Nuggets

Kenneth Faried encore sur le marché : si vous connaissez des CAP coiffures qui cherchent un modèle…

Kenneth Faried, Whoopy Goldberg

On se souviendra de Kenneth Faried à Denver uniquement pour son rôle dans Sister Act, et c’est bien là le fond du problème.

Source : broadwayblack.com

C’est l’une des rengaines de la rentrée depuis quelques années maintenant, au même titre que les vendanges dans le Beaujolais où les rêves de titre de Doc Rivers. Kenneth Faried est donc à vendre, ou plutôt à trader, et Denver lance donc une énième appel à qui voudra bien récupérer la bête.

Avec une raquette composée de Nikola Jokic, Jusuf Nurkic, Juan Hernangomez, Darrell Arthur et donc Kenneth Faried, Mike Malone et son staff devront faire des choix. Joffrey Lauvergne envoyé au pays de la moustache et de la nitroglycérine, c’est aujourd’hui un autre intérieur qui pourrait être poussé loin des Rocheuses puisque la franchise du Colorado a fait savoir récemment que c’est donc Kenneth Faried qui était susceptible de prendre son jump et sa perruque afin de les emmener visiter une autre région des États-Unis, selon Zach Lowe d’ESPN :

Les Nuggets sont une fois de plus au centre des discussions de trade et comme depuis trois ans, ils continuent d’activer des pistes concernant Kenneth Faried.

Titulaire quasi-systématique du poste 4 des Nuggets depuis son arrivée dans la ligue il y a cinq ans (331 starts en 348 rencontres), la révélation du Mondial 2014 paye aujourd’hui le fait de n’avoir jamais su se servir de ses énormes qualités athlétiques pour passer ce cap qui ferait de lui l’un des tous meilleurs intérieurs de la Ligue. Les stats du cheval furieux sont en baisse depuis trois saisons et l’arrivée à Denver de grands pivots efficaces en attaque et pleins de promesses semble avoir sonné le glas à Denver du n°22 de la Draft 2011. Monter au plafond n’est plus suffisant et le duo Jokic/Nurkic semble aujourd’hui posséder une longueur d’avance sur Faried dans le cœur de Mike Malone, qui souhaiterait donc se débarrasser de son petit intérieur histoire de récupérer la contrepartie qui pourrait faire passer son équipe du rang d’outsider pour la onzième place à celui d’outsider pour la neuvième place. Avec 38 millions – sur 3 ans – restant dus sur son contrat, pas si évident néanmoins de trouver preneur à cette période de l’année et on imagine donc les dirigeants coloradiens feuilleter chaque jour les petites annonces à la recherche de l’offre parfaite pour dégager un joueur censé être dominant mais qui ne vaut finalement en 2016 qu’à peine plus de 12 points par match.

Avis aux amateurs, Kenneth Faried est donc une fois de plus sur l’étal des Nuggets, pour qui voudra bien se saisir de l’offre. Belle crinière, vitesse de pointe intéressante et cuisseau bien ferme, attention quand même à ne pas intéresser uniquement des jockeys.

Source texte : nbcsports.com

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top