Jazz

Boris Diaw et Rudy Gobert prêts à développer la French Connection sur les hauteurs de Salt Lake City

Boris Diaw

Hello, Utah.

Source image : Twitter

La Conférence Ouest est un véritable bourbier pour quiconque rêve d’engranger des victoires, même un minimum. Pour les équipes se disputant les dernières places pour les Playoffs, c’est encore pire. Utah et Portland font partie de celles-ci, et débutent leur pré-saison en s’affrontant ce soir (4h du matin)…

Cet été, le Jazz a recruté, as usual, avec intelligence. Au groupe de jeunes loups qu’ils ont monté, le front office a enregistré les arrivées notables de George Hill (30 ans), Boris Diaw (34 ans) et Joe Johnson (35 ans). Pour la petite histoire, les deux derniers avaient été échangés l’un contre l’autre en 2005, permettant à Bobo de fuir Atlanta qui ne savait pas l’utiliser pour Phoenix et le Run and Gun de Mike D’Antoni, ce qui lui permettra d’exploser et de décrocher le titre de MIP 2006. Dix ans plus tard, les deux joueurs sont coéquipiers chez les mormons dans une équipe de marmots…

La rotation va donc évoluer. L’apport du sous-estimé George Hill en provenance des Pacers apportera, quant à lui, la constance que le jeune Dante Exum peine à apporter. Le départ de Trey Burke pour Washington laissera au Brésilien, Raul Neto, aperçu cet été aux Jeux de Rio, du temps jeu pour prouver qu’il a bien sa place dans la Grande Ligue. Dès ce soir face aux Blazers, cette nouvelle hiérarchie à la mène devrait se faire sentir. On aura également des premiers indices sur certaines attentes de joueurs clés : Gordon Hayward doit confirmer qu’il est le patron de la boutique et que la place de lieutenant des lignes arrières, laissée vacante par le trop souvent blessé Alec Burks, revient bien au prometteur Rodney Hood.

À l’intérieur, Derrick Favors bénéficiera et pâtira à la fois de l’arrivée de Boris Diaw. Favors apprendra au contact du Bleu mais risque de perdre quelques minutes car il y a de fortes chances que Boris retrouve assez souvent son poste 4 naturel et n’occupe plus systématiquement le poste 5 dans lequel les Spurs le cantonnaient par moments. Il serait ainsi associé sur certaines séquences avec son compatriote, ce qui est une bonne nouvelle pour Gobert. Bobo écarte le jeu, dégaine en tête de raquette, voire à trois points, pratique un jeu de passe brillant au poste haut et au poste bas et, cerise sur le gâteau, ne contre pas beaucoup, bien qu’étant studieux en défense, laissant à Gobert son domaine fétiche en lui donnant l’occasion d’évoluer tout en posant des stats. Nous autres, frenchy, savons que leur association peut être une petite merveille. Coach Snyder l’a certainement déjà détecté.

La franchise des Mormons n’a jamais été aussi “french” qu’avec ses deux Bleus dans la rotation. Et, avouons-le, aussi encourageant qu’il puisse être, Derrick Favors est aussi réputé pour ses passes que Salt Lake City pour être l’endroit le plus marrant du circuit NBA. Rudy doit donc se sentir vraiment moins seul… sur le parquet comme en dehors. Premiers éléments de réponse dans quelques heures face aux Blazers !


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top