Grizzlies

David Fizdale débarque à Memphis avec des intentions claires : passer d’une équipe ‘bonne’ à ‘excellente’

David Fizdale

En sortie de Miami, le nouvel entraîneur des Grizzlies va pouvoir se faire une belle petite saison de lancement avec un groupe déterminé entre ses mains.

Lorsqu’un coach débarque, il est courant qu’il impose ses gars à sa nouvelle équipe. Pas David Fizdale. Le roster des Grizzlies lui convient tel quel et sa seule préoccupation est de le faire progresser.Cool, mais comment prendre de l’élan quand on reste sur place ?

La saison dernière, les Memphis Grizzlies sont parvenus à gratter une surprenante septième place sans leur franchise player, Marc Gasol, coincé à l’infirmerie durant toute la deuxième moitié de la saison. Le sweep encaissé au premier tour des Playoffs face aux Spurs n’aura pas suffit à gâcher l’incroyable effort des Grizz durant cette saison, ni même à pousser le nouveau tacticien à vouloir retoucher le groupe. Bien au contraire. Interrogé par un journaliste du Boston Globe, David Fizdale affirmait ne pas avoir envie de tout rebâtir et que garder le même groupe dans l’état était un point d’accord avec les dirigeants de Memphis.

C’est la seule chose que je voulais pour être honnête avec vous. Je ne voulais pas tout casser pour un nouveau départ. Je n’ai pas peur d’entraîner ces gars. Je vais les entraîner pour gagner et les maintenir à un niveau élevé. J’étais d’accord avec cette idée.

Ces six dernières années, les Grizzlies ont toujours fait les Playoffs (allant jusqu’en Finale de Conférence en 2013). À l’exception de la dernière saison conclue à 42-40, ils ont signé 50 victoires ou plus lors des quatre dernières saisons. Une belle régularité pour un groupe qui se connait bien et à qui manque le plus difficile : la petite marche en plus. Sans changement notable, cela semble coton. Pourtant, Fizdale reste optimiste :

Si je n’ai pas d’autres qualités majeures, je suis plutôt bon dans la construction de relations. Je ne sais pas si les gens voient ce poste à Memphis comme ils le devraient. Beaucoup de gars sont dans une situation similaire à la mienne, mais rares sont ceux qui peuvent arriver dans un endroit où des joueurs déjà solides sont présents. J’ai l’opportunité de faire passer une équipe ‘bonne’ à un niveau ‘excellent’. Si j’avais le choix entre toutes les situations, c’est celle-ci que je choisirais. 

Avec le retour du taulier espagnol, Marc Gasol, la revanche programmée de Chandler Parsons et l’apport de l’excellent mais néanmoins très cher Mike Conley, le tout assisté par des role players pour le moins expérimentés, David Fizdale peut difficilement se plaindre, mais ses objectifs sont peut-être un poil (de Big Bear) surélevés. Comment espérer mieux qu’un premier tour, dans une Conférence Ouest aussi savage ?

Comme il le reconnait lui-même, son boulot consiste à trouver une nouvelle mayonnaise avec les mêmes ingrédients. Transformer le “bon” en “excellent”.  Métamorphoser une équipe d’oursons sympathiques en une bande de grizzlis féroces… on lui souhaite bon courage.

Source : nbcsports.com

Source image : USA Today

Cliquez pour commenter

0 Comments

  1. Rodzilla

    8 septembre 2016 à 14 h 41 min at 14 h 41 min

    Le principal obstacle me semble plus être l'âge des nounours que la conférence ouest en elle-même : un starting line up à 31 ans de moyenne pour la saison passée, avec certes un rythme de jeu très lent (27ème PACE de la ligue) mais dont le point fort est clairement la défense (11ème défense de la ligue pour seulement la 24ème attaque) va forcément souffrir athlétiquement, chaque mois un peu plus…
    Et même s'ils peuvent arracher des playoffs malgré des jeunes qui vont pousser bien vite à l'ouest (coucou les Pels, les Wolves, les Lakers et le Jazz), ils ne pourront pas aller bien loin en playoff ! Petite pensée pour les Spurs…

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top