Heat

Bonne nouvelle pour le Heat : Erik Spoelstra veut que son équipe sprinte, et il a le matos qui va avec

heat

S’il y a bien une qualité qu’on doit donner à l’entraîneur du Heat, c’est qu’il peut s’ajuster en permanence à son effectif : Spo veut que ça trace cette saison.

S’il y a bien une qualité qu’on ne pourra jamais retirer du CV de Spoelstra, c’est sa capacité à s’adapter à son effectif. Avec un groupe jeune et dynamique, l’entraîneur du Heat veut changer d’identité : cette saison, autant vous dire que ça va sprinter.

Il y a des avantages, et des désavantages avec le fait de perdre un joueur comme Dwyane Wade. La tristesse est évidemment palpable après tant d’années passées à faire exploser l’American Airlines Arena, et les souvenirs font encore soupirer les fans de Miami. Mais avec un leader qui jouait à un rythme assez lent et restait l’option première de son équipe, le Heat faisait partie des équipes les moins rapides de toute la Ligue, se classant à la 25ème position en terme de rythme offensif la saison dernière. Pas vraiment le genre de statistique qui fait plaisir, dans une NBA actuelle dominée par des équipes fuego-go comme les Warriors, du coup la transition effectuée cet été est aussi bien identitaire que stratégique. Finies les possessions relous sur demi-terrain, finis les matchs remportés en grattant la barre des 90 points, la franchise de Floride veut que ça galope dans tous les sens et Spoelstra est le premier à le confirmer. En effet, dans des propos récupérés par le Miami Herald, le coach a déjà annoncé que cette nouvelle campagne allait démarrer à fond la caisse, littéralement.

Quand vous augmentez le tempo et que vous attaquez vite, c’est un style de jeu assez fun… Il n’y a rien de plus logique que de maximiser les qualités de Goran Dragic, Hassan Whiteside et Justise Winslow. Et parmi elles, il y a leur vitesse et leurs qualités athlétiques. Les jeunes joueurs gravitent autour de Goran, ils veulent jouer dans ce style.”

Prolongé l’été dernier pour représenter l’avenir de la mène à Miami, le Slovène avait justement du mal à s’intégrer dans un système nettement différent de celui articulé à Phoenix. Au fil des mois, Dragic avait réussi à s’y retrouver, mais on était loin du phénomène qui illuminait le parquet en 2014, avec près de 20 points et 6 passes de moyenne chez les Suns. C’est justement Goran, en premier, qui bénéficiera du départ de Flash, dans le sens où la balle lui reviendra majoritairement entre les mains. Et la bonne nouvelle ? C’est qu’avec autant d’athlètes à ses côtés, le bonhomme pourrait vite retrouver l’efficacité d’il y a deux ans : Hassan Whiteside, Justise Winslow, Josh Richardson (en forme), Tyler Johnson, Derrick Williams, James Johnson et Dion Waiters, on est quand même sur du beau bébé qui monte au plafond et peut taper un aller-retour en un très bon temps. Spoelstra aura donc du pain sur la planche mais la possibilité de laisser ses jeunes s’exprimer, avec une intention toujours aussi marquée sur la défense mais une attaque qui pourra se relâcher bien plus qu’auparavant. On n’a donc qu’une hâte, c’est de voir ce groupe cavaler à domicile, car les finitions risquent d’être fabuleuses si le coach garde tout le monde dans la bonne dynamique.

Les fans de Miami sont encore sensibles en majorité suite au départ de Wade, mais qu’ils n’oublient pas le trésor possédé sur leur banc. Avec Spo aux commandes, la machine continuera à carburer tout au long de l’année… et même à sprinter.

Source : Miami Herald

Source image : film-enthusiast

Cliquez pour commenter

0 Comments

  1. VinceR

    septembre 12, 2016 à 12:44 at 12:44

    Tiens je ne savais pas que Goran avait acheté une mobylette …

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top