Pacers

Une des armes les plus sous-estimées des Pacers : leur expérience, des anciens partout

Pacers Expendables

Allez, au boulot.

Source image : YouTube

Alors qu’on préfère parler de noms, de statistiques, de style de jeu et de saison MVP pour Paul George, un élément semble être oublié et pourrait offrir une piste des plus solides pour les Pacers.

Si la régulière sera évidemment importante à observer du côté du BankersLife FieldHouse, c’est en ayant ses jumelles fixées sur les Playoffs que Larry Bird a décidé de se bouger en début d’été. Le boss de la franchise avait déjà validé une mission principale en signant un retour rassurant concernant son ailier All-Star, il fallait désormais l’entourer de joueurs capables de l’emporter. Et pas dans un an ou deux, mais dès maintenant. Ainsi, avant même que la Draft ne prenne place, Bird s’est retroussé les manches pour offrir des joueurs d’expérience à son nouvel entraîneur, Nate McMillan ayant pris la place de Frank Vogel après plusieurs années passées à regarder ce dernier diriger les Pacers. Et lorsque l’armée jaune était généralement présente dans le dernier carré de l’Est, quelle était une des qualités principales de celle-ci ? Son expérience, avec David West en tête de file et quelques soldats bien connus à ses côtés. Du coup, en gardant tout de même en tête que le processus prendra du temps pour que tout le monde s’habitue aux petites manies de chacun, McMillan s’est exprimé auprès de Sirius XM Radio avec la confiance d’un entraîneur connaissant le potentiel de son groupe. Des darons plutôt que des gamins, pour gagner c’est toujours mieux.

On a une équipe de vétérans, cette année chez les Pacers. La plupart de nos gars sont dans le meilleur virage de leur carrière, on n’est pas dans une phase de développement. Certes, Myles Turner n’a qu’une seule saison en ce qui concerne son expérience, mais c’est un joueur solide qui a montré beaucoup de maturité et de progression dans son jeu ces derniers mois. Nos gars vont avoir faim de victoires et c’est notamment pour cela qu’on a signé de nombreux joueurs d’expérience cet été.

Thaddeus Young, Jeff Teague, Al Jefferson, Aaron Brooks, Jeremy Evans et Kevin Seraphin ? Personne sous la barre des 28 ans. Et quand on sait que Paulo est le plus jeune de tous ces gars puisqu’il vient de souffler ses 26 bougies, il y a de quoi sourire dans l’Indiana. C’est une évidence pour tout le monde, et cela s’est prouvé au fil des ans : pour tenir bon en mai, une équipe doit posséder du vétéran. Pas besoin d’en faire un débat, c’est comme ça. Car dans les moments chauds, ou de doutes, à domicile comme à l’extérieur, sur la ligne des lancers quand il ne faut pas craquer, tous ces éléments sont dictés plus sereinement lorsqu’on a près d’une décennie d’expérience en poche, et c’est en ayant cette notion en tête que Bird a recruté en juin-juillet-août. Il y aura donc de nombreux éléments à analyser cette saison chez les Pacers, rien qu’en regardant l’entraîneur autour duquel les points d’interrogation règnent, mais c’est entouré de joueurs confirmés que McMillan va pouvoir lui aussi trouver ses marques. Quelques erreurs, des silences ou un souci, et les darons de l’Indiana seront là pour calmer les choses.

Cavaliers l’an dernier, Warriors auparavant, Spurs derrière et Heat dans l’épisode précédent, les derniers champions ont quelques points communs mais il y en aura toujours un qui dominera : le kilométrage.

Source : Sirius XM Radio


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top