Sniper en chef ? Véritable leader offensif ? Leader tout court de la franchise floridienne ? A même pas 24 ans, Evan semble en tout cas en avoir les moyens et si le rôle officieux de franchise player sera probablement dévolu à Nikola Vucevic, on sent très clairement More Champagne capable de prendre ce genre de responsabilité. A surveiller donc de très près, en espérant que Coach Vogel ne lui préférera pas Charles Kahudi.

Candidat sérieux au transfert : Jeff Green

Jeff Green

A peine arrivé, à peine reparti ? Loin d’être sûr évidemment. Simplement rien ne garantit aujourd’hui l’adaptation de Jean-François Vert au jeu prôné par Frank Vogel et le couteau suisse représentera toujours une monnaie d’échange intéressante pour le Magic au moment de réfléchir à une refonte de son roster en cours de saison. L’ailier vétéran est capable de tout bien faire mais il ne fait rien d’exceptionnel non plus et la densité dans la raquette d’Orlando, à une époque où ses qualités sont appréciées au poste 4, pourrait empêcher l’ancien Sonic-Thunder-Celtic-Grizzly-Clipper de s’exprimer pleinement. Signataire d’un contrat d’un an et 15 millions, Jeff n’est pas le joueur du roster le plus attaché à la région et il n’est pas connu non plus pour être le genre de mec qui s’éternise dans une baraque. Le piston idéal en cas de gros trade.

Candidat sérieux pour la surprise : Aaron Gordon

Bilan Magic Aaron Gordon

Message dédicacé à tous ceux qui penseraient qu’Aaron Gordon n’est qu’un vulgaire dunkeur capable de s’asseoir en l’air à plus de deux mètres du sol : le n°4 de la Draft 2014 est beaucoup plus que ça et vous ne tarderez pas à vous en rendre compte. L’adaptation au poste 3 risque de prendre quelques matchs voire quelques semaines, mais si Frank Vogel a décidé de prendre ce chemin c’est évidemment qu’il a une idée derrière la tête. Après une saison sophomore à 9,2 points et 6,5 rebonds, Aaron aura donc comme mission de faire monter un peu ses pourcentages (47% en 2015/16, 29% du parking) et la science fera le reste puisqu’on rappelle que le garçon possède un corps que tout homme rêverait d’avoir et des capacités athlétiques qui pourraient faire de lui un champion olympique dans tous les sports à la fois. La barre des 15 points dès cette saison ? Un délire pas si fou que ça finalement pour un joueur qui devrait dépasser la trentaine de minutes de moyenne et qui alternera probablement entre les postes 3 et 4, histoire de nous faire profiter de toutes ses qualités. Ah oui au fait, le petit n’a que 21 ans…

Meilleur et pire scénario possible

  • Dès l’entame de la saison, le squad de Frank Vogel est l’un des plus excitants de la Ligue et Evan Fournier n’y est d’ailleurs pas pour rien. Les victoires s’enchaînent au rythme des gros contres de Bismack et des doubles-doubles d’un Nikola Vucevic All-Star et même Mario Hezonja s’en mêle en explosant ses moyennes de l’an passé. Le rythme perdure à la sortie de l’hiver et c’est à la sixième place que le Magic se dirige vers ses premiers Playoffs depuis cinq ans grâce à un beau bilan de 48 victoires et 34 défaites. Des Playoffs réussis puisque les Raptors passeront à la trappe au premier tour face à cette bande de furieux, ces derniers qui tomberont néanmoins logiquement en demi-finale contre Boston. Mais le défi est évidemment réussi et le Magic est désormais une franchise qui compte et qui se remet à faire peur.
  • La blessure de Nikola Vucevic dès le premier match est une mauvaise nouvelle et tous les plans de Vogel tombent à l’eau. Bismack Biyombo est le nouveau pivot titulaire mais ça n’est pas là qu’il est le plus fort, Evan est bon mais galère à se transcender, Elfrid Payton peine à faire tourner la boutique car ses cheveux sont trop lourds. Les défaites s’enchaînent, Frank Vogel est débarqué alors que le bilan affiche déjà 25 défaites à Noël et c’est Randy Wittman qui débarque dans un paquet cadeau. Autant vous dire que la fin de saison du Magic est un vulgaire Panzer qui finira avec 29 wins, parfait pour partir en cure de sommeil dès le mois d’avril et ne plus penser au basket jusqu’en octobre 2017.

Pronostic de la rédaction : 41 victoires et 41 défaites

Entre 38 et 45 wins selon les rédacteurs et les drogues prises, et une moyenne à 41, soit tout de même six de plus qu’en 2016. Playoffs ? Pas Playoffs ? La barre des 40 devrait en tout cas correspondre cette saison à un spot entre le huitième et le dixième à l’Est. Outsider n°1 pour aller défier les Cavs au premier tour des PO en avril ? Complètement, oui.

Deux ou trois jeunes solides et défiant toutes les lois du swag sur les lignes arrières, un pari à l’aile et une raquette de badass dans laquelle on aimerait pas vraiment mettre les pieds. Le tout sous les ordres d’un nouvel arrivant qui a déjà fait ses preuves dans la Ligue et dans une Conférence Est qui progresse mais laisse quand même pas mal de possibilités de Playoffs si on sait enchaîner trois passes. Un joli cocktail qu’il faudra secouer jusqu’au printemps, mais les ingrédients sont là.


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top