Mix

La mixtape du jour : tous les contres de Kristaps Porzingis, 221 centimètres de discipline défensive

Si le phénomène des Knicks a ravi bien des fans la saison dernière grâce à sa palette offensive, il ne faut surtout pas oublier que le grand Kristaps a aussi montré des fondamentaux défensifs remarquables : retour en images sur une année impressionnante.

Un des aspects les plus compliqués à devoir gérer, lorsqu’on est un intérieur et qu’on intègre la NBA, est l’adaptation aux fautes sifflées et au contact autorisé. C’est déjà hardcore pour un copain né chez l’Oncle Sam, mais alors quand on vient d’ailleurs, les arbitres peuvent vite vous en mettre plein la gueule. On l’a vu plus d’une fois par le passé, avec des clients comme Steven Adams, Rudy Gobert ou Bismack Biyombo, les soirées passées avec 6 fautes se multiplient et on prend quelques mois avant de véritablement comprendre le fonctionnement de la NBA. Mais dans le cas de Porzingis ? L’adaptation s’est faite assez sereinement, grâce à la mobilité, la discipline et les fondamentaux du joueur. Alors qu’on le pensait un peu trop maigre et qu’il allait subir les attaques d’intérieurs bien plus garnis au niveau du fessier, Kristaps a montré une sagesse assez remarquable pour un joueur de son âge, ne sortant que 2 fois pour 6 fautes sur ses 72 rencontres jouées. Et plus qu’une histoire statistique, c’est dans sa façon d’aborder les tirs de l’adversaire qu’il y a eu de quoi frissonner dans le clan de Spike Lee, en voyant un jeune garçon aussi grand dérouler une telle connaissance du jeu alors qu’il n’avait même pas 21 ans.

Ainsi, tout le monde a pris tarif, à cause de ces immenses bras laissés en l’air. Vous aimez les énormes contres renvoyant la balle vers le milieu du terrain ? Très bien. Mais d’un pur point de vue efficacité, Kristaps a excellé en gardant constamment ses tiges en hauteur, absorbant le contact soir après soir sans broncher et permettant à son équipe de récupérer la gonfle. Et comme par hasard, une fois que les arbitres ont vu la solidité du petit géant, les clients se sont enchaînés : LeBron James, Russell Westbrook, Anthony Davis, Paul Millsap, Kawhi Leonard, Damian Lillard, James Harden, Dwyane Wade,… une liste bien longue mais certainement pas autant que ses bras. Chaque maestro offensif est passé par la raquette du garçon en se faisant contrer, et c’est donc une nouvelle saison impeccable qu’on attendra de Porzingod dans sa propre moitié de terrain. Car s’il est évident que ses tirs à distance et ses putbacks font souvent glousser les fans, c’est bien cette discipline défensive qu’on a tenu à mettre en avant, car c’est du pur produit européen qui sait faire le job. Dédicace, évidemment, à Hassan Whiteside…

Pas moins de 134 tirs contrés, pour une moyenne de 1,9 par match dès sa saison rookie, on redemande la même avec Joakim en deuxième rideau.

Source image : YouTube

Les visiteurs ont tapé :

1 Comment

1 Comment

  1. VinceR

    15 septembre 2016 à 12 h 16 min at 12 h 16 min

    Et il n'a pas repiqué que du "nain" (cfr. Whiteside, le frère Lopez, ACAPella,…) MAIS C'est quand même OLADIPO qui a pris le plus cher de toute la bande… (je sais pas si je n'aurais pas préféré le coup de pied dans les couilles de Draymond à sa place).

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top